Rechercher
Rechercher

À La Une - france

Fillon parle de "climat de quasi-guerre civile", le gouvernement lui répond

"Je peux comprendre que certains candidats soient tentés de dissimuler derrière des polémiques une difficulté à faire campagne", lance Bernard Cazeneuve.

Le candidat conservateur François Fillon a de nouveau dénoncé lundi "la passivité du gouvernement" face aux incidents durant la campagne présidentielle, lors d'un déplacement en région parisienne. AFP / Lionel BONAVENTURE

Le candidat de droite à la présidentielle, François Fillon, a évoqué un "climat de quasi-guerre civile" en France, à la suite d'incidents durant la campagne, des propos dénoncés lundi par le gouvernement socialiste.

"J'accuse solennellement le Premier ministre et le gouvernement de ne pas assurer les conditions d'un exercice serein de la démocratie. Ils portent une très lourde responsabilité en laissant se développer dans le pays un climat de quasi-guerre civile qui ne peut que profiter aux extrêmes", a estimé M. Fillon dans un communiqué publié dimanche, à moins de deux mois du premier tour le 23 avril.
Le candidat conservateur a de nouveau dénoncé lundi "la passivité du gouvernement face à ces violences", lors d'un déplacement en région parisienne.

Sous la pression de la justice en raison de soupçons d'emplois fictifs présumés ayant bénéficié à des proches, François Fillon a vu plusieurs de ses déplacements perturbés par des opposants l'invectivant ou l'accueillant avec des concerts de casseroles. La venue à Nantes (ouest) de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, pour un meeting, a également été accompagnée de manifestations parfois violentes durant le week-end. Plusieurs autocars transportant des militants de son parti, le Front national, ont été pris pour cible dimanche par des manifestants hostiles.

Le Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve a "regretté" lundi les propos de François Fillon. "Employer le terme de quasi-guerre civile quand on est un responsable politique éminent et qu'on sait quel est le niveau de mobilisation des forces de sécurité dans notre pays, ça n'est tout simplement pas responsable", a-t-il fait valoir.
"Je peux comprendre que certains candidats soient tentés de dissimuler derrière des polémiques une difficulté à faire campagne", a-t-il ajouté.

Selon deux sondages publié dimanche, Marine Le Pen (27%) est en tête des intentions de vote pour le premier tour, devant le centriste Emmanuel Macron (25%), qui la talonne désormais. Englué dans les affaires, François Fillon (19 ou 20%), se fait distancer et ne se qualifierait pas pour le deuxième tour du 7 mai.

 

Lire aussi
Marine Le Pen accuse les médias de faire « campagne » pour Macron

Macron, l'illusion d'optique

François Fillon, une campagne toujours parasitée par ses déboires judiciaires

Ces Franco-Libanais dans l'entourage des candidats à la présidentielle française

 

En France, une élection présidentielle à l'issue très incertaine

 


Le candidat de droite à la présidentielle, François Fillon, a évoqué un "climat de quasi-guerre civile" en France, à la suite d'incidents durant la campagne, des propos dénoncés lundi par le gouvernement socialiste.
"J'accuse solennellement le Premier ministre et le gouvernement de ne pas assurer les conditions d'un exercice serein de la démocratie. Ils portent une très lourde...

commentaires (4)

La guerre civile en France !! Qui sait ce que cache le destin pour ce pays dont l' Histoire est riche en divisions politiques .

Antoine Sabbagha

19 h 59, le 27 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La guerre civile en France !! Qui sait ce que cache le destin pour ce pays dont l' Histoire est riche en divisions politiques .

    Antoine Sabbagha

    19 h 59, le 27 février 2017

  • La guerre civile , commence toujours par une phase prérévolutionnaire ...en France depuis et pendant la révolution ,ils en savent quelques chose...!

    M.V.

    16 h 54, le 27 février 2017

  • sait-il ce que c'est une guerre civile? Il devrait s'adresser aux Libanais pour cela

    AJGG84

    15 h 05, le 27 février 2017

  • La nomenklatura socialiste au abois en France, est prête à tout ...car elle sait qu'elle n'a aucune chance de rester au pouvoir, via les urnes ! donc, tous les moyens sont bons pour tenter d'abattre ses seuls adversaires politiques ! F.Fillion et Marine Le Pen ...en tant que cibles idéales des socialistes , sont effectivement en guerre permanente contre l'adversité d'état instrumentalisée par ses valets visibles ou invisibles ...

    M.V.

    14 h 57, le 27 février 2017

Retour en haut