Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Présidentielle US

Les électeurs américains se laisseront-ils influencer par les scandales à répétition ?

À seulement quelques jours du scrutin, les obstacles auxquels fait face Hillary Clinton pourraient limiter ses chances, sans pour autant les faire disparaître.

À New York, une installation artistique dénonçant, entre autres, l’agressivité de la campagne présidentielle. Spencer Platt/Getty Images/AFP

Il y a une semaine encore, les résultats de l'élection présidentielle américaine semblaient presque prévisibles. La candidate démocrate Hillary Clinton pouvait se vanter d'avoir une avance confortable sur son adversaire républicain, Donald Trump. Mais un coup de théâtre, venu du FBI, a depuis changé la donne. James Comey, directeur du bureau fédéral, a en effet révélé la découverte de milliers de courriels confidentiels de l'ex-secrétaire d'État sur l'ordinateur portable d'Anthony Weiner, ex-congressman poursuivi pour corruption de mineure (il aurait envoyé des messages à caractère sexuel à une jeune fille de 15 ans).
Anthony Weiner n'est autre que le mari de Huma Abedin – qui s'en est séparée il y a quelque trois mois, une confidente et proche collaboratrice de Mme Clinton. Depuis les révélations de James Comey, Mme Abedin a disparu de la sphère médiatique et reste cloîtrée dans son appartement de Manhattan. D'après les détracteurs de la candidate démocrate, elle peut d'ores et déjà dire adieu à son rêve de devenir l'éventuelle chef de cabinet de la Maison-Blanche.

 

(Lire aussi : Hollywood ouvre son portefeuille pour Clinton, mais boude Trump)

 

 

Un présumé fils illégitime noir de Bill Clinton
Après avoir perdu, selon certains sondages, les 12 à 14 points d'avance sur son adversaire, Hillary Clinton a également été visée par les critiques acerbes de Donald Trump, accusé par plusieurs femmes de harcèlement sexuel, qui a affirmé vouloir tout faire pour mettre Mme Clinton derrière les barreaux pour « sa dangereuse gestion » des dossiers marqués secrets. Le licenciement par la chaîne CNN de Donna Brazile, l'une de ses analystes, proche des Clinton et actuelle directrice par intérim du Parti démocrate, ne saurait survenir à un plus mauvais moment pour la candidate démocrate, qualifiée de « malhonnête » par ses adversaires. Donna Brazile aurait en effet communiqué à l'avance à la candidate démocrate les questions auxquelles elle devait répondre au cours du débat présidentiel organisée par la CNN.

Parallèlement, le mari de la candidate démocrate Bill Clinton n'est pas épargné non plus par les scandales à répétition. Un homme de 42 ans, Danney Williams, s'identifie comme le fils illégitime noir de Bill Clinton. Il est d'ailleurs originaire de Little Rock (Arkansas), ville natale de l'ancien président. Il a tenu mardi une conférence de presse au sujet de sa filiation avec l'ancien président, précisant notamment que Monica Lewinsky avait refusé de lui donner un spécimen du sperme laissé par le président Clinton sur sa fameuse robe bleue, afin qu'il puisse effectuer un test parental.

Toutes ces complications devraient être des plus néfastes à Hillary Clinton, à quelques jours du scrutin, bien qu'il soit difficile pour les électeurs américains de changer radicalement d'opinion en un laps de temps aussi court. Nombreux sont ceux qui la considèrent encore comme un moindre mal, face à Donald Trump désireux, entre autres, de mettre un mur entre lui et un voisin privilégié, le Mexique, et de couper les ponts avec l'Otan.

 

 

Repère

Affaire des emails d'Hillary Clinton : ce qu'il faut savoir pour comprendre l'affaire

Lire aussi

Les maîtres des sondages étourdis par le yo-yo des chiffres

L'Amérique a les nerfs à vif à cause d'une présidentielle au vitriol

L'Amérique s'inquiète d'intimidations lors de la présidentielle

Trump ou Clinton ? Des Libano-Américains répondent à L'Orient-Le Jour


Il y a une semaine encore, les résultats de l'élection présidentielle américaine semblaient presque prévisibles. La candidate démocrate Hillary Clinton pouvait se vanter d'avoir une avance confortable sur son adversaire républicain, Donald Trump. Mais un coup de théâtre, venu du FBI, a depuis changé la donne. James Comey, directeur du bureau fédéral, a en effet révélé la...

commentaires (3)

Les fautes de Trump n'ont pas provoque de mort d'hommes. Celles de kyllarie sont proches du crime . Des mafieux ces clinton. .

FRIK-A-FRAK

16 h 09, le 03 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Les fautes de Trump n'ont pas provoque de mort d'hommes. Celles de kyllarie sont proches du crime . Des mafieux ces clinton. .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 09, le 03 novembre 2016

  • La lecture du mec de cafe...en suspens en attendant une dernière revelatio... Pas a l'honneur de la démocratie americaine. (Le régime le moins mauvais)

    Chammas frederico

    10 h 46, le 03 novembre 2016

  • DES BULLES D,AIR... HILARY SERA LA PRESIDENTE !

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    08 h 38, le 03 novembre 2016

Retour en haut