X

À La Une

Attentats contre les mosquées al-Taqwa et as-Salam à Tripoli : deux officiers des SR syriens mis en cause

liban

Rifi demande au gouvernement d'expulser l'ambassadeur syrien et de rompre les relations diplomatiques avec la Syrie.

OLJ
02/09/2016

Le juge Alaa Khatib a publié l'acte d'accusation dans l'affaire du double attentat contre les mosquées al-Salam et al-Takwa, à Tripoli, mettant en cause deux officiers des services des renseignements syriens (SR), rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Ce double attentat, perpétré en août 2013 dans la capitale du Liban-Nord, avait fait 42 morts et 500 blessés.

Dans un document de 44 pages, les noms de deux officiers des services de renseignements sont dévoilés. Selon l'Ani, les deux hommes, Mohammad Ali Ali et Naser Jouban, ont planifié et supervisé le double attentat. Des mandats de recherche ont été émis pour que soit dévoilée l'identité des officiers responsables des deux suspects car, toujours selon l'Ani, l'enquête a démontré que l'ordre a été donné par un "service de sécurité de haut niveau".

L'enquête sur ce double attentat avait également mené à l'arrestation de plusieurs Libanais du quartier tripolitain de Jabal Mohsen (à dominante alaouite et pro-Assad).

Premier à réagir, le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, a remercié la justice pour sa décision, estimant que "l'accusation est directement dirigée contre le régime syrien". "Je remercie la justice, les forces de sécurité et les services de renseignements, qui ont permis d'aboutir à cette décision, a écrit M. Hariri sur twitter. Le verdict nomme clairement les deux militaires des services de renseignements du régime syrien Mohammad Ali Ali et Nasser Joubin et par la suite l'accusation est directement dirigée contre le régime et ses services, a affirmé le leader sunnite. Comme nous l'avons promis aux habitants de Tripoli nous continuerons à déployer des efforts afin que les accusés soient arrêtés", a affirmé M. Hariri.

De son côté, le ministre démissionnaire de la Justice, Achraf Rifi, a salué l'acte d'accusation. Il a demandé dans ce cadre au gouvernement d'expulser l'ambassadeur syrien et de rompre les relations diplomatiques avec la Syrie.

"L'acte d'accusation émis par le juge d'instruction Alaa Khatib est le résultat de la lutte et de la fermeté, a déclaré M. Rifi. Sans cette fermeté, l'ère de la tutelle syrienne et des crimes se serait poursuivie. Nous sommes convaincus que la Cour de justice jugera les auteurs". "L'ère de la tutelle syrienne est terminée pour de bon, a affirmé M. Rifi. Les menaces du régime syrien ne nous effrayeront pas".

L'ancien ministre s'est ensuite adressé aux Tripolitains. "Vous êtes les courageux qui préservent l'unité nationale, a-t-il dit. Nous ne nous baisserons pas les bras avant que justice soit faite au sujet de tous les crimes et tous les dossiers".

Réagissant aux propos de M. Rifi, le chef du Parti arabe démocrate (PAD, alaouite), Rifaat Eid, a déclaré: "Nous attendons le verdict de la Cour de Justice pour que soit dévoilée la haine du ministre Achraf Rifi". Le ministre démissionnaire de la Justice avait affirmé que le PAD est suspecté d'être impliqué dans le double attentat et ce par le biais du garde du corps de l'ancien chef du PAD, Ali Eid.

 

Pour mémoire
Commémoration des attentats contre les mosquées al-Taqwa et as-Salam à Tripoli

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Règlement de compte entre les membres d'une même famille .

Suite à l'offre du héros de la résistance libanaise de s'unir contre justement ces fauteurs de trouble ..

Saleh Issal

Alors c'est qui les terroristes ?
A Nahr al Bared c'était qui les terroristes ?
Quel est le responsable d'une milice illégale au Liban qui a martelé sur les chaînes de TV : ligne rouge à Nahr el Bared ?
Celui qui a dit "ligne rouge " , protégeait-il les terroristes car il était impliqué avec les syriens ?
La justice ira t'elle assez loin pour impliquer les responsables de milices libanaises ?
Si la justice a pu obtenir des résultats tangibles avec les professionnels du terrorisme que sont les SR syrien, alors pourquoi n'obtient elle rien lorsqu'il s'agit d'assassinats de patriotes libanais dans lesquels la responsabilité est clairement définie par des vidéos ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué