L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le bras cassé de Rafic Hariri

L’édito
24/10/2016

28 ans. 28 ans que ses partisans attendent ce jour qu'ils savent déjà béni des dieux, ce jour où leur idole s'assoira sur son vorsitz, ce fauteuil présidentiel auquel, ils en sont convaincus, il était destiné dès sa naissance. 28 ans qu'ils attendent de pleurer, de joie, comme ils l'ont fait lorsque leur champion a été adoubé à la Maison du Centre par le chef de ce courant du Futur qu'ils haïssent pourtant profondément. 28 ans qu'ils attendent de pleurer, de félicité, en prenant la route de Baabda, qui sur son déambulateur, qui toute armée de ces bijoux qu'elle déposera, une nouvelle fois, béate, à ses pieds.

28 ans. 28 ans que ses adversaires subissent un homme déjà autoproclamé, à l'époque, président et six ministres; un homme coupable d'une primo erreur stratégique mortelle pour le Liban, et qui, une fois la veste militaire troquée pour la cravate, a récidivé, accordant couverture politique et dimension nationale à une milice qui n'en finit pas de vampiriser le pays. 28 ans qu'ils assistent, chaque fois un peu plus sidérés, à des masterclass de démagogie assénées par un homme qui aurait inventé le populisme si ce concept n'avait pas existé et qui aurait vendu père, mère et rein, pour six ans au palais.

28 ans plus tard, voilà ce monsieur sur le point de littéralement vivre son rêve. Ce nirvana, il le doit, d'abord, à Hassan Nasrallah, qui l'a assuré de son soutien retentissant hier, sans que l'on ne sache vraiment pourquoi. Parce que sa crédibilité s'est retrouvée acculée (mais qu'est-ce qu'une crédibilité quand on est le seul à stocker des armes...) ? Par fidélité à cet insensé document de Mar Mikhaël signé en 2006 sur seule base d'un non à (au sunnisme, notamment politique) et sans aucun véritable oui à ? Parce que le patron du Hezbollah et bras armé de l'Iran au Liban sait, petit sourire narquois bien caché, que tout se fera selon le bon plaisir de l'ayatollah Khamenei, à commencer par la déclaration ministérielle ? Ce nirvana, il le doit, ensuite, à Samir Geagea, sans doute le seul à comprendre l'intérêt, l'utilité et le bien-fondé de ses propres calculs (politiques) cosmogoniques, dessinés sur les murs de Meerab. Ce nirvana, il le doit enfin, et surtout, à... Saad Hariri. L'héritier qui n'en finit plus de dilapider, consciemment ou pas, son legs, handicapé, il est vrai, par les luttes intestines féroces qui rythment le quotidien des Ben Abdel Aziz à Riyad, aura sûrement en tête ce fameux et funeste 3 septembre 2004, quand son père avait voté, le bras bandé (après une visite à Anjar ? Une glissade dans une salle de bains sarde ?), image freudienne hallucinante, la prorogation pour trois ans du mandat d'Émile Lahoud. Nasrallah-Hariri-Geagea : et voilà la troïka (et quelle troïka...) ressuscitée, dans un immense rictus général.

28 ans plus tard... Lundi 31 octobre, en principe (un incident, au Liban, ou un séisme, sécuritaire ou politique, arrive si vite...), le nouveau chef de l'(agonisant) État sera élu par des députés accusés jusqu'à tout récemment, par le principal intéressé, d'avoir étendu anticonstitutionnellement leur mandat. Mais les Libanais ne sont plus à une aberration près... Beaucoup se réjouissent, naturellement. Beaucoup parlent de partir, alors qu'ils sont toujours restés, même dans les pires années de guerre. Beaucoup se résignent (la résignation est la nouvelle résilience des Libanais...) en se disant que n'importe quel président vaut mieux que pas de président. Quelques-uns, enfin, croient au miracle, espérant timidement que le successeur de Michel Sleiman s'avère être plein de (bonnes) surprises.

Le valeureux Édouard Honein, très grand connaisseur des exceptions libanaises, disait, il y a des décennies : « Même si un singe est élu à Baabda, il faut le soutenir. » Nul doute que s'il vivait encore, le sage homme aurait très probablement modifié son discours. Surtout que le probable treizième président de la République libanaise pourrait réussir le sinistre exploit de faire regretter à ses concitoyens les neuf ans honnis d'Émile Lahoud.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

En esperant Aoun a la presidence, Hariri sera 1 er ministre, le hezb connaît bien Aoun !! Aoun veut une republique forte (comme d'ailleurs mentionner dans un des articles a l'OLJ) mais certain ne voulaient de cette republique

stambouli robert

Aoun President
Hariri evidement pas premier ministre et probablement meme pas depute car son geste est incomprehensible pour sa base ( et pour nous tous d'ailleurs )
Berry meme peut etre hors de la Presidence de la Chambre pour ne pas avoir soutenu Aoun sauf si il declare que tous les bulletins codes sont inadmissibles donc Aoun ne passe pas evidement

Un pays ou l'argent est Roi chez les politiciens et leur cour et que l'on aime malgre tout au plus profond de nous meme

LA TABLE RONDE

J'ai presqu'envie de tendre mon épaule à tous ces pleurnichards , loosers de la 1ére heure , sauf peut être geagix qui a du avoir de bons conseillers avant tous les autres que les carottes étaient cuites depuis le début .

On vous expliquera où se situe le début plus tard , mais une toute petite réflexion bête qui aurait dû accompagner les esprits mal fagotés , c'est comment une groupe d'hommes en 82 a décidé que l'invasion du Liban était une grave agression contre le Pays , comment patiemment , 20 ans tout de même , ils ont construit ce qui devait être la défaite la plus cuisante d'un pays criminogène au plus haut niveau , en les expulsant comme les malpropres qu'ils sont , comment a-t-on pu douter qu'ils n'auraient pas pu arriver à leur fin en misant sur l'homme visionnaire que fut et qu'est le Phare Aoun sur la chaise du pouvoir qui lui donnera la force de déclarer que les armes de la résistance sont intouchables , incontournables et d'une nécessité absolue pour empêcher les prédateurs de revenir nous martyriser .

C'est vrai qu'une ère nouvelle est née au Liban , on va pas faire de l'angélisme devant les politiques réputées être ce qu'il y a de plus sales , ( dirty game ) , mais le constat est que le hezb a un objectif , se bat pour celui-ci , il ne plait pas à tous , mais les autres qu'ont ils en face de lui ?
que des bras cassés !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OISEAU DE MAUVAIS AUGURE ? MAIS LA REALITE N,EST PAS AUGURE... GEAGEA AVANT TOUT ET HARIRI APRES ONT LE DEVOIR D,EXPLIQUER PUBLIQUEMENT AUX LIBANAIS ET EN DETAILS LEUR DEMARCHE... SI C,EST DU QUITTE OU DOUBLE... ET TOUT LAISSE Y PENSER APRES LE DISCOURS ANALYSE DE H.N... ILS FERAIENT BIEN DE SE RETRACTER ET IMMEDIATEMENT AVANT D,ETRE PRIS ET TOUS LES LIBANAIS AVEC DANS LEUR PROPRE PIEGE...
SANS CHEF D,ETAT LE PAYS RESTE NAW3AN MA GOUVERNABLE ... SANS GOUVERNEMENT ET AVEC UN CHEF D,ETAT OTAGE DIVIN CE SERA LE CHAOS ET L,ANARCHIE COMPLETE... ON IRAIT : DE CHARYBDE EN SCYLLA !!!!!!
ET LES JOURS HONNIS PEUVENT RETOURNER...

TYAN Georges

Attednsons voir!
Il y a un proverbe Libnais qui dit:"celui quia déjà essayé et qui se laisse reprendre a l'esprit dérangé.
Un autre en Français dit" seuls les imbécile ne changent pas d'avis".
J'aimerais beaucoup changer d'avis, mais je n'y crois pas trop.

COURBAN Antoine

Une vision prémonitoire.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué