L’édito de Émilie SUEUR

Burkini, une affaire à risques

L’édito
23/08/2016

 

C'est le débat du moment. Et pas seulement dans les frontières hexagonales. Faut-il ou non interdire le burkini en France, comme l'ont décidé, pour une période donnée, une vingtaine de communes ?
C'est donc sous la forme de cette tenue de bain hypercouvrante que revient en force le débat sur la place de l'islam et des musulmans en France. Avec tous ses appendices, du respect du principe de laïcité à la condition de la femme, en passant par la définition de l'identité nationale et le vivre-ensemble.

Ce débat a souvent été passionnel, et l'est d'autant plus aujourd'hui qu'il s'inscrit dans un contexte particulier, la France étant depuis des mois la cible d'attaques sanglantes de la part du groupe État islamique, qui se revendique de l'islamisme le plus radical.
Ce contexte entraîne des déclarations pour le moins à l'emporte-pièce. À l'instar de celles d'un responsable de la municipalité de Cannes estimant que le burkini est une « tenue ostentatoire qui fait référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui font la guerre » à la France. L'on a du mal à imaginer l'EI autorisant les femmes à se baigner en burkini dans le Tigre...
Parmi les autres arguments invoqués pour interdire cette tenue de bain, l'on trouve le principe de laïcité et les atteintes à l'ordre public. Un motif retenu hier par le tribunal administratif de Nice pour valider l'interdiction du burkini.

Ces arguments suscitent l'incompréhension dans de nombreux pays du monde, notamment anglo-saxons. Les éditorialistes britanniques, par exemple, n'y sont pas allés de main morte pour commenter l'interdiction du burkini.
Le fait que la France et la Grande-Bretagne suivent deux modèles radicalement différents en matière d'intégration des populations issues de l'immigration n'est pas étranger à cette incompréhension.
D'un côté, le modèle anglo-saxon, multiculturel, dans lequel l'intégration passe par la reconnaissance des appartenances communautaires. De l'autre, le modèle français, républicain, fondé sur la nationalité-citoyenneté et l'adhésion individuelle à un contrat social, et dans lequel sont dissociées les sphères publique et privée.

Ces deux modèles ont néanmoins un point commun : ils ont montré leurs limites depuis des années déjà. En France, l'égalité républicaine s'est trop souvent échouée sur une réalité faite de discriminations. Ce qui pourrait expliquer, peut-être, qu'une forme d'érosion des particularismes culturels via l'école républicaine n'ait pas fonctionné comme certains auraient pu l'espérer. Car aujourd'hui, ce sont fort probablement des membres de la deuxième ou troisième génération d'immigrés qui portent le burkini.
Un contexte de crise économique, d'érosion des frontières entre l'interne et l'international, d'attentats revendiqués par l'EI, voire de précampagne présidentielle sur fond de montée des extrêmes ne favorise pas, en outre, un débat serein sur le sujet.

Aujourd'hui, l'affaire du burkini est donc une énième manifestation d'un même débat, essentiel, de société.
Mais la forme que prend cette affaire pose question.
Certes, le burkini peut heurter les sensibilités à maints égards, mais son interdiction ne risque-t-elle pas d'avoir l'effet contraire à celui recherché ? Au lieu de renforcer l'individu-citoyen, ce pilier du modèle français, ne favorise-t-on pas un effet de communautarisation ? Une contradiction qui pourrait d'ailleurs être un écho de ces appels lancés, après chaque attentat, aux musulmans de France à se désolidariser en tant que communauté, quand on rejette tout comportement communautaire. Et ce tiraillement entre deux logiques ne risque-t-il pas, à terme, d'alimenter le repli et la frustration dont se nourrissent les groupes les plus radicaux ?

 

Lire aussi
L'Australienne d'origine libanaise Aheda Zanetti, créatrice du burkini, à « L'OLJ » : C'est juste un maillot !

Pourquoi le burkini divise-t-il la société française ?

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il est essentiel que le statut de la femme soit extirpé du champ religieux pour le considérer, ainsi qu'il se doit, comme 1 affaire publique.
Cette décision constitue-t-elle 1 relecture intelligente des textes sacrés ? Pourquoi en douter puisque le Coran, comme d'autres "livres?", est opportunément propice à toutes les interprétations !
Mais ce sont toujours ces "sacrés" prélats ou imams qui congèlent les esprits dans le dogmatisme le + roide et le + infâme, dont on sent les brûlures à cause de ces rongeurs ténébreux, faux révélateurs, jongleurs aux allures louches et aux pas tortueux : l'effroi et non l'amour, tel est le fond de leur loi dans leur noir et implacable fourmillement !
On attend donc que de vrais penseurs musulmans s'appliquent à arracher cet "islam-là" de cet archaïsme, qui ne connaît de normes que celles l’époque de "l’Hégire" d’il y a 14 siècles ! Comme si tout s'était figé à la Mecque et à Médine, stérilisant les évolutions, déconnectant ce sacré et coulant dans le dogme 1 soi-disant "nature" ; comme si leurs convictions ne seraient pas nourries par un fanatisme, mais par un réalisme correspondant à "la nature des choses de la vie" !
Hélas ! Parmi la nature des choses il faudrait donc compter, selon eux, l'inégalité entre l'homme et la femme qui justifie la dépendance de celle-ci. Et, par conséquent, cet "islam-là" adopterait l’idée que, selon ces "Livres" : "Le fait d'avoir 1 corps a toujours été considéré chez les femmes…. comme une ignominie." !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE DIRAIENT LES DEFENSEURS PARTISANS DU BURKINI DANS LES PAYS AUX MOEURS DIFFERENTS SI DES GROUPES DE JEUNES FILLES, TOURISTES EUROPEENNES, ALLAIENT DANS LES PAYS DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE SE BAIGNER EN BIKINI SUR LEURS PLAGES ? CHOSE DEFENDU ET PUNIE DE MORT SELON LA CHARIA... ILS CRIERAIENT A LA PROVOCATION RELIGIEUSE ! EH BIEN, C,EST MESDAMES ET MESSIEURS TOUT A FAIT ET EXACTEMENT LA MEME CHOSE QUE CES POUSSEES PROVOCATRICES AU BURKINI...

Rotary Beyrouth

Avez-vous remarqué que les Burkini en France ne sont portés que par des femmes à la silhouette parfaite ? Pas de dondons, pas de fessiers débordants ni rien de tout cela. Si le Burkini faisait son apparition en France porté par une bonne femme dodue à souhait, personne ne l'aurait remarquée et il n'y aurait eu aucune polémique. Ah les voyeurs !!!

F. MALAK

Hitti arlette

Pouquoi tant palabres et de discussions bysantines.. Les islamistes du monde entier derangent par leur insistance a ne pas vouloir s'integrer et respecter leurs pays d accueil , a vouloir afficher d une maniere ostentatoire leur appartenance religieuse .. Pourquoi tant d effort a affronter ceux qui stigmatisent leurs comportements . N est il pas plus facile et epanouissant d' aller dans leurs pays respectifs et exercer comme bon leur semble leurs habitudes inhérentes a leur islam ?

LA TABLE RONDE

Vous posez de bonnes questions Mme Sueur,les réponses dépendront de qui est qui.

Toutefois est-ce que le fait qu'une femme en bikini qui voit à côté d'elle une femme voilée ou disons couverte de la tête aux pieds aurait un quelconque sentiment de culpabilité ? Ou d'agression?

J'en ai pas le sentiment. .
je suis a Cannes en ce moment et j'ai posé la question autour de moi. En majorité voir unanimement c'était NON.

Irene Said

Ayant vu, dans ma jeunesse depuis un pays voisin de la France, la guerre d'Algérie dans toutes ses horreurs, je vois une autre explication à la soudaine mode de ce fameux burkini...en France justement !
Une grande partie des actuelles femmes immigrées en France sont de la 2ème et 3ème génération de ce peuple qui a été occupé, humilié, torturé et tué par la France.
Ce burkini, pour moi, (mis à part celles qui le portent vraiment par conviction "religieuse") est ainsi une façon pour ces femmes de s'affirmer enfin, de "faire la nique" à l'ancienne puissance occupante qui a tué leurs pères, frères etc.

Sans parler de tous ceux, extremistes et autres fanatiques islamistes, qui n'ont qu'un but en tête: propager leur théories partout dans le monde non-musulman.

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LES REVENDICATIONS NE S,ARRETERAIENT POINT MADAME AU BURKINI... C,EST UN PETIT PROVOC PAR RAPPORT AUX REVENDICATIONS DE MOEURS ETRANGES AUX PAYS EUROPEENS ET QUE LES EXTREMISTES, CAR ILS EN SONT DERRIERE, METTRONT SUR LE TAPIS L,UNE APRES L,AUTRE POUR ISLAMISER LES SOCIETES OCCIDENTALES... N,OUBLIEZ PAS QUE C,EST LE BUT DECLARE TOUT HAUT PAR PLUSIEURS IMAMS DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE... LES SPONSORS DE TOUTES LES ORGANISATIONS ETREMISTES SUR PLACES ET DE PAR LE MONDE...

Paul-René Safa

Madame,le brusque surgissement du néant du Burkini (néologisme aussi insidieux que les pseudo-arguments pour le défendre) ne vous interpelle-t-il pas ? Nous faut-il vraiment croire (benoîtement) qu'il s'agit là d'un phénomène anodin, fruit de l'imagination (délétère) d'un "créatif" de mode et destiné à rendre service à des dames avides de baignades mais soucieuses de ne pas dévoiler leurs charnmes aux messieurs lubriques?

Allons, allons, Madame, vous-même vous n'y croyez pas et dites-nous plutôt quels sont les véritables projets cachés derrière cet objet, du reste tellement ridicule.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué