X

Économie

Le Liban parmi les champions du monde de l’entrepreneuriat, selon une étude

Rapport

Selon l'édition 2015 du Global Entrepreneurship Monitor, présentée hier à Beyrouth, près d'un tiers des Libanais se considèrent comme entrepreneurs. Une tendance qui classe le pays du Cèdre au 4e rang mondial. Mais ses retombées en termes de création d'emplois demeurent faibles.

16/09/2016

L'entrepreneuriat a plus que jamais le vent en poupe au Liban. Tel est le constat dressé par le volet libanais de l'édition 2015 du Global Entrepreneurship Monitor (GEM). Selon ce rapport – réalisé en partenariat avec l'accélérateur libano-britannique UKLTH –, 30,1 % des 2 600 Libanais interrogés ont déclaré gérer leur entreprise ou être en train d'en lancer une. Un ratio qui place le Liban au quatrième rang sur les 62 pays évalués par le GEM en 2015, et qui s'avère bien plus élevé que les moyennes relevées en Amérique du Nord (13,3 %) ou en Europe (7,8 %). En outre, « c'est le double du chiffre obtenu lors du dernier sondage GEM mené au Liban en 2009 », s'étonne le professeur Steve Hill, qui a participé à la rédaction de plusieurs GEM et présenté hier son volet libanais à l'hôtel Radisson Blu à Beyrouth.

En outre, cette propension à se lancer dans une activité entrepreneuriale est largement diffuse. Elle concernerait ainsi 35,7 % des hommes interrogés, contre 24,6 % des femmes sondées ; ce qui classe le Liban au 3e rang mondial sur ce point. L'entrepreneuriat touche aussi bien les jeunes – avec 26,7 % des 18-24 ans interrogés – que les seniors (25,6 % des 55-64 ans). L'éducation ainsi que le niveau de revenus ne semblent pas non plus être discriminants : 27,6 % des personnes dont l'éducation s'est arrêtée à l'école primaire se déclarent entrepreneurs ; comme plus de 20 % des personnes au revenu inférieur à 5 300 dollars. Les disparités les plus nettes sont géographiques, la propension à l'entrepreneuriat étant deux fois plus développée à Nabatiyé (43,3 %) qu'au Liban-Nord (21,4 %).

 

(Lire aussi : Grand sommet sur les start-up à l'Esa)

 

L'opportunité plus que la nécessité
Parmi les facteurs qui ont pu favoriser cette intensité de l'activité entrepreneuriale, le rapport relève notamment l'existence d'une main-d'œuvre « bien éduquée et bien qualifiée, avec un flux constant de nouveaux diplômés à travers plusieurs disciplines ». Il note aussi que l'image positive véhiculée autour de ce statut dans la société ou les médias contribue à ce dynamisme. Le rapport insiste enfin sur le rôle joué par la Banque centrale dans le financement des entreprises, à travers ses différents mécanismes de crédits subventionnés mis en œuvre depuis 2013 pour soutenir l'économie ; ou sa circulaire 331 de 2013 qui autorise les banques à investir dans les sociétés œuvrant dans l'économie de la connaissance.

Steve Hill note que la paupérisation de la société libanaise depuis 2009 a pu aussi jouer un rôle : « De plus en plus de personnes ont des difficultés à joindre les deux bouts et doivent travailler pour eux-mêmes. » Paradoxalement, le rapport indique néanmoins que 72,3 % des sondés se déclarant comme entrepreneurs affirment avoir choisi cette voie car ils ont identifié une nouvelle opportunité sur le marché, tandis que seuls 27,4 % d'entre eux déclarent l'avoir fait par nécessité économique. « Vu le niveau de chômage, l'arrivée en masse de réfugiés et les limites de la Sécurité sociale, (ce) niveau (...) peut être considéré comme étonnamment bas », note le rapport.

 

(Lire aussi : Un nouvel incubateur pour les start-up libanaises)

 

Faible création d'emplois
Un taux élevé d'entrepreneuriat ne garantit toutefois pas une création importante d'emplois. Seuls 11 % des entrepreneurs libanais qui viennent de créer leur société pensent embaucher plus de 6 personnes dans les 5 ans ; tandis que 41,9 % d'entre eux envisagent de n'effectuer aucune embauche. « Dans la majorité des pays, les entrepreneurs travaillent seuls, comme les chauffeurs de taxi ou les coiffeuses », affirme Steve Hill. Reste qu'en ce qui concerne la volonté de recruter plus de six employés, le Liban se situe au 45e rang sur les 62 pays sondés par le GEM.

Pour les rapporteurs, une partie de l'explication à ce faible potentiel de création d'emplois résiderait dans le fait que la très grande majorité (64 %) des entrepreneurs libanais interrogés exercent dans le commerce de gros ou de détail. Quelque 19 % d'entre eux opèrent dans les services (nouvelles technologies, finance, santé, éducation...) et seulement 9,1 % dans l'industrie et 6 % dans l'agriculture. « Le commerce de gros et de détail ne crée pas beaucoup de richesses ou d'emplois, au contraire des nouvelles technologies », avance Marta Solorzano du UKLTH, qui a participé à la rédaction du rapport. « On peut trouver une ou deux "success stories" dans chaque secteur, pas seulement dans la tech. Par exemple, j'ai rencontré un homme qui a bâti une fortune en étant le directeur d'une entreprise de pompes funèbres... » nuance Steve Hill.

 

(Pour mémoire : Lancement de l'édition 2016 du prix Femme francophone entrepreneure)

 

Le rapport relève par ailleurs qu'en dépit de son haut niveau, le développement de l'entrepreneuriat au Liban reste confronté à plusieurs obstacles. D'abord, la surreprésentation des sociétés familiales, qui « peut limiter l'approvisionnement en fonds pour les start-up, car l'incapacité de rendre l'argent investi ne peut pas être considérée comme une option ». Mais les obstacles les plus prégnants demeurent « la qualité de l'infrastructure (qui) laisse à désirer, tout comme un niveau élevé de bureaucratie et une perception des services publics et privés comme étant corrompus ».

Le GEM propose plusieurs pistes pour encourager davantage l'entrepreneuriat, à partir de réponses données par plusieurs dizaines d'experts. Selon eux, le pays devrait se concentrer sur une offre Internet « plus rapide et moins chère », sur « davantage de coopération avec les universités » et plus de « soutien du gouvernement. »

 

Pour mémoire

Environnement des affaires : le Liban au 50e rang mondial

Le Liban, déjà un pôle régional pour les fonds technologiques ?

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué