Liban

Nouvelle victoire des ONG contre la construction d’un projet sur la plage

Ramlet el-Baïda
OLJ
07/03/2017

Le Conseil d'État a pris hier une nouvelle décision qui confirme la suspension de l'exécution du permis de construire modifié en vertu duquel le projet balnéaire Eden Rock Resort est en cours d'édification sur un terrain de la plage de Ramlet el-Baïda.
Ce chantier avait démarré en septembre 2016 en vertu d'un permis accordé par le mohafez de Beyrouth, Ziad Chbib, se basant sur le fait que ces terrains sont privés et qu'on ne peut légalement empêcher leur propriétaire d'y construire. Des ONG avaient alors porté plainte auprès du Conseil d'État contre ces travaux. Le 22 février, le Conseil d'État avait pris une décision de geler le permis de construire et d'arrêter les travaux.
Le mohafez avait toutefois décidé de ne pas exécuter cette décision sous prétexte que le permis qui fait l'objet de ce recours en Conseil d'État n'est pas le permis en vertu duquel les travaux sont menés actuellement sur ce terrain à Ramlet el-Baïda. Il avait alors expliqué qu'il existe deux permis et que le deuxième, datant du 19 janvier 2017, se fonde sur d'autres données et d'autres cartes que celui accordé à l'entrepreneur en septembre dernier. Il a estimé que le permis le plus récent annule de fait le permis antérieur dont les données, communiquées au Conseil d'État, avaient mené à cette décision.
L'ONG Green Line, par l'intermédiaire de l'Agenda légal, avait alors présenté un nouveau recours devant le Conseil d'État demandant que le deuxième permis de construire soit considéré comme un permis annexe qui doit être englobé par la décision de justice. Hier, le Conseil d'État a confirmé la demande de l'ONG. Sa décision, qui porte le numéro 181/2016-2017, devrait mener à l'arrêt des travaux par le mohafez.
Dans un communiqué, M. Chbib a déclaré qu' « il n'avait pas encore été notifié de la décision du Conseil d'État » et qu' « il en a pris connaissance par le biais des médias ». Il a ajouté que « le Conseil d'État a lié l'arrêt des travaux à l'obtention de documents supplémentaires sur l'affaire, ce qui veut dire que celle-ci est en voie de clarification ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Il a déclaré qu' « il n'avait pas encore été notifié de la décision du Conseil d'État » et qu' « il en a pris connaissance par le biais des médias ». Il a ajouté que « le Conseil d'État a lié l'arrêt des travaux à l'obtention de documents supplémentaires sur l'affaire, ce qui veut dire que celle-ci est en voie de clarification »." !
"Sacré Moûnâfikkk" !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,Y A PAS D,ARRET MAIS CONTINUATION... C,EST CA LE LIBAN !

George Khoury

Mais c qui ce ziad chbib qui a tout l'air d'etre de meche avec le promoteur?? La derniere phrase demontre qu'il ne va nullement s'arreter.
Et puis la structure en beton est deja coulee. On nous met devant le fait accompli. Il faut absolument demolir tout ce projet sinon a chaque fois on nous mettera devant le fait accompli.

NAUFAL SORAYA

Bravo!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.