Rechercher
Rechercher

Campus

L’avis de Marianne Abi Fadel, doyenne de la FP de l’USJ

La professeure Marianne Abi Fadel, doyenne de la faculté de pharmacie (FP) de l'USJ, partage les doléances des jeunes diplômés en pharmacie face au marché du travail saturé. « L'ouverture de nouvelles facultés de pharmacie constitue une véritable catastrophe pour la profession, les diplômés et le pays », estime-t-elle. Et d'ajouter : « Même si l'USJ limite le nombre d'étudiants/diplômés par an avec une politique prônant la qualité plutôt que la quantité, le nombre total de pharmaciens nouvellement diplômés des facultés au Liban ou de l'étranger et arrivant sur le marché du travail libanais est très élevé... Les officines sont saturées. » Que fait l'USJ pour aider ses diplômés en pharmacie à trouver un emploi à la hauteur de leurs ambitions ? « La faculté de pharmacie de l'USJ offre des formations polyvalentes et des spécialisations riches et diversifiées facilitant le recrutement de ses étudiants et permettant leur accès à un large éventail de métiers. De plus, elle oriente et suit ses étudiants à travers son service d'insertion professionnelle ainsi que via l'organisation de forums des carrières et la dynamisation de l'Association des anciens de la faculté de pharmacie sur laquelle ils peuvent compter », souligne la doyenne.


La professeure Marianne Abi Fadel, doyenne de la faculté de pharmacie (FP) de l'USJ, partage les doléances des jeunes diplômés en pharmacie face au marché du travail saturé. « L'ouverture de nouvelles facultés de pharmacie constitue une véritable catastrophe pour la profession, les diplômés et le pays », estime-t-elle. Et d'ajouter : « Même si l'USJ limite le nombre...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut