X

Liban

Nasrallah assure Aoun de son soutien, mais n’entend pas faciliter la mission de Hariri

La situation
24/10/2016

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a mis fin hier au suspense que son parti a entretenu pendant des semaines quant à ses intentions de vote dans le cadre de la présidentielle. Le lundi 31 octobre, sauf imprévu bien entendu, tous les membres de son bloc parlementaire se rendront place de l'Étoile, pour élire le chef du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, Michel Aoun, à la tête de l'État.

Hassan Nasrallah a été catégorique sur ce point dans son discours hier. Le leader du Hezbollah s'est aussi voulu rassurant par rapport à ses alliés et clair à l'égard de ses adversaires politiques. Il a multiplié les messages à l'adresse des deux camps, s'attardant particulièrement sur ses rapports avec le président de la Chambre, Nabih Berry, en insistant sur le fait que leur entente, en dépit des difficultés qui peuvent jalonner le chemin politique qu'ils parcourent ensemble, reste indestructible, voire une ligne rouge.

Il a aussi multiplié les fleurs à l'adresse de l'ancien candidat du courant du Futur, le chef des Marada, Sleiman Frangié, mais ce sont surtout ses messages au chef du courant du Futur, Saad Hariri, et ses critiques indirectes du leader des Forces libanaises, Samir Geagea, qui ont attiré l'attention des observateurs, dans la mesure où ils laissent entrevoir la difficulté d'une cohabitation future entre des partis que presque rien ne rapproche et parce qu'ils se sont révélés être des indicateurs d'un état d'esprit déterminé entre le CPL et le parti chiite.

 

(Lire aussi : Berry : Bien que j'aie les moyens de le faire, je ne torpillerai pas la séance électorale )

 


Des propos que le leader du Hezbollah a tenus, il ressort ainsi que la confiance entre son parti et celui fondé par le général Aoun est loin d'être au beau fixe. Hassan Nasrallah s'est élevé contre une « manipulation » à laquelle la base du CPL semble, selon lui, réceptive, et dont il a imputé la responsabilité au chef des Forces libanaises, mais sans le nommer. Il a été jusqu'à révéler avoir dépêché il y a quelques jours un délégué auprès de Michel Aoun pour lui dire qu'il est prêt à accepter qu'un député du bloc du Changement et de la Réforme s'installe à côté de chacun de ses camarades du Hezbollah, afin de vérifier que c'est bien le nom du général qui est glissé dans l'urne.

Il n'a pas caché ses réserves quant à l'accord Hariri-Aoun qui consiste, en échange de l'appui du courant du Futur à la candidature de ce dernier, à nommer Saad Hariri à la tête du gouvernement. Un accord que le parti chiite a quand même agréé « pour faciliter l'élection d'un président », mais qui représente cependant pour lui un « énorme sacrifice ».

La phrase-clé du discours de Hassan Nasrallah reste indiscutablement sa promesse que son parti ne se retirera de Syrie « que lorsqu'une victoire aura été remportée ». Une phrase qui a retenti comme une gifle dans la mesure où elle constitue une réponse on ne peut plus claire à Saad Hariri, qui avait annoncé jeudi qu'un des points de l'accord auquel il était parvenu avec Michel Aoun portait sur « le maintien de la neutralité totale » du Liban par rapport à la crise en Syrie.

 

(Lire aussi : Rifi annonce une résistance pacifique et réaffirme son rejet de la candidature de Aoun)

 

 

Nouvelle crise ?
Et si finalement l'élection de Michel Aoun n'est que le début d'une nouvelle crise ? D'aucuns le pensent en se fondant sur des éléments en rapport avec les positions des uns et des autres. Ils estiment que Saad Hariri ne sera désigné pour former un gouvernement qu'avec une majorité étriquée et qu'il aura du mal à constituer son équipe. Pour résumer la difficulté de la mission Hariri, un observateur relève ainsi que le Hezbollah veut de Aoun, mais ne veut pas d'un président, alors que Nabih Berry ne veut pas de Aoun, mais souhaite un président. En d'autres termes, le Hezbollah veut contrôler le pays et non pas gouverner. Il sera bien entendu présent au sein d'un gouvernement Hariri, mais suivant ses propres conditions.

Quoi qu'il en soit, il reste prématuré de se perdre en conjectures sur la mise en place du prochain gouvernement, d'autant que certains continuent, en dépit des assurances hier de Hassan Nasrallah, de mettre en doute la tenue de la réunion parlementaire du 31 octobre. Une petite phrase lâchée par le secrétaire général du Hezbollah serait à l'origine de ce scepticisme. « Les différentes parties arriveront à la prochaine séance électorale après avoir conclu une entente et après avoir compris leurs réticences mutuelles », a-t-il dit, ce qui a été interprété comme une façon d'insinuer qu'une entente est nécessaire avant la séance.

Mais il peut tout aussi bien s'agir d'une invitation au dialogue, pour assurer à Michel Aoun une majorité confortable. La semaine qui s'ouvre aujourd'hui sera d'ailleurs riche en concertations à plusieurs niveaux et risque d'être tout aussi riche en rebondissements au vu des positions attendues. On sait, entre autres, que le PSP fera connaître sa décision cette semaine et son chef, Walid Joumblatt, doit effectuer une tournée auprès du général Aoun, de Nabih Berry, après son retour de Genève, et de Saad Hariri, après son retour de Riyad.

Le PSNS, qui, comme le Baas, soutient la candidature de Sleiman Frangié, fera également connaître officiellement cette semaine sa position. La Jamaa islamiya a fait savoir hier par la voix de son député, Imad el-Hout, qu'elle ne votera pas pour Michel Aoun. Ces voix, avec celles du bloc Berry et des indépendants chrétiens, iront-elles pour Sleiman Frangié ? Ce dernier annoncera-t-il ce soir, dans le cadre de son interview à la LBCI, s'il se retire ou non de la course à la présidence ? D'autant que pour reprendre les termes du chef du CPL, Gebran Bassil, hier, l'élection du général Aoun semble « assurée d'un point de vue numérique ».

 

 

 

Lire aussi

Le bras cassé de Rafic Hariri, l'édito de Ziyad Makhoul

La montée des enchères, le décryptage de Scarlett Haddad

Nasrallah : Nous voterons Aoun et montrerons nos bulletins aux caméras si besoin

Allouche : Nasrallah n'a pas garanti l'élection de Aoun le 31 octobre

À une semaine de la séance électorale, Joumblatt dans une phase « d'attente dynamique »

 

Pour mémoire
Les interrogations se multiplient à la veille de l'élection de Michel Aoun

Kerry « incertain du résultat » du soutien de Hariri au général Aoun

Geagea à Rabieh : Nous aurons un président fabriqué au Liban

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RAH YIBROM IL DOULEB...

Tabet Ibrahim

Le ralliement de Saad Hariri à la candidature de Michel Aoun, qui n’est pas sans rappeler le précédent célèbre de Canossa, scelle définitivement l’influence politique prépondérante, sinon quasi-hégémonique, du Hezbollah et, à travers ce parti, celui de la communauté chiite sur les destinées du Liban. Une prépondérance qu’ont exercée successivement, à travers l’histoire, les quatre communautés fondatrices du pays : Les Druzes dont les émirs gouvernaient la Montagne libanaise jusqu'à l’avènement de Béchir II. Les Maronites, depuis l’instauration de la Mutasarifyia en 1860, jusqu'à l’accord de Taëf qui a mis fin à la guerre de quinze ans (1975-1989). Les Sunnites durant la brève période allant de cet accord, jusqu’en gros le début de la présente décennie. Enfin les Chiites qui jouissent à la fois de leur poids démographique, de leur puissance militaire et de l’alliance entre leurs deux partis politiques.

LA TABLE RONDE

Supposons que la "victoire" ait été du côté de saad et de son groupe , il aurait été de bonne guerre qu'il impose une pénalité aux perdants !

Que le hezb résistant fasse part de ses conditions est tout à fait normal , un président nous l'aurons , un gouvernement aussi et saad à sa tête , par une tolérance du camp des résistants , que demander de plus ?

Arrêtons de chipoter pour des cacahouettes , reconnaissons que le groupe du 8 Mars , celui des résistants l'a emporté , laissons les faire et jugeons sur pièce , c'est bien ce que font les démocraties qu'on prend en exemple .

J'ai plus peur du hassad , l'envie , la jalousie qu'une balle de revolver , et mon Dieu qu'est ce que je les sens en ce moment ...

Irene Said

Dégoûtée par ce turban noir, sous lequel se cachent les projets les plus diaboliques pour notre pays!
Et dire que le turban noir représente un "homme de religion" censé servir DIEU ???

LIBANAIS, pourquoi permettre qu'un serviteur d'une puissance étrangère et néfaste détruise lentement notre patrie ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC LA PEINE AU COEUR JE DIS :
TITI TITI... EN LISANT LES DETAILS DU DISCOURS DIFFERENT DU RESUME D,HIER RIEN N,AUGURE NI LA MODERATION NI L,ESPRIT OUVERT DU HEZB... ILS M,ONT MIS AU PIED DU MUR ET VEULENT UN PRESIDENT ? ILS L,AURONT... QUAND A GOUVERNER, C,EST UNE AUTRE CHOSE... COINCE PAR AOUN SUR LA PRESIDENTIELLE IL LACHE PRISE MAIS LES SALLETS DE CONDITIONS IRONT SUR LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ET SUR SON PROGRAMME OU LES TIERS DE BLOCKAGE ET LE TRYPTIQUE REAPPARAITRONT AVEC UNE PANOPLIE D,AUTRES CONDITIONS... SANS GOUVERNEMENT CE SERA ENCORE PIRE QUE SANS PRESIDENT... EN DEUX MOTS LE VIDE DELOGERA DE LA PRESIDENCE DU PAYS A CELLE DU GOUVERNEMENT... ET LA CARTE RESTERA DANS LES MAINS IRANIENNES !!!
HARIRI ET GEAGEA... QU,AURIEZ-VOUS FAIT ? UN TROU DANS L,EAU ! VOUS AVEZ ENCORE LE TEMPS DE TIRER AU CLAIR ET DE GARANTIR LES CHOSES OU DE VOUS RETRACTER... LE QUITTE OU DOUBLE N,EST PAS PERMIS !!! VOUS JOUEZ VOTRE AVENIR MAIS ET SURTOUT CELUI DU PAYS ET DE SES AUTRES COMMUNAUTES ET EN TETE LA CHRETIENNE !!! KERRY EN SAIT QUELQUE CHOSE...

Bery tus

Nasrallah assure Aoun de son soutien, mais n’entend pas faciliter la mission de Hariri

mais déjà ne facilite pas la tache a son allies lool

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué