Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

La tension remonte d'un cran dans le camp de Aïn el-Heloué

Les violences ont fait deux morts et 20 blessés en 48 heures; Fateh s'engage à rétablir la sécurité dans le camp.

Un énorme incendie s'est déclaré dans le camp palestinien de Aïn el-Heloué près de Saïda, dans le sud du Liban. Photo ANI

Les affrontements armés dans le camp de Aïn el-Héloué qui opposent depuis vendredi des membres du comité conjoint de sécurité à des partisans de Bilal Badr, un responsable du groupuscule terroriste Fateh el-Islam, se sont intensifiés samedi en soirée.

Les combats ont éclaté après le déploiement des membres du comité dans la rue Fouqani, dans ce camp situé à la lisière de Saïda, au Liban-Sud. Des mitrailleuses et des roquettes sont utilisées dans ces accrochages qui ont provoqué la fuite de nombreux habitants du camp. Durant la nuit, des tirs et les explosions de roquettes continuaient à être entendus.

Samedi soir, l'agence nationale d'information (Ani, officielle) a rapporté que le bilan s'est élevé à deux tués et 20 blessés. Un énorme incendie s'est également déclaré près d'un marché populaire à l'intérieur du camp.

Selon l'Ani, de nombreux efforts sont entrepris afin de mettre fin aux affrontements. Mounir Makdah, le leader de la Force conjointe palestinienne dans les camps du Liban , a affirmé samedi que "la situation dans le camp de Aïn el-Héloué prend une tournure militaire et le problème va être tranché".

La direction du mouvement palestinien Fateh a affirmé dans la soirée son engagement à rétablir la sécurité dans le camp, appelant Bilal Badr à se rendre aux autorités libanaises "pour mettre fin aux violences".

L'armée libanaise a renforcé ses mesures de sécurité aux entrées du camp et a coupé l'autoroute al-Hasba au niveau du camp. Les écoles à proximité du camp ainsi qu'à Saïda et les institutions officielles se trouvant au Sérail de Saïda ont fermé leurs portes. Selon l'Ani, certains malades ont également été évacués de l'hôpital de Saïda, proche du camp, par les habitants de la ville.

Aïn el-Héloué est le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Liban. L'armée libanaise n'y entre jamais et la sécurité y est assurée par les factions palestiniennes, conformément à un accord remontant à 1969.

Fin février, le camp avait déjà été le théâtre d'affrontements meurtriers entre des combattants du Fateh et des groupes islamistes. Les accrochages avaient éclaté après le retrait du Fateh du comité conjoint chargé de la sécurité à l'intérieur du camp. Depuis, les accrochages sont devenus récurrents.

Environ 450.000 Palestiniens sont inscrits au Liban auprès de l'Unrwa. La plupart vivent dans des conditions difficiles, répartis dans les 12 camps du pays.

 

Pour mémoire

Tentatives de rétablir le calme à Aïn el-Héloué après des affrontements

À Aïn el-Héloué, un nouveau comité mixte de sécurité présidé par le Fateh

Efforts soutenus à Aïn el-Héloué pour livrer à l’armée les Libanais recherchés

À Aïn el-Héloué, calme précaire... jusqu’au prochain round de violence

 

Lire aussi

De Abra, Bassil appelle à un jugement rapide des détenus islamistes


Les affrontements armés dans le camp de Aïn el-Héloué qui opposent depuis vendredi des membres du comité conjoint de sécurité à des partisans de Bilal Badr, un responsable du groupuscule terroriste Fateh el-Islam, se sont intensifiés samedi en soirée.
Les combats ont éclaté après le déploiement des membres du comité dans la rue Fouqani, dans ce camp situé à la lisière de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut