Interview express

« Adnani, une pièce majeure dans le jeu d’échecs de l’EI qui a été abattue »

Nicolas Hénin, reporter indépendant, ancien otage de l'organisation État islamique et auteur de « Jihad Academy : nos erreurs face à l'État islamique », répond aux questions de « L'Orient-Le Jour », après la mort du numéro deux de l'EI, Abou Mohammad el-Adnani.

Abou Mohammad al-Adnani dans une vidéo de propagande de l’EI. Photo YouTube/AFP

Quelle est l'importance d'Abou Mohammad el-Adnani abattu par les Américains ?

C'est une personnalité extrêmement importante, d'abord par son côté vétéran, car il est certain que l'accumulation d'expériences est essentielle dans la constitution d'une personnalité combattante. Le fait que ce soit un vétéran de la guerre d'Irak, auréolé à cette occasion d'une incarcération à Camp Bucca, puis le fait qu'il ait accompagné très tôt la « jihadisation » de la révolution syrienne contribuent à son importance. Son expérience irakienne lui a fait connaître l'influence d'Abou Moussab el-Zarqaoui, puis il a été aux côtés du plus haut leadership de l'EI, notamment Abou Bakr el-Baghdadi, dont il était le bras droit. C'était à la fois un chef militaire et un idéologue.

 

En sait-on davantage sur les circonstances de sa mort et de la préparation de cette opération américaine ?
Sur le site FlightRadar24, qui suit les transpondeurs des appareils en temps réel, on a vu pendant une huitaine d'heures dans la nuit d'avant-hier un appareil non immatriculé tourner autour d'al-Bab. Ça m'étonnerait que cet aéronef ait été le drone lui-même (qui a visé Adnani), mais peut-être un appareil d'accompagnement. Par ailleurs, les Turcs, par le biais de leurs relations ambiguës avec les jihadistes du Nord syrien, ont de très bons réseaux de renseignements et d'informations, et les spéculations qui sont faites sur une information turque qui aurait aidé les Américains à atteindre cette cible sont une piste tout à fait possible, même si elles ne sont absolument pas confirmées. En sachant toutefois que les Américains ont également leur réseau d'informations sophistiqué et ont très bien pu mener ce raid sans aide extérieure. Je ne donne en revanche aucun crédit à la revendication russe.

 

Quel va être l'impact de la mort du bras droit de Baghdadi ?
La réponse est contradictoire et s'inscrit en deux parties. Tout d'abord, toute organisation jihadiste sérieuse, et malheureusement l'EI en est une, prévoit ce genre d'aléa que constitue la disparition de ses cadres, y compris les plus élevés. Au lendemain du décès de Ben Laden, on a même vu el-Qaëda se revigorer, même si ça a été surtout du fait des printemps arabes qui ont permis au groupe de se réimplanter. La mort de Zarqaoui n'a absolument pas abattu, à l'époque, l'État islamique en Irak, le prédécesseur de Daech (acronyme arabe de l'EI). Même la mort de l'Américano-Yéménite Anwar el-Awlaqi n'a guère affecté son influence. Il ne faut donc pas se faire trop d'illusions sur l'impact d'une telle élimination ciblée.
En revanche, il serait tout aussi trompeur de penser que, puisque cela ne va pas avoir d'impact immédiatement perceptible, cela n'a aucune importance. C'est une pièce majeure dans le jeu d'échecs de l'EI qui a été abattue. Il y a certainement déjà des solutions envisagées pour le remplacer. Mais cela reste une très grosse perte pour l'EI, aussi bien en termes de communication qu'en termes opérationnels, car il est admis par tous que Adnani a joué sur les deux tableaux, en ayant été à la fois le « ministre de la propagande » et le « ministre des attentats ».

 

Repère

En cinq mois, plusieurs chefs de l'EI tués en Syrie et en Irak

Lire aussi

Qui, des Etats-Unis ou de la Russie, a tué le stratège de l'EI Abou Mohammed al-Adnani ?

Pourquoi l'État islamique n'arrive pas à faire son nid en Libye

Au Moyen-Orient, la lutte contre l’EI peut attendre


Quelle est l'importance d'Abou Mohammad el-Adnani abattu par les Américains ?


C'est une personnalité extrêmement importante, d'abord par son côté vétéran, car il est certain que l'accumulation d'expériences est essentielle dans la constitution d'une personnalité combattante. Le fait que ce soit un vétéran de la guerre d'Irak, auréolé à cette occasion...

commentaires (0)

Commentaires (0)