Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Aïn el-Héloué : les forces conjointes de sécurité se déploient dans le quartier de Tiré

Plusieurs personnes ont été blessées suite aux nouveaux accrochages armés avec les partisans du chef jihadiste palestinien Bilal Badr, actuellement en cavale à l'intérieur du camp.

Un combattant du mouvement palestinien Fateh tire au lance-roquette contre des militants islamistes partisans de Bilal Badr, le 11 avril 2017, dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué situé au Liban-Sud. Photo REUTERS/Ali Hashisho

Dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué, à la lisière de Saïda au Liban-sud, la force conjointe de sécurité, formée de membres de plusieurs factions palestiniennes, a commencé à se déployer mercredi soir dans le quartier de Tiré, contrôlé par les partisans du leader islamiste Bilal Badr, à la tête du groupuscule jihadiste Fateh el-Islam. Depuis vendredi, des combats meurtriers opposent les deux camps.

Les accrochages avaient repris dans la nuit de mardi à mercredi, faisant plusieurs blessés, rapporte ce matin l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Selon des sources concordantes, le bilan s'élève à ce jour à huit morts et à une quarantaine de blessés.

Le mouvement Fateh, membre de la force conjointe, réclame la reddition de Bilal Badr. Mais suite à un accord, ce dernier est sorti du quartier de Tiré dans lequel lui et ses hommes étaient retranchés, et il est désormais protégé par le groupuscule islamiste Esbat el-Ansar. La force conjointe s'est donc déployée dans le quartier de Tiré, avec "l'autorité totale" d'arrêter Bilal Badr où qu'il soit.

Vers 14h30, un calme précaire régnait dans le camp selon l'Ani, alors que les instances politiques des factions palestiniennes se sont réunis afin d'étudier les modalités du déploiement armé des forces conjointes de sécurité dans le quartier de Tiré. Des tirs d'armes automatiques et de roquettes ont été entendus au cours des derniers accrochages qui ont marqué la nuit dernière et qui se sont poursuivis dans la journée.

Des partisans du Fateh ont dans ce contexte manifesté dans la rue Tahtani, afin de réclamer une "solution militaire décisive" à la présence de Bilal Badr.

Aïn el-Héloué est le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Liban. L'armée libanaise n'y entre jamais et la sécurité y est assurée par les factions palestiniennes, conformément à un accord remontant à 1969. Environ 450.000 Palestiniens sont inscrits au Liban auprès de l'Unrwa. La plupart vivent dans des conditions difficiles, répartis dans les 12 camps du pays.

Fin février, Aïn el-Héloué avait déjà été le théâtre d'affrontements meurtriers entre des combattants du Fateh et des groupes islamistes. Les accrochages avaient éclaté après le retrait du Fateh du comité conjoint chargé de la sécurité à l'intérieur du camp. Depuis, les accrochages sont devenus récurrents.

 

 

Pour mémoire

Fin des affrontements après la fuite de Bilal Badr

Quatrième jour de combats à Aïn el-Héloué

À Aïn el-Héloué, un nouveau comité mixte de sécurité présidé par le Fateh

 

Lire aussi

De Abra, Bassil appelle à un jugement rapide des détenus islamistes

Dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué, à la lisière de Saïda au Liban-sud, la force conjointe de sécurité, formée de membres de plusieurs factions palestiniennes, a commencé à se déployer mercredi soir dans le quartier de Tiré, contrôlé par les partisans du leader islamiste Bilal Badr, à la tête du groupuscule jihadiste Fateh el-Islam. Depuis vendredi, des...
commentaires (5)

Il faut les laisser faire. Une fois qu;ils n'en restera pas beaucoup, il faudra les envoyer se faire trucider en Syrie. N'est ce pas Bachar qui prétend défendre leurs intérêts? Allez bon vents! Nous n'en voulons pas et honnêtement nous nous en foutons de leurs sorts. Le Liban a suffisamment payer pour eux. Nous passons la main au moumana3iotes en Syrie qui eux se font un plaisir de vivre continuellement dans la violence et la guerre.

Pierre Hadjigeorgiou

16 h 22, le 12 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il faut les laisser faire. Une fois qu;ils n'en restera pas beaucoup, il faudra les envoyer se faire trucider en Syrie. N'est ce pas Bachar qui prétend défendre leurs intérêts? Allez bon vents! Nous n'en voulons pas et honnêtement nous nous en foutons de leurs sorts. Le Liban a suffisamment payer pour eux. Nous passons la main au moumana3iotes en Syrie qui eux se font un plaisir de vivre continuellement dans la violence et la guerre.

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 22, le 12 avril 2017

  • LES DIVAGATIONS NE SERVENT A RIEN... ANNULER LES ACCORDS DU CAIRE ET DESARMER TOUS LES CAMPS EST LA SEULE CHOSE A FAIRE...

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 56, le 12 avril 2017

  • FAUT QU'ILS RENTRENT CHEZ EUX EN PALESTINE USURPÉE PAR LES SIONISTES AVEC LA COMPLICITÉ DES OCCIDENTAUX QUI LES PROTÈGENT AVEC LEURS BACTERIES WAHABITES .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 25, le 12 avril 2017

  • 1) Mouvement Fateh, 2) Bilal Badr, 3) Fateh el-Islam, 4) Esbat el-Ansar, etc. En plus des lances-roquette, armes automatiques, etc. Mais comme c'est à l'intérieur du camp, l'armée libanaise n'a pas le droit d'intervenir. Quelle logique !

    Grand Duc

    10 h 31, le 12 avril 2017

  • et après ça comment voulez vous que la communauté internationale essaye de régler le problème Palestinien ? a eux de commencer par mettre de l'ordre ans la boutique

    yves kerlidou

    10 h 23, le 12 avril 2017

Retour en haut