Rechercher
Rechercher

Liban

Les opposants au projet balnéaire à Ramlet el-Baïda massivement mobilisés

Contrairement aux précédentes manifestations, le mouvement de protestation de samedi, sous le slogan "La plage appartient à tout le monde", semblait plus organisé.

Des manifestants rassemblés le 26 novembre 2016 devant la plage de Ramlet el-Baïda, à Beyrouth, sont venus protester contre la construction d'un projet balnéaire. Photo Jeanine Jalkh

Des dizaines, voire des centaines de manifestants (environ 600 selon les organisateurs) se sont rassemblés samedi peu après 16h au niveau de Ramlet el-Baïda afin de protester contre la construction d'un projet balnéaire sur la plage.

La manifestation a été organisée par plusieurs ONG et collectifs de la société civile qui protestent contre le projet de complexe balnéaire entrepris par le promoteur Mohammad Achour. L'affaire avait éclaté il y a plusieurs semaines lorsque des travaux d'excavation entrepris à même la plage de Ramlet el-Baïda, la dernière plage de sable publique de Beyrouth, avaient été signalés.

Les travaux sont entrepris en vertu d'un permis de construire accordé par le mohafez de Beyrouth, Ziad Chbib, qui estime que ces terrains sont une propriété privée et ne font pas partie des biens-fonds maritimes publics.

"Achour dégage !", ont scandé certains manifestants. "Le peuple veut faire échouer le projet", ont crié d'autres, rappelant le slogan des Printemps arabes "Le peuple veut la chute du régime". "Achour, Achour, ta corruption a été dévoilée", ont lancé d'autres encore.

 

(Pour mémoire : Plage de Ramlet el-Baïda : manifestation devant le siège de la municipalité de Beyrouth)

 

Contrairement aux précédentes manifestations qui regroupaient une poignée d'activistes, le mouvement de protestation de samedi, sous le slogan "La plage appartient à tout le monde", semblait plus organisé et a réussi à rassembler un nombre considérable de manifestants. 

Arrivés devant le chantier, les protestataires ont tenté d'y pénétrer avant d'être vite repoussés par les forces anti-émeutes déployées sur place. "Ouvrez la voie ! Ouvrez la voie !", on alors crié les protestataires. Ce que la police a refusé de faire.

“Il s’agit d’un combat pour sauvegarder un espace public contre les tentatives de s’approprier ces terrains. Le combat commence ici aujourd’hui, mais il s’étendra à toutes les plages demain", a prévenu l’une des porte-parole des manifestants. "Nos demandes sont claires : l’arrêt immédiat du chantier. Nous demandons également au mohafez de Beyrouth de retirer le permis de construction, et au ministère du Transport et des Travaux publics de protéger les espaces publics (…)", a-t-elle ajouté.

Vers 17h, les manifestants ont commencé à se disperser. Quelques petits groupes restaient cependant sur place.

 

Pour mémoire 

Les opposants au complexe balnéaire privé forcent l'arrêt des travaux pour quelques heures

Les ONG se mobilisent pour l’invalidation d’un décret et la municipalité oublie ses droits

Un concert pour promouvoir la sauvegarde de Ramlet el-Baïda

Vol de sable à Ramlet el-Baïda : Zeaïter réaffirme fermement son interdiction

La société civile ne permettra pas la privatisation de Ramlet el-Baïda

  

Lire aussi

Ramlet el-Baïda en proie aux promoteurs, la société civile se débat

Les travaux se poursuivent... et le sable disparu est irremplaçable !


Des dizaines, voire des centaines de manifestants (environ 600 selon les organisateurs) se sont rassemblés samedi peu après 16h au niveau de Ramlet el-Baïda afin de protester contre la construction d'un projet balnéaire sur la plage.


La manifestation a été organisée par plusieurs ONG et collectifs de la société civile qui protestent contre le projet de complexe balnéaire...

commentaires (1)

Je suis 100% avec les manifestants. Les riches et les passe-droits ont privé les Kesrounais de leur accès à la mer de Nahr-el-Kalb jusqu'à Ras-Tabarja. Ca siffit ! Ils se sont appropriés le domaine public maritime, certains l'ont même vendu à prix d'or. Ca suffit ! Corruption + corruption = Le mort de la Patrie et l'émigration de ses élites.

Honneur et Patrie

15 h 15, le 27 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Je suis 100% avec les manifestants. Les riches et les passe-droits ont privé les Kesrounais de leur accès à la mer de Nahr-el-Kalb jusqu'à Ras-Tabarja. Ca siffit ! Ils se sont appropriés le domaine public maritime, certains l'ont même vendu à prix d'or. Ca suffit ! Corruption + corruption = Le mort de la Patrie et l'émigration de ses élites.

    Honneur et Patrie

    15 h 15, le 27 novembre 2016