Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Éclairage

Le poids du PenelopeGate sur les solides épaules de François Fillon...

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy risque de perdre la présidentielle sur cette affaire impliquant sa femme et supposée collaboratrice.

François Fillon, le candidat de la droite à l’élection présidentielle française, est pris dans une tempête politique depuis quelques jours. Thomas Samson/AFP

Qui aurait pu imaginer cela au soir du 27 novembre dernier ? François Fillon venait de remporter le second tour de la primaire de la droite et du centre contre Alain Juppé, avec 66 % des voix des plus de 4 millions d'électeurs. Et devenait, à la surprise générale, le grand favori de la présidentielle. Ses adversaires n'avaient qu'à bien se tenir: le nouvel homme fort de la droite avait les épaules solides et pouvait voir venir.
Tout cela semble bien loin aujourd'hui. Le député de Paris est pris depuis quelques jours dans une tempête politique dont il aura bien du mal à sortir. En cause: les révélations du Canard enchaîné, qui affirme que Pénélope Fillon, l'épouse du candidat, aurait bénéficié d'emplois fictifs.

Mme Fillon est mise en cause dans deux affaires. Entre 1997 et 2008, elle aurait touché pas moins de 500 000 euros en tant qu'attachée parlementaire de son mari, puis de son successeur après 2002. Or, le fait que Mme Fillon occupait réellement cette fonction ne semble pas être une évidence. Mère de cinq enfants, elle s'est toujours présentée comme une femme au foyer, allant jusqu'à déclarer en 2016 à Bien public: « Jusqu'à présent, je ne m'étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari. » Citée par le Canard enchaîné et entendue dans le cadre de l'enquête, Christine Kelly, auteure d'une biographie sur François Fillon, a affirmé qu'en 2007 – lorsqu'elle l'a rencontrée –, Mme Fillon ne travaillait pas. Sur cet aspect, l'enquête est ouverte pour détournement de biens publics.

Entre mai 2012 et décembre 2013, Pénélope Fillon a touché 5 000 euros par mois en tant que salariée pour la Revue des deux mondes, qui appartient au milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, ami de François Fillon. Là encore, son implication dans la fabrication de la revue n'a rien d'une évidence. Cité par le Canard enchaîné et interrogé dans le cadre de l'enquête, l'ex-directeur de la revue, Michel Crépu, a « déclaré n'avoir jamais rencontré Pénélope Fillon et ne l'avoir jamais vue dans les bureaux ». Selon lui, la seule contribution de Mme Fillon au magazine consiste en la signature de « deux, peut-être trois » notes de lectures. Sur cet aspect, l'enquête est ouverte pour abus de biens sociaux.

 

(Lire aussi : Une enquête pour emploi fictif vise Pénélope, la femme de François Fillon)

 

Intégrité et vérité
L'affaire pourrait durer un certain temps, la justice n'ayant aucune obligation de délai. Et le couple Fillon pourrait s'en sortir indemne sur le plan juridique, puisqu'il incombe à la justice de prouver l'absence de travail, ce qui n'est pas chose aisée. L'ancien Premier ministre a déjà pris les devants en déclarant que sa femme l'avait aidé tout au long de son parcours politique, notamment en rédigeant ses discours ou en rencontrant des gens à sa place, ce qui semble tout à fait possible et toujours aussi difficile à vérifier. Le candidat de la droite pourrait donc éviter le pire: la mise en examen, qui l'obligerait à se retirer selon ses propres mots. Mais les retombées morales, et donc politiques, pourraient être tout aussi importantes.

François Fillon a voulu, dès le début des primaires, se présenter comme le candidat de l'intégrité et de la vérité, en opposition à Nicolas Sarkozy. Une partie importante de son succès auprès de l'électorat de droite découle de cette image. Son « Qui imagine le général de Gaulle mis en examen? » avait marqué les esprits et est resté dans toutes les têtes. L'ancien Premier ministre a beau dénoncer « les boules puantes » et crier au complot et à la misogynie, les faits ne plaident pas vraiment en sa faveur. Même si près de 20 % des parlementaires engagent un membre de leur famille, le salaire touché par Mme Fillon pendant presque 10 ans est largement au-dessus de ce que reçoit en moyenne un assistant parlementaire (environ 2 500 euros). Pour un candidat qui prône l'austérité sans sourciller, il y a effectivement de quoi se poser des questions... Le salaire de Mme Fillon a en outre culminé à 7 900 euros lorsqu'elle n'était plus employée par son mari, mais par Marc Joulaud, son successeur. Comment expliquer ensuite qu'elle ait été rémunérée pour venir en aide à son mari ?

 

(Lire aussi : Penelope Fillon, une discrète sur le grill)

 

Sur le plan moral, le PenelopeGate semble difficilement défendable. Alors que le rejet du système et des élites, associées à des pratiques douteuses, ne fait que gagner en puissance, dans le monde en général et dans la société française en particulier, l'affaire a de quoi plomber le leader de la droite pour la prochaine présidentielle. D'autant plus qu'elle prend chaque jour un peu plus d'ampleur sans que M. Fillon ne soit capable d'éteindre la polémique. Jeudi soir, il déclarait sur TF1 qu'il avait rémunéré par le passé deux de ses enfants pour leurs compétences d'avocat. Mais Libération révélait le lendemain que ses enfants n'avaient pas encore prêté serment à l'époque. L'entourage de l'ancien député de la Sarthe plaide « l'imprécision de langage ». Mais le mal est fait. Et les paris sur son éventuel remplaçant, en cas de retrait, sont déjà lancés, même si Alain Juppé a « clairement et définitivement » exclu de revenir dans la course. Pour l'instant.

