Rechercher
Rechercher

À La Une - interview

L'Australienne d'origine libanaise Aheda Zanetti, créatrice du burkini, à L'OLJ : "C’est juste un maillot !"

La créatrice originaire de Tripoli et vivant en Australie revient sur la polémique autour de cette tenue en France.

C'est à des dizaines de milliers de kilomètres des plages françaises, en Australie, qu'a été inventé, en 2004, le burkini. Sa créatrice, Aheda Zanetti, est une Australienne d'origine libanaise. AFP / SAEED KHAN

Faut-il, ou non, interdire le burkini sur les plages françaises. Le débat au sujet de cette tenue de plage couvrant le corps et la chevelure des femmes fait rage à travers l'Hexagone, alors que les maires de quatre communes côtières de France ont pris ces derniers jours des arrêtés pour la prohiber. Plusieurs motifs ont été invoqués par les édiles, dans une France cible de plusieurs attentats revendiqués par l'organisation Etat islamique, pour interdire le burkini : crainte de troubles à l'ordre public, manifestation ostentatoire d'une appartenance religieuse, "référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui (nous) font la guerre".

C'est à des dizaines de milliers de kilomètres des plages françaises, en Australie, qu'a été inventé, en 2004, le burkini. Sa créatrice, Aheda Zanetti, une Australienne d'origine libanaise, s'étonne, aujourd'hui, de l'ampleur de la polémique en France. "Pourquoi toute cette polémique ? C’est juste un maillot ! Chacun a le droit de s’exprimer comme il le souhaite !".

Pour Aheda Zanetti, 48 ans, le burkini est "un maillot pour la femme musulmane mais qui correspond aussi au code vestimentaire occidental". L'Australienne ne s'est pas arrêtée au burkini, puisqu'elle a aussi créé le "hijood", une tenue de sport qui permet aux femmes qui le souhaitent de cacher leur corps tout en pratiquant une activité sportive. Avant de le proposer à la vente, la Libanaise affirme avoir demandé au mufti d'Australie de vérifier que le burkini est "approuvé par l'islam". "J'ai obtenu un certificat ou ce qu'on appelle une fatwa du mufti", explique l'Australienne qui a déposé les marques "burkini" et "burqini".

Derrière les deux vêtements, se trouve "la conviction qu'aucune fille ne devrait être empêchée, du fait de restrictions imposées par la pudeur, de pratiquer des activités sportives, et ce d'autant plus que le sport préserve le corps et le moral", explique cette femme originaire de Tripoli, qui a quitté le Liban