X

Diaspora

Saint Maron « en chair et en os » à Montréal

Communautés

Des reliques du père de l'Église maronite ont été emmenées par l'évêque de Batroun Mounir Khairallah à la métropole québécoise.

06/03/2017

Cette année, la solennité de la Saint-Maron n'était pas comme les autres dans la cathédrale maronite de Montréal. Des reliques ex ossibus de saint Maron sont arrivées dans la métropole québécoise le 10 février, en provenance de Kfarhay (Batroun), là où le crâne du grand saint, père de l'Église maronite, est religieusement conservé. La messe solennelle a eu lieu le dimanche 12 février (au lieu du 9, jour traditionnel de la fête).
L'évêque de Batroun Mounir Khairallah, accompagnant les reliques et représentant le patriarche maronite Béchara Raï, a été accueilli à l'aéroport de Montréal par une grande délégation du clergé maronite du Canada, présidée par Mgr Paul-Marwan Tabet et par différentes associations de paroissiens, ainsi que par les scouts Saint-Maron.
Après une visite au siège de l'évêché, où une prière s'est tenue dans la chapelle Saint-Maron, un grand convoi a accompagné les reliques du saint patron de l'Église maronite vers la cathédrale qui porte son nom, anciennement connue comme l'église Sainte-Madeleine-Sophie-Barat. Même la météo semblait vénérer cette visite de marque de saint Maron : jusqu'à ce que le convoi fût entré dans la cathédrale, dans une procession solennelle, il n'a pas neigé.
Dans la procession se trouvaient tout d'abord les scouts, brandissant leurs bannières, ensuite les dames de la confrérie de l'Immaculée Conception, puis les membres des conseils paroissial et administratif. À la fin du cortège, prêtres et religieux précédaient les prélats dont des hauts représentants des Églises orientales de la diaspora.

Un nouvel autel
Lors de la cérémonie, un petit os extrait du crâne de saint Maron a été installé dans un reliquaire en bois de cèdre du Liban à l'effigie du saint, taillé spécialement par le sculpteur libanais Rudy Rahmé et incorporé dans le nouvel autel en bois. Cet autel a été fabriqué pour l'occasion et il a été consacré lors d'une liturgie spéciale. Dans cet autel, le bois du cèdre « biblique » du Liban a été marié à celui du cèdre du Canada (thuya), représentant ainsi les deux cultures libanaise et canadienne. L'idée vient de Mgr Tabet qui souligne les similitudes entre les cultures libanaise et canadienne : ouverture, accueil, protection des religions.
Rudy Rahmé, qui s'est déplacé spécialement à Montréal pour participer à l'événement, a commenté sa sculpture dans une interview au magazine libano-canadien Yalla : « Saint Maron a vécu à ciel ouvert, sous la neige ou sous le soleil. Maintenant, il vient s'installer ici au Canada, sous la neige aussi. »
La messe a été célébrée par la chorale de Saint-Maron avec la participation de la chorale de l'Université Notre Dame de Louaizé (NDU), présidée par le Père Khalil Rahmé.
Dans son homélie, le nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi, a souligné la présence active de l'Église maronite au sein de l'Église universelle et au Canada. De son côté, Mgr Khairallah s'est exclamé : « Les maronites ont participé à la construction de l'histoire de chaque pays où ils ont émigré ! »

Plus de deux mille personnes
L'archevêque du Québec et primat du Canada, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, a aussi participé à l'événement, ainsi que de nombreux religieux et officiels, dont l'exarque des syriaques-catholiques, Mgr Paul-Antoine Nassif, le supérieur du monastère Saint-Antoine-le-Grand de Montréal, le Père Pierre Abou Zeidan, les députés canadiens d'origine libanaise Éva Nassif et Fayçal el-Khoury, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, et des dignitaires religieux musulmans dont le cheikh Hassan Ezzeddine, chef de la communauté druze de Montréal.
Mgr Tabet a remis aux invités d'honneur la « Croix maronite », taillée en bois de chêne, en guise de souvenir de l'événement.
« Des paroissiens maronites se sont déplacés de tout le Canada vers Montréal pour cette occasion », a confié à L'OLJ Élie Charabati, membre du conseil paroissial de la cathédrale Saint-Maron. Il a poursuivi : « Nous avons reçu cinq autobus transportant 300 personnes d'Ottawa, et d'autres sont venus de Halifax, Leamington, Toronto, London, Mississauga. Il y avait plus de deux mille personnes à l'église. »

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué