Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Éclairage

À Sanaa, le raid de trop ?

Les frappes aériennes qui ont fait 140 morts au Yémen au cours du week-end pourraient être lourdes de conséquences, affectant les relations entre Riyad et Washington.

Photo d’archives du président américain Barack Obama saluant le roi Salmane d’Arabie saoudite en Turquie, le 15 novembre 2015. Photo Reuters

Mais que fait donc l'Arabie saoudite ? Englué depuis un an et demi dans une opération militaire désastreuse au Yémen, le royaume s'est une fois de plus attiré les foudres de plusieurs grandes puissances, après le raid samedi à Sanaa. D'après l'Onu, 140 personnes ont été tuées et 525 autres blessées dans des frappes aériennes qui ont touché une cérémonie funèbre dans la capitale yéménite tenue par les rebelles houthis. Soutenus notamment par l'Iran, ces derniers n'ont pas hésité à qualifier l'opération de « crime de guerre », et leur chef Mohammad Ali al-Houthi, ainsi que son allié l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh, ont enjoint aux rebelles de se venger et de combattre « l'ennemi saoudien ».

 

(Lire aussi : Saleh appelle à la mobilisation à la frontière saoudienne)

 

Le raid de Sanaa n'est pas non plus sans conséquences sur l'allié américain, qui s'est dit « profondément troublé » par le massacre, avant d'annoncer le réexamen de son soutien à la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, déjà réduit ces derniers mois. « La coopération sécuritaire des États-Unis avec l'Arabie saoudite n'est pas un chèque en blanc », a ainsi affirmé Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale à la Maison-Blanche. Ce bain de sang survient alors que Washington et la communauté internationale critiquent Moscou avec virulence pour ses opérations en Syrie, surtout à Alep où de nombreuses victimes civiles sont à déplorer, et les négociations de paix sont plus que jamais au point mort.

Ce n'est certes pas la première fois que Washington est pris de court par les initiatives saoudiennes. Le début des opérations de la coalition arabe au Yémen en est un exemple. Bien que le combat contre el-Qaëda, l'État islamique et autres groupes terroristes soit une priorité pour Washington, avec pour conséquence voulue plus de stabilité dans la région, contrer l'influence iranienne reste le souci primordial de Riyad. Les proxy wars (guerres par procuration) entre le royaume et la République islamique prolifèrent en Syrie, en Irak, au Yémen... La même guerre d'influence règne au Liban.

 

(Lire aussi : Yémen : la coalition arabe veut un règlement d'ensemble, pas une simple trêve)

 

Critères moraux
La signature, le 14 juillet 2015, d'un accord historique sur le programme nucléaire iranien a accéléré la détérioration des relations entre l'administration du président américain Barack Obama et le royaume wahhabite, qui depuis s'estime lâché par son allié de toujours. La levée des sanctions à l'encontre de l'Iran, redevenu en quelque sorte « fréquentable », n'a certainement pas contribué à apaiser les craintes de Riyad, qui s'estime encerclé par ses ennemis.

Dans ce contexte, les déclarations américaines concernant une réévaluation du soutien militaire au royaume, suite aux frappes de samedi à Sanaa, ne sont pas vraiment anodines. Mais la puissance de feu de Riyad en ressentira-t-elle les conséquences ? Rien n'est moins sûr. Il y a un mois exactement, un contrat de 1,15 milliard de dollars a été signé par les deux pays lors d'une vente d'équipements de défense à Riyad. La vente portait, entre autres, sur des chars, des armes automatiques lourdes capables de traiter des objectifs terrestres, des lance-grenades, des véhicules blindés... Comme quoi le refroidissement des relations entre les deux alliés n'empêche pas les bonnes affaires. « Les États-Unis sont les premiers à se rendre coupables de bavures, donc je doute que les critères moraux pèsent dans leur réaction à ce triste événement. On est loin de schémas comparables à celui de l'Allemagne par exemple, qui veut revoir ses livraisons d'armes à l'Arabie saoudite du fait de leur apparente utilisation par cette dernière au Yémen », juge Barah Mikaïl, directeur de Stractegia Consulting et professeur à l'Université de Saint-Louis à Madrid.

 

(Lire aussi : Plus de 400 victimes de bombes à sous-munitions en 2015, notamment en Syrie et au Yémen)

 

Ces développements surviennent, en outre, à un mois de la présidentielle américaine, et donc en fin de mandat de Barack Obama. Si l'homme d'affaires qu'est Donald Trump pourrait plus ou moins être un choix satisfaisant pour le royaume, ce dernier pourrait toutefois mieux s'entendre avec Hillary Clinton, bien connue de Riyad depuis l'époque à laquelle elle était secrétaire d'État. Sur le plan diplomatique, les opérations saoudiennes devraient avoir peu de conséquences sur les relations entre Riyad et Washington, en tout cas à court terme. Certes, il est peu probable qu'une relation américano-saoudienne solide se maintienne au cours des prochaines décennies, « et ce malgré le fait que les pays soient officiellement engagés par les termes du pacte de Quincy jusqu'en 2065 », rappelle Barah Mikaïl. « Mais je ne crois pas que cela va dépendre de ce qui vient d'arriver au Yémen, et donc un tel malaise ne sera pas pour tout de suite. »

 

Lire aussi

Manœuvres navales saoudiennes dans le détroit d'Ormuz

Les houthis, une menace pour le trafic maritime dans la mer Rouge ?

 

Pour mémoire

Carnage à Aden : au moins 71 morts dans un attentat suicide revendiqué par l'EI

Mais que fait donc l'Arabie saoudite ? Englué depuis un an et demi dans une opération militaire désastreuse au Yémen, le royaume s'est une fois de plus attiré les foudres de plusieurs grandes puissances, après le raid samedi à Sanaa. D'après l'Onu, 140 personnes ont été tuées et 525 autres blessées dans des frappes aériennes qui ont touché une cérémonie funèbre dans la capitale...
commentaires (4)

A SANAA UN RAID DE TROP CONDAMNABLE... CERTES ! MAIS LES MILLIERS DE RAIDS SUR LES ECOLES ET LES HOPITAUX DONT AUCUN N,EST PLUS DEBOUT... ET LES MILLIERS DE CIVILS TUES... C,EST PAS ENCORE TROP POUR LES BOITES VIDES DE MATIERE !!!

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

12 h 16, le 11 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • A SANAA UN RAID DE TROP CONDAMNABLE... CERTES ! MAIS LES MILLIERS DE RAIDS SUR LES ECOLES ET LES HOPITAUX DONT AUCUN N,EST PLUS DEBOUT... ET LES MILLIERS DE CIVILS TUES... C,EST PAS ENCORE TROP POUR LES BOITES VIDES DE MATIERE !!!

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    12 h 16, le 11 octobre 2016

  • mais les usa ne feront rien en réalité car les saoudis sont leur allié et fournisseur de pétrole donc rien , pas de résolution à l'onu

    Talaat Dominique

    19 h 37, le 10 octobre 2016

  • A aucun moment on ne parlera de tpi tsl mswyf etc.... Parce que les us sont parties de cette agression et commanditent tout ce bordel en tant qu allié des bactéries wahabites. Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 22, le 10 octobre 2016

  • Bashar, avec l'aide des Russes et des mercenaires Iraniens venus de toutes parts, massacrent littéralement le peuple Syrien sans que personne ne réagit concrètement sur le terrain. Les rebelles en Syrie étant les allies de l'Arabie, celle-ci leur rend la pareille au Yémen. Dans les deux cas ceci est déplorable, mais dans la région c'est ainsi que les politiques règles leurs différents et s'envoi des messages. C'est malheureusement toujours les peuples qui paient la facture. Si les occidentaux avaient réagit très vite au début de la guerre en Syrie, celle-ci aurait terminé a la vitesse grand V, Bashar serait devant le TSL a rendre des comptes ou aura rejoint Saddam et Kadhafi. Le Hezbollah aurait laissé élire un Président sans rechigner et surtout, des milliers de morts inutiles aurait été épargné. Sans oublier qu'ISIS n'aurait jamais vu le jour puisque le Baghdadi et ses acolytes seraient toujours dans les geôles Syriennes. l'administration Obama a été la plus grande calamité de l'Histoire du Moyen Orient. Y qu'a évaluer les résultats!

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 32, le 10 octobre 2016

Retour en haut