X

Liban

Les travaux se poursuivent... et le sable disparu est irremplaçable !

Ramlet el-Beida
OLJ
12/10/2016

Malgré l'interdiction décidée par le ministère des Travaux publics et des Transports, malgré le tollé provoqué dans l'opinion publique par cette affaire, l'extraction de sable se poursuit sur un terrain à l'extrême sud de la plage de Ramlet el-Beida (Eden Rock). Des photos fournies hier par des militants montrent l'étendue des dégâts sur la dernière plage publique de Beyrouth, et prouvent que de l'eau douce jaillit sur le site des excavations.

Le militant Raja Noujaim déplore que les travaux n'aient toujours pas cessé, et que l'excavation de sable de mer « se poursuive en présence des forces de l'ordre, et après leur départ ». Il relève « l'indifférence de Wissam Achour (l'entrepreneur) concernant l'eau douce qui jaillit du site », affirmant que ces couches de sable « n'auraient pas dû être touchées étant donné que toute cette zone est sablonneuse et fait partie des biens-fonds de la plage, contrairement à ce que le mohafez (de Beyrouth, Ziad Chbib) et son équipe peuvent en dire ». Rappelons que le mohafez précise, dans le permis de construire octroyé à l'entrepreneur, que cette zone est rocheuse et privée.

Mais pourquoi ce sable est-il si convoité ? L'hydrogéologue Samir Zaatiti apporte des éléments de réponse. « C'est l'histoire de ces grains de quartz transparents (qui entrent dans la fabrication du verre) provenant de l'effritement des roches de granit tout au long du cours du Nil, et que les crues du Nil charrient vers la mer Méditerranée », explique-t-il. Il poursuit : « Les courants marins qui circulent à l'opposé des aiguilles d'une montre en Méditerranée, c'est-à-dire du sud au nord, déposent ces grains de quartz dans les zones basses sur le littoral sablonneux. Ce processus géologique se poursuit depuis des millions d'années, mais a été pratiquement interrompu depuis la construction du barrage d'Assouan. En d'autres termes, chaque grain de sable déplacé de la plage de Ramlet el-Beida pour une poignée de dollars ne pourra plus jamais être remplacé. La plage, si ces opérations se poursuivent, apparaîtra comme un marécage où l'eau douce se mélange à l'eau de mer, constituant un milieu idéal pour la prolifération des moustiques, des mouches et d'autres insectes marins. »

« En d'autres termes, insiste le spécialiste, la physionomie de la plage sera définitivement changée, et la belle façade maritime de Beyrouth défigurée à jamais. » Affirmant que ses propos sont purement scientifiques, Samir Zaatiti se demande « qui peut mettre fin à cette catastrophe écologique ». « Cette cause est juste, et tellement plus importante que les disputes entre les responsables de ce pays! s'insurge-t-il. Qui protège l'environnement au Liban et la façade maritime de Beyrouth ? Où sont les leaders, les députés, les ministres, la municipalité de la capitale et son mohafez ? »

Pour sa part, Raja Noujaim fustige les responsables pour leur inaction, notamment le ministre de l'Intérieur et le Premier ministre pour leur silence. « Si les travaux se poursuivent à ce train, il n'y aura bientôt plus de plage à Ramlet el-Baïda vu que le sable est irremplaçable, dit-il. Les forces de l'ordre doivent agir pour rendre à la plage ces quelque 5 000 mètres cubes de sable qui ont été excavés et transportés puis stockés dans les dépôts des sociétés de Jihad el-Arab à Choueifate, tout comme le sable provenant de Costa Brava (NDLR: site de construction d'une décharge) et de Nahr el-Kalb (NDLR: des travaux pour » dégager « le cours du fleuve). » Il a par ailleurs appelé la justice à se saisir de cette affaire le plus tôt possible.

 

 

Lire aussi

Un concert pour promouvoir la sauvegarde de Ramlet el-Bayda

 

Pour mémoire

Vol de sable à Ramlet el-Baïda : Zeaïter réaffirme fermement son interdiction

La société civile ne permettra pas la privatisation de Ramlet el-Baïda

Le PSP contre tout projet à Ramlet el-Baïda et l'édification de l'hôpital égyptien au Bois des pins

Égouts de Ramlet el-Baïda : un début de solution ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saru Dew

Honnêtement, si l'état ignore see propre lois et promesses, je ne vois pas comment le citoyen aurait une quelconque obligation de faire mieux.

Remy Martin

... et ou est la splendide baie du Saint-Georges, Zaitoune et l'Avenue des Francais, ses palmiers et l'Hotel Normandie ... ?

Honneur et Patrie

Âgé de plus de 85 ans, mon passé de chasseur et l'amour de la nature, me permettent de témoigner sur l'ancien aspect du rivage à partir de l'embouchure de Nahr-el-Kalb jusqu'à Ras-Tabarja que j'ai piétiné centimètre par centimètre.
Où sont les rochers entrecoupés de galets et de sable de Nahr-el-Kalb jusqu'à Sarba-Bathié ? Où sont les galets et le sable de Sarba jusqu'à l'ancienne bifurcation vers la Casino à Maameltein ? Où est le petite crique face à la "Montée de Ramié" identique à celle de Portofino de la Riviéra italienne ? Où est Ras-Tabarja avec ses figuiers et ses légumes ?
Réponse : Sous le béton.

Irene Said

Comment peut-on toujours balayer avec une plaisanterie facile les plus grandes tragédies qui tuent petit à petit notre beau pays ???

Encore une façon de s'en laver les mains ?

Amère Ri(s)que et péril.

On disait que les phéniciens étaient un peuple de bâtisseur, pourtant !
Tout ça gone with the wind. ....

otayek rene

Ce pays, le mien, est admirable dans sa capacité à s'autodétruire, s'autodéfigurer. Désespèrant!

Bohsali Nayla

En vain, expliquer à quelqu'un quelque chose qu'il ne peut pas comprendre!

M.V.

Le pillage du domaine maritime continu ...!

Sam

Et une de plus...Preuve d'amour de l'argent facile au detriment de la patrie.
Tous les leaders silencieux sont complices de ce crime.
Et dire que certains voudraient exploiter le petrole sous- marin?
Imaginons la catastrophe !

Tabet Karim

Bandits !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LE -CRIME- CONTINUE DEVANT LES YEUX DE TOUT LE MONDE... QUE LES BEYROUTHINS OCCUPENT CE BEAU RIVAGE... PROPRIETE DU PEUPLE... ET ARRETENT LE CRIME COMMIS...

Remy Martin

Et tout ca per un pugno di dollari ... Degoutant !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants