X

Liban

Les États-Unis et l’Unicef unissent leurs forces pour aider le Liban-Sud

Développement

Inauguration de la station de pompage de Marj el-Khokh, ainsi qu'un programme d'aide aux devoirs dans l'école publique de Qleyaa, au Liban-Sud.

02/03/2017

La rénovation de la station de pompage de Marj el-Khokh a été financée par le gouvernement américain pour un montant total de 1,1 million de dollars. Les travaux réalisés ont permis la construction d'un réservoir souterrain d'une capacité de 890 000 litres ainsi que de six nouvelles pompes. Grâce à cette réhabilitation du site, les sept villages de la région de Marjeyoun et leurs quelque 60 000 habitants ont désormais accès à l'eau potable en continu. Interrogée par L'Orient-Le Jour, une voisine de la station de Marj el-Khokh expliquait combien cette eau était importante pour elle et sa famille. En effet, cette mère de quatre enfants n'achète plus d'eau filtrée ni pour ses enfants ni non plus pour son entreprise de fromage et de charcuterie, et réalise ainsi de réelles économies.
La visite de la station de pompage de Marj el-Khokh s'est faite en présence d'Elizabeth Richard, ambassadrice des États-Unis, ainsi que des représentants de l'Unicef et du ministère de l'Énergie et de l'Eau. Lors de son allocution, Mme Richard rappelait combien la région de Marjeyoun a été touchée par la crise syrienne ces dernières années, puisqu'elle accueille aujourd'hui 3 725 réfugiés syriens. Grâce aux travaux réalisés, les habitants de Marjeyoun ont désormais accès à une eau potable et saine en continu, puisée dans une source locale de la région.
La seconde moitié de l'après-midi a été occupée par une visite à l'école publique de Qleyaa, où l'Unicef a mis en place un programme d'aide aux élèves, financé par les États-Unis. Ce programme a été lancé il y a une semaine et permet un meilleur suivi scolaire des enfants. En effet, les après-midi sont depuis réservés à une « aide aux devoirs » avec des enseignants de l'école, qui profitent de ces moments pour continuer à faire progresser leurs élèves et revenir sur ce qui n'aurait pas été compris en classe.
Certains parents d'élèves sont venus rencontrer l'ambassadrice américaine et les représentants de l'Unicef, accompagnés par le directeur de l'école et des membres de l'équipe académique. Ils ont fait part de leur reconnaissance car, pour certaines familles, notamment des réfugiés irakiens et syriens, il était difficile d'aider leurs enfants à revoir leurs leçons à cause de la barrière de la langue. Tous se sont réjouis de voir le niveau scolaire de l'école augmenter grâce à ce nouveau programme, puisque la plupart n'ont pas les moyens d'envoyer leurs enfants dans des écoles privées. Au total, 141 élèves suivent ce programme dans l'école sur un total de 177 élèves. Le programme d'aide aux devoirs de l'Unicef concerne désormais 52 écoles au Liban.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!