X

La Dernière

La Blair House à quelques heures et quelques pas de la Maison-Blanche pour Trump

This is America

Comme le veut la tradition, le président élu passera à la Blair House la nuit précédant son investiture.

18/01/2017

Faisant face à la Maison-Blanche, une belle demeure en briques rouges du XIXe siècle, connue sous le nom de Blair House, est célèbre pour être « l'hôtel le plus exclusif du monde ». Et pour cause : elle est réservée aux dignitaires et aux hôtes de marque étrangers que reçoit le président américain. Contrairement à la Maison-Blanche que tout le monde peut visiter, la Blair House est entièrement fermée au public. Elle connaît néanmoins un grand mouvement tous les quatre (ou huit ans) : à la veille de son investiture, le nouveau chef de l'État et sa famille y résident durant les quelques jours précédant son entrée officielle à la Maison-Blanche.

Ainsi le veut une coutume initiée en 1976 par le président Jimmy Carter et qui a, depuis, été respectée. Il y eut des doutes quant aux intentions du président élu, Donald Trump, de déroger à cette tradition, lui préférant peut être l'hôtel qu'il vient d'inaugurer à Washington et qui est aussi tout proche de la Maison-Blanche. Mais, comme l'a annoncé le directeur en communication en charge du programme de l'investiture, Boris Epshteyn, le président élu, ainsi que tous les membres de sa famille passeront la dernière soirée et la nuit à la Blair House. Ils suivront aussi le rituel qui va avec : le lendemain matin, petit déjeuner dans ce cadre pour toute la famille, suivi d'un service religieux célébré à l'église Saint-Jean, à quelques mètres de là, et cap sur la Maison-Blanche pour un café avec le président Obama et sa famille, encore sur place pour un court et dernier moment. Le président élu se rendra ensuite directement au Congrès pour prêter le serment qui fera de lui le 45e président des États-Unis d'Amérique.

 

(Lire aussi : Célèbre, richissime et d’origine libanaise, Tom Barrack gérera l’investiture de Trump)

 

Dans la tradition du président Carter
La Blair House en a vu de bien belles avant d'être acquise, agrandie et restaurée par l'État. Ses propriétaires, les Blair, avaient toujours entretenu de bons rapports avec leurs voisins présidents – d'en face – qui le leur rendaient bien. Ainsi, souvent, les locataires de la Maison-Blanche traversaient la rue pour aller se relaxer chez les Blair, y rencontrer d'autres amis et, bien sûr, discuter de tout hors des murs officiels.

Le président Abraham Lincoln avait même nommé leur fils, Montgomery, directeur du Service postal. Cette vie de bon voisinage de haut niveau a pris fin à cause des insomnies de Winston Churchill. Jusque-là, les hauts dignitaires et les leaders étrangers en visite aux États-Unis étaient reçus et logés à la Maison-Blanche même. Parmi eux, le très célèbre Premier ministre britannique, tellement à l'aise dans cette illustre résidence qu'il lui arrivait souvent de déambuler la nuit dans les couloirs et, pour meubler ses insomnies, d'aller réveiller les Roosevelt, même à 3 heures du matin, pour un brin de causette. Ce qui a convaincu la First Lady, Eleanor Roosevelt, de trouver une Guest House hors de l'enceinte de la Maison-Blanche pour les invités officiels. Vu sa proximité, la demeure des Blair était idéale et remplissait bien cette fonction. L'État a pu l'acquérir en 1942 et, au fur et à mesure, l'agrandir et continuellement veiller à son entretien et son amélioration.

Selwa Roosevelt, Lucky pour les intimes, s'est trouvée à la tête d'un fonds privé en charge de la décoration et de l'embellissement permanents de Blair House, après avait occupé le poste de chef du protocole durant le mandat du président Ronald Reagan. Selwa était née dans l'État de Tennessee de parents libanais originaires du village d'Arsoun (Baabda), Salim et Najla Choucair. Elle avait épousé Archibald Roosevelt (le petit-fils du président Theodore Roosevelt), brillant officier de l'armée, puis banquier et une autorité dans les affaires du Moyen-Orient.

Aujourd'hui, la Blair House compte 14 chambres à coucher, 35 salles de bain, quatre salles à manger, plusieurs salons et jardins et un personnel œuvrant à plein temps. Le tout est flambant neuf et assez spacieux pour accueillir le clan Trump, à savoir le président élu, son épouse Mélania, leur fils Baron, ses deux filles Tifanny et Ivanka accompagnée bien sûr de son époux Jared Kushner et leur trois enfants ;
ainsi que les deux fils aînés de Donald : Dan, avec son épouse Vanessa et leur cinq enfants ; ainsi qu'Eric et son épouse Lara.

 

Lire aussi
Perles noires sur canapé, l'éditorial de Issa GORAIEB

Les anti-Trump de DisruptJ20 veulent perturber son investiture

Camions fous, drones, tireurs isolés: les menaces qui pèsent sur l'investiture de Trump

L'Amérique anti-Trump a rendez-vous à Washington

Départ, le 20, de l’Establishment et arrivée du Trump Establishment

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

A la place de Trump je me méfierai de la maison blanche.
Elle doit être truffée de micros et de caméras que lui aurait laissé l'équipe battue.

De toute façon elle est déjà fagocitee par les lobbyistes qu'on connaît tous forcément.

Il serait temps qu'on sache ce qu'il a dans le froc ce clown.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué