X

Moyen Orient et Monde

Quel premier rôle pour la Russie au Moyen-Orient ?

Décryptage

Avec l'annonce de Moscou de faire de ses installations militaires à Tartous une « base navale russe permanente », la question du degré de son implication dans la région reste à déterminer.

12/10/2016

L'ours russe a décidé de refaire du Moyen-Orient une de ses principales tanières. Moscou a annoncé avant-hier vouloir transformer ses installations portuaires à Tartous dans le nord-ouest de la Syrie en « base navale russe permanente ». Ce n'est pas vraiment une surprise. Malgré l'annonce fin mars par le président Vladimir Poutine du retrait d'une partie de son contingent en Syrie, la Russie continue d'y renforcer sa présence militaire, et ce plus d'un an après le début de son intervention sur le terrain. Le 4 octobre dernier, la Russie a confirmé le renforcement du système de défense aérienne S-300 afin de compléter son dispositif à Tartous. En outre, plus de 4 000 militaires sont déployés en Syrie, à Tartous notamment, mais également à Hmeimim, près de Lattaquié, fief du président syrien Bachar el-Assad. Cette base aérienne construite en 2015 et adjacente à l'aéroport international Bassel el-Assad sert de « centre stratégique des opérations militaires russes contre l'État islamique ». Les députés russes ont d'ailleurs ratifié la semaine dernière un accord avec Damas sur le déploiement « pour une durée indéterminée » des forces aériennes russes.

La base de Tartous, installation de ravitaillement et de réparation en Méditerranée, a été établie à l'époque soviétique, en vertu d'un accord conclu en 1971 avec Damas, puis est mise en sommeil dans les années 90. Mais « depuis la fin des années 2000, il y a des discussions entre Moscou et Damas sur des projets de modernisation de ce qui est aujourd'hui un point d'appui technique et logistique naval pour la Russie au Moyen-Orient », rappelle Igor Delanoë, directeur adjoint de l'Observatoire franco-russe.

 

(Lire aussi : Le port de Tartous va héberger une "base navale russe permanente")

 

« Perspective de confrontation »
Le message de Moscou est clair : la Russie veut s'inscrire durablement au Moyen-Orient et y jouer un rôle important. Le timing n'est pas non plus anodin. L'annonce intervient dans un contexte de tensions extrêmes avec les Occidentaux, et plus particulièrement avec les États-Unis, notamment depuis l'échec de l'accord américano-russe de cessez-le-feu en Syrie, en septembre dernier. « Le fait d'annoncer l'ouverture de bases militaires s'inscrit dans la perspective de confrontation dans laquelle nous sommes plongés depuis l'effondrement du régime de cessation des hostilités en Syrie », explique M. Delanoë.

Avec le relatif désengagement des Américains dans la région, la Russie semble considérer qu'il y a une place à prendre. Et ne cache plus ses ambitions. « Il était évident que la Russie tenait à combler le vide créé par le retrait américain de la Syrie, et profiter des erreurs des États-Unis en Irak. Et remplir ce vide est une stratégie qui s'inscrit dans la longue durée », affirme un haut diplomate arabe interrogé par L'Orient-Le Jour. Le rôle précis que tendra à jouer Moscou n'est pourtant pas encore très clair. Vladimir Poutine voudra-t-il être un arbitre entre les puissances régionales ? Ou être une grande puissance parmi les puissances ? « Moscou veut prendre part à l'architecture de sécurité qui pourrait émerger du Moyen-Orient post-printemps arabe », analyse M. Delanoë.

 

(Repère : La Russie renforce sa présence militaire et son arsenal en Syrie)

 

Inquiétudes
Parce qu'il s'inscrit dans une période de déstabilisation générale et de remise en question des alliances traditionnelles, le retour de la Russie au Moyen-Orient soulève des inquiétudes parmi les puissances régionales. « À part l'Égypte qui a soutenu le projet de résolution russe aux Nations unies au sujet d'Alep, il y a quelques jours, je ne vois pas quels seraient les pays arabes qui accueilleraient favorablement cette présence russe. Les Saoudiens qui, pendant un certain temps, étaient ouverts à la normalisation de leurs relations avec la Russie, ont fait marche arrière à cause de la politique russe en Syrie », affirme le diplomate arabe.

Paradoxalement, le grand retour de Moscou sur l'échiquier moyen-oriental, et plus particulièrement sur le terrain syrien, lui a permis de pouvoir se mettre à table avec les cinq acteurs-clés de la région – Israël, la Turquie, l'Égypte, l'Iran et l'Arabie saoudite – à différentes échelles. La Russie entretient d'excellentes relations avec Israël, même si certaines divergences persistent sur le dossier syrien. Après une crise profonde résultant de la destruction par l'aviation turque d'un bombardier russe survolant la frontière syro-turque en novembre 2015, Ankara et Moscou ont enterré la hache de guerre en scellant notamment, avant-hier, un accord sur la réalisation du projet de gazoduc TurkStream pour acheminer du gaz russe à l'Europe sous la mer Noire.

L'Iran et la Russie soutiennent militairement le régime de Bachar el-Assad, formant une alliance de circonstance. Ce rapprochement avec la République islamique a certainement de quoi exacerber les tensions avec l'Arabie saoudite. Mais pour Igor Delanoë, « les Saoudiens peuvent avoir tendance à voir la Russie comme un contrepoids à l'influence grandissante de l'Iran dans la région ». En dépit de relations certes compliquées, « les Russes et les Saoudiens se parlent et se rencontrent », poursuit le chercheur.
La base navale de Tartous marque de manière claire le renforcement de la présence militaire russe au Moyen-Orient. Mais pas uniquement. Elle présage d'une ambition certaine de Moscou de jouer un rôle plus global, comme au temps de la guerre froide, notamment depuis que la Russie envisage de rouvrir des bases à l'étranger, comme à Cuba, au Vietnam et en Égypte.

 

 

Lire aussi

Que peuvent faire les Occidentaux face aux Russes en Syrie ?

Pourquoi Alep-Est est le laboratoire idéal pour Moscou

Russes et Occidentaux incapables de s'entendre pour "sauver Alep"

La Syrie, un dossier désespérant pour la diplomatie

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Rocchesani Marcel

L'occident et leurs amis ont déstabilisé le Moyen Orient. En Libye et en Syrie des pays de la communauté Européenne (avant Brexit) ont pris leur part de responsabilité dans ce gâchis (qui peut être a conduit au Brexit). Et aujourd'hui encore les mêmes dirigeants et médias continuent de nous faire croire que la Russie est la seule responsable de cette sale guerre. Il serait temps que le mensonge cesse. Oui la Russie de Poutine sera plus présente en méditerranée que l'ex URSS cela est un fait et le restera longtemps. Pour les dirigeants occidentaux c'est un cinglant revers. A qui la faute ? Mais cela est préférable à l'état islamique de l'EI qui sans l'intervention Russe serait aujourd'hui installé dans les bureaux de Bachar à Damas.

DAMMOUS Hanna

Sommes-nous dans une néo-guerre froide ?
Il faudra voir qui trouve un intérêt à cette éventualité. La fin de l’union soviétique et l’émergence du terrorisme, avec un summum le 11 septembre, a battu en brèche la théorie américaine : «l’islam est notre allié objectif il faut avant tout se débarrasser du communisme, les arriérés musulmans seront vite muselés ». Cette équation est tombée à l’eau, donc pourquoi n’avoir pas un rival russe entre-temps devenu capitaliste et revenir à la bonne vielle tension bipolaire. Ils finiront à eux deux par mettre au pas ces turbulents musulmans et le M-O comme toujours est le dindon de la farce. Ils feront en même temps grand plaisir aux complexes militaro-industriels qui restent des moteurs économiques et l'axe principal du développement et de la recherche.

Chammas frederico

Il fallait s'y attendre
Les USA se concentrant sur "l'est " proche ou lointain, une opportunité a été fournie à la Russie, de s'installer en Méditerranée...
Oublier les Russes sur l'échiquier des Très Grandes Puissances, est une grossière erreur

M.V.

C'est les chinois qui sont ravi ...ils auront accès à une base navale technique en Méditerranée...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE RUSSE NE FAIT AUJOURD,HUI QUE SE DEFENDRE CONTRE SON ENCERCLEMENT MILITAIRE QUI COMMENCE DE L,ALASKA EN PASSANT PAR LA BALTIQUE, L,EUROPE DE L,EST, LA TURQUIE, L,UKRAINE ET LES PAYS DE L,ASIE CENTRALE... EN PRENANT EN COMPTE CETTE VERITE ON PEUT COMPRENDRE ET ANALYSER TOUT CE QUI SE PASSE AU MOYEN ORIENT DEVENU L,ECHIQUIER OU SE JOUE LA PARTIE DE SHESH BESH DES DEUX GRANDS !
UNE SEVERE ERREUR D,UN DES PETITS ECERVELES QUI SE PRODUISENT SUR LES TERRAINS ET LA MECHE D,UNE TROISIEME GUERRE MONDIALE APOCALYPTIQUE... LE CHEVAL DE L,APOCALYPSE Y TROTTE DEJA... AVEC EPICENTRE LE M.O. SERAIT ALLUMEE...

Ma Fi Metlo

2 théories idiotes sont battues en brèche par cet article.
1- où est la connivence Russo usa ?
2- le rôle des bensaouds qu'on voudrait présenter comme primordial alors qu'il n'est que subalterne.

Les égyptiens leur ont mis un doigt malgré toute l'aide que leur octroie les bensaouds.

Ajoutons que la France est une fois de plus ça devient une coutume, Cocue.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La reconstruction de la Syrie et les clivages politiques internes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.