X

À La Une

Moustafa Badreddine, chef militaire du Hezbollah, a été tué par ses propres hommes, selon l'armée israélienne

Liban

"Ces accusations sont mensongères" et "ne méritent pas de réponse ou de commentaire", répond le parti chiite.

OLJ/AFP
21/03/2017

Le chef d'état-major israélien a affirmé mardi que le commandant militaire en Syrie du Hezbollah, Moustafa Badreddine, avait été tué par ses propres hommes l'année dernière dans ce pays en guerre.

"Nous pensons qu'il a été tué par ses propres officiers", a affirmé mardi le général Gadi Eisenkot, qui s'exprimait lors d'une conférence sécuritaire.

Le chef d'état-major israélien, qui a affirmé baser cette information sur des renseignements obtenus par Israël, n'a pas expliqué les raisons pour lesquelles Badreddine aurait été tué par ses hommes.

Dans la soirée, le responsable des relations avec les médias au sein du Hezbollah, Mohammad Afif, a déclaré que "ces accusations sont mensongères" et "ne méritent pas de réponse ou de commentaire", a rapporté la chaîne LBC.

Badreddine, dont le mouvement est l'ennemi juré d'Israël, avait été tué en mai 2016 près de l'aéroport de Damas. A l'époque, le Hezbollah avait accusé des "groupes takfiris" d'avoir bombardé à l'artillerie l'endroit où il se trouvait, en référence aux groupes jihadistes ou islamistes radicaux sunnites impliqués dans la guerre en Syrie. Aucun groupe n'avait cependant revendiqué l'attaque. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la première position de ces groupes se trouvait à 7 km de là, mais aucun tir n'avait été enregistré au cours des 72 heures précédent la mort du responsable.

Le Hezbollah traverse une "crise majeure tant économique que sur le plan de son leadership", a en outre estimé le général Eisenkot.
Le mouvement chiite, soutenu par l'Iran, combat en Syrie, aux côtés des forces gouvernementales syriennes, les rebelles et les groupes jihadistes.

L'armée de l'air israélienne a ciblé vendredi en Syrie un convoi d'armes, présenté comme destiné au Hezbollah. Ce raid a provoqué une riposte de l'armée syrienne dont un des missiles tirés en direction du territoire israélien a été intercepté.
"Notre politique de ne pas s'impliquer dans le conflit (en Syrie) est juste, mais nous restons vigilants pour ce qui est de nos intérêts sécuritaires", a souligné le général israélien.

Moustafa Badreddine était le plus haut responsable militaire du Hezbollah à être tué depuis la mort d'Imad Moughniyé à Damas en 2008. Le mouvement chiite avait accusé Israël d'être derrière cet assassinat.
Qualifié de "cerveau" de la planification de l'attentat contre l'ex-Premier ministre libanais Rafik Hariri, tué à Beyrouth en 2005, Badreddine avait été l'un des cinq accusés dans le procès sur cet assassinat.

 

Lire aussi
L'officialisation par Israël de ses frappes en Syrie, des signaux à ses adversaires et à ses alliés

 

Pour mémoire
Roux à « L'OLJ » : Nul ne pourra reprocher au TSL d'avoir failli à l'impératif d'un procès équitable

Attentat Hariri : le TSL admet la mort de Badreddine et renonce à le juger

Badreddine est mort innocent puisqu’il n’a pu être jugé, affirme son avocat

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La Revanche H A R I R I est un plat éhhh, éhhh, éhhh LIBANAIS qui se Mange très FROID....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Qu'âllâh y'ghâmîïïï !

ACE-AN-NAS

Des mensonges qui plaisent malgré tout à certains crédules qui passent les crimes de l'état usurpateur en perte et profit.

Aveu de faiblesse d'esprit critique.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Reste : QUATRE.... !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS CEUX ACCUSES POUR L,ASSASSINAT DE FEU RAFIC HARIRI... SYRIENS OU LIBANAIS SOIENT-ILS... TREPASSENT MIRACULEUSEMENT L,UN APRES L,AUTRE... A QUI LE TOUR ?

Antoine Sabbagha

Faute de preuves on ne peut croire l'armée israélienne.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En fait, les "Serpents" se mordent la queue et/ou se mangent entre eux.

Chady

Où sont les preuves?

carlos achkar

C'est fort possible vu que tous ceux impliqués dans l'assassinat de R. Hariri disparaissent les uns après les autres.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Devoirs de l’homme

Décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun déterminé à renvoyer la balle gouvernementale dans le camp du Parlement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué