Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Brièvement arrêté, le rédacteur en chef du quotidien ad-Diyar, Charles Ayoub, s'explique

Le journaliste libanais dit avoir été interpellé à Dubaï suite à une plainte déposée contre lui par le patron de la compagnie Rotana, Salem Hindi, sur fond d'une dispute verbale sur la messagerie WhatsApp.

Le rédacteur en chef du quotidien libanais ad-Diyar, Charles Ayoub. Photo Instagram/charlesayoub

Le rédacteur en chef du quotidien libanais ad-Diyar, Charles Ayoub, a été brièvement arrêté mercredi aux Émirats arabes unis lors d'une visite privée, rapporte ad-Diyar.

Dans des propos rapportés en fin de soirée par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), Charles Ayoub a expliqué les circonstances de son arrestation. Il affirme avoir été arrêté à son arrivée à l'aéroport de Dubaï, suite à une plainte déposée contre lui par le patron de la compagnie Rotana, Salem Hindi, sur fond d'une dispute verbale sur la messagerie WhatsApp. "Cette affaire ne valait pas une telle plainte", a déploré le rédacteur en chef d'ad-Diyar.

L'Ani rapporte que la police émiratie a entendu Charles Ayoub durant quatre heures, et que la détention de celui-ci à l'aéroport de Dubaï a duré deux heures. Il y aurait une médiation en cours afin que la dispute entre MM. Ayoub et Hindi soit réglée amicalement, ajoute l'Ani. Charles Ayoub a dans ce cadre assuré qu'il était désormais libre et qu'il compte séjourner une semaine à Dubaï afin de voir sa fille, son gendre et sa petite-fille.

M. Ayoub a particulièrement remercié le président libanais Michel Aoun qui, selon lui, a exprimé son indignation suite à son arrestation.

Le président de l'ordre des journalistes, Élias Aoun, avait dénoncé l'arrestation de M. Ayoub. "C'est un journaliste libre et indépendant qui ne mérite pas d'être traité de la sorte", avait déploré M. Aoun, dans des propos rapportés par l'Ani.

Dans un communiqué publié en soirée, l'ordre des journalistes avait démenti des propos attribués par l'Ani à M. Aoun dans lesquels il aurait affirmé que la fille de M. Ayoub a également été arrêtée.

Charles Ayoub a souvent critiqué par le passé des figures de la coalition du 14 Mars, qui est hostile au régime du président syrien, Bachar el-Assad. M. Ayoub avait ainsi fait en 2007 l'objet d'une plainte pour diffamation de la part du Premier ministre Saad Hariri. Charles Ayoub avait également été entendu en 2009 par les enquêteurs du Tribunal spécial pour le Liban qui juge les assassins de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, tué en 2005 dans un attentat à la voiture piégée.



Le rédacteur en chef du quotidien libanais ad-Diyar, Charles Ayoub, a été brièvement arrêté mercredi aux Émirats arabes unis lors d'une visite privée, rapporte ad-Diyar.
Dans des propos rapportés en fin de soirée par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), Charles Ayoub a expliqué les circonstances de son arrestation. Il affirme avoir été arrêté à son arrivée à...

commentaires (4)

il va et viens librement malgre la plainte. Je n'ose immaginer ce qui arriverais a nadim gemayel si il visitait l'iran, pays des droits de l'homme et de la democratie...ne parlons pas de la syrie...

George Khoury

11 h 35, le 26 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • il va et viens librement malgre la plainte. Je n'ose immaginer ce qui arriverais a nadim gemayel si il visitait l'iran, pays des droits de l'homme et de la democratie...ne parlons pas de la syrie...

    George Khoury

    11 h 35, le 26 janvier 2017

  • HEUREUX QU,IL VIT AU LIBAN ET NON DANS L,UNE DES DEUX FACES OBSCURES DE LA MEME MONNAIE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 34, le 26 janvier 2017

  • heureusement qu'il n'a pas ete taxer d'espionnage comme d'autre pays font avec des ressortissants libno-americain

    Bery tus

    00 h 18, le 26 janvier 2017

  • Pourquoi donc on l'arrête? N'etons pas en pays wahabite démocratique qui donne des leçons de démocratie aux autres pays arabes ?

    FRIK-A-FRAK

    22 h 53, le 25 janvier 2017

Retour en haut