François Fillon n'est pas encore le grand gourou du parti Les Républicains, et cela se voit. Avant l'affaire, il devait déjà faire face aux attaques des anciens sarkozystes et aux critiques de son programme, dont la dureté pourrait repousser les classes populaires. Aujourd'hui, dans la tourmente, il ne peut pas s'appuyer sur la machine du parti, qui brille pour l'instant davantage par ses maladresses que par son soutien indéfectible à son leader. François Fillon est seul et sa popularité est en chute libre. L'ancien « collaborateur » de Nicolas Sarkozy risque de perdre la présidentielle sur cette affaire impliquant sa femme et supposée collaboratrice. L'histoire peut (encore) bien se terminer pour l'ex-Premier ministre. Mais elle peut aussi finir façon Dominique Strauss Khan en 2012 ou façon Lionel Jospin en 2002.

 

Lire aussi

Micro-Liban, macro-campagnes, l'éditorial de Issa GORAIEB

France 2017 : pour 53% des Français, Fillon mène une mauvaise campagne

François Fillon, remède contre le désespoir économique ?

Le programme de François Fillon, du "Schröder" ou du "Thatcher"?


Qui aurait pu imaginer cela au soir du 27 novembre dernier ? François Fillon venait de remporter le second tour de la primaire de la droite et du centre contre Alain Juppé, avec 66 % des voix des plus de 4 millions d'électeurs. Et devenait, à la surprise générale, le grand favori de la présidentielle. Ses adversaires n'avaient qu'à bien se tenir: le nouvel homme fort de la droite avait...

commentaires (6)

"En France, à droite comme à gauche, le général de Gaulle reste la référence ultime de l'honnêteté, de la probité ainsi que du respect de la France et des Français". Jérôme Beglé. François Fillon est sûrement victime d'une manipulation. Il n'a pas volé l'argent public. La loi l'autorise à employer l'enveloppe que le Parlement lui octroie comme bon lui semble. Mais en France comme en Amérique la période électorale est propice à l'emploi des "boules puantes" que jettent les rivaux et les jaloux. J'espère que cette tempête dans un verre d'eau ne durera pas longtemps.

Honneur et Patrie

13 h 41, le 28 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • "En France, à droite comme à gauche, le général de Gaulle reste la référence ultime de l'honnêteté, de la probité ainsi que du respect de la France et des Français". Jérôme Beglé. François Fillon est sûrement victime d'une manipulation. Il n'a pas volé l'argent public. La loi l'autorise à employer l'enveloppe que le Parlement lui octroie comme bon lui semble. Mais en France comme en Amérique la période électorale est propice à l'emploi des "boules puantes" que jettent les rivaux et les jaloux. J'espère que cette tempête dans un verre d'eau ne durera pas longtemps.

    Honneur et Patrie

    13 h 41, le 28 janvier 2017

  • "Capri c'est fini" disait la belle chanson et oui c'est aussi fini pour M Fillon. Quel que soit les avancées de la justice il a en effet peu de chance qu'il soit mis en examen avant les élections, mais par contre son image est ternie.le vertueux chrétien Fillon donne des leçons de rigueur pour tout le monde mais pas pour lui. Bien sur il n'est pas le seul parlementaire a utilisé sa femme ou ses enfants comme attaché mais avec des grosses différences, le salaire moyen d'un attaché 2000 euros pour 50 h par semaine Mme Fillon le triple pour une présence inexistante, et 100 000 euros pour 2 articles de 20 lignes je connais beaucoup de salariés qui doivent se poser des questions sur leurs rémunérations? Pour ce qui est de la peau de banane qui lui est glissé ne cherchez pas une main gauche mais plutôt une main droite, pas étonnant il faut se souvenir de quelques petites phrases assassines sur son ex président.

    yves kerlidou

    10 h 31, le 28 janvier 2017

  • C'est du même type que vouloir salir un admirateur de Poutine . De toute façon à part valls qui va se faire jeter demain , tous les autres seront obligés de s'approcher de ce génie de Sibérie.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 25, le 28 janvier 2017

  • Läâmâhhh ! Marie Curie n'aurait pas été aussi bien "payée que cette simple Pénélope.... Chipoteuse au lieu de tricoteuse, va !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 18, le 28 janvier 2017

  • Ailleurs, vraies ou fausses, les retombées d'un Xgate peuvent abattre n'importe quel politique, quelle que soit sa puissance du moment. Chez nous, rien ne peut ébranler nos politiques, quelle que soit l'énormité avérée de leurs turpitudes. Edifiant, n'est-ce pas ?

    Paul-René Safa

    08 h 49, le 28 janvier 2017

  • Une tempête dans un verre d’eau

    Tabet Ibrahim

    08 h 29, le 28 janvier 2017

Retour en haut