Liban

Amal et le Hezbollah cherchent à briser l’alliance chrétienne

Loi électorale
27/04/2017

De source proche du comité quadripartite chargé d'élaborer la nouvelle loi électorale, on affirme que les réunions se poursuivent à l'abri des regards, de manière intensive et quotidienne afin de parvenir à un accord sur une éventuelle nouvelle loi. Pour rappel, le comité regroupe les ministres Gebran Bassil et Ali Hassan Khalil, ainsi que le chef de cabinet du Premier ministre Saad Hariri, Nader Hariri, et celui du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, Hussein Khalil.

Tous assurent que les élections auront lieu, mais qu'il faudra probablement recourir à un report technique du scrutin, ce qui conduira à son organisation après le mois de septembre. Il semblerait donc, toujours de source proche du comité, que la formule de préqualification proposée par le ministre Gebran Bassil soit toujours d'actualité, ce dernier soutenant que le Hezbollah n'y est pas opposé – cette formule assurerait, selon M. Bassil, la juste représentation de la communauté chrétienne – et que les milieux proches du président de la Chambre Nabih Berry n'ont pas usé de leur veto contre cette formule, même si en tant que formation politique ils s'y opposent.

Du côté des Forces libanaises, on indique que l'atmosphère concernant ce projet est plutôt positive et laisserait présager sa validation par les différentes formations concernées. Les FL soulignent toutefois qu'il y a une volonté claire du tandem chiite – Hezbollah-Amal – de se partager les rôles afin de parvenir en fin de compte à battre en brèche l'union chrétienne FL-CPL de peur que celle-ci se traduise par un bloc parlementaire fort et soudé, dont le volume dépasserait celui du tiers de blocage à la Chambre des députés au lendemain des élections.

 

(Lire aussi : Le plus loin possible du testament de Fouad Chéhab)

 

En se raccrochant à la formule proportionnelle, le but de Nabih Berry est également de couper l'herbe sous le pied des Forces libanaises et de l'empêcher d'obtenir un bloc parlementaire important car, selon lui, cela serait de nature à favoriser ses chances d'accéder à la présidence. Dans le même temps, il souhaite également barrer la route à un nouveau bloc CPL d'importance afin également de minimiser les chances présidentielles de Gebran Bassil.

Du côté du bloc du Futur, on continue de rejeter toute velléité de prorogation de la Chambre des députés, et une source proche du bloc a fait savoir que celui-ci boycotterait la session parlementaire tendant à autoproroger le mandat de la Chambre, dans le cas où les blocs chrétiens refuseraient de s'y rendre, à savoir les FL, le CPL et les Kataëb. Pour ce qui est de la formule électorale, le Futur continue de soutenir qu'il n'a aucune objection sur aucune proposition et que son souci premier est de préserver le pays d'une éventuelle catastrophe institutionnelle. Raison pour laquelle il encourage la tenue du scrutin quelle que soit la forme revêtue par la nouvelle loi en gestation.

Quant au patriarche maronite, le cardinal Mgr Béchara Raï, il se voit pour l'heure réduit à appeler à la tenue d'élections même si celles-ci devaient être régies par la loi de 1960. Mais selon les milieux du courant du Futur, cette initiative aurait simplement pour but de faire pression sur les différentes composantes du paysage politique libanais afin qu'ils tombent d'accord sur une formule acceptée par tous.

 

 

Lire aussi

Confusion et redistribution des cartes avant le 15 mai, le décryptage de Scarlett HADDAD

 

Pour mémoire

Proposition du PSP : les FL plutôt positifs

On ne voit toujours pas la lumière au bout du tunnel

Aoun réitère son refus de la prorogation

Loi électorale : Premiers revers de la logique du monopole chrétien

Bassil : La nouvelle loi électorale doit accorder des droits aux émigrés

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Dites-nous, le Hezbollah, est-il "résistant" à Israël...ou aux chrétiens où qu'ils soient, du Sud au Nord du Liban...?
Lui et Amal nous montrent de plus en plus clairement leurs projets qui sont tout sauf libanais !
Irène Saïd

Le Faucon Pèlerin

Toutes les lois électorales qui priveraient du droit de voter les chrétiens des villages frontaliers du Liban-Sud
, de Tripoli, de Baalbeck-Hermel et les chiites du Kesrouan sont nulles et non-avenues.
A tous les gargotiers-politicards, Salut !

Ma Fi Metlo

Si le titre tel qu'il a été écrit s'adressait à une situation des forces palestiniennes hostiles entre elles ou disons arabes qu'elle quel soit , en accusation des forces israéliennes qui chercheraient à les empêcher de s'unir, on entendrait crier à la théorie du complot, tout en accusant les palestiniens ou arabes de ne jamais reussir à s'entendre entre eux .

Il se trouve qu'au Liban, dans ces temps de resistance , les chiites de la résistance ont bon dos, n'est ce pas mr Philippe A-A.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BUT DU TANDEM CHIITE : AFFAIBLIR LES CHRETIENS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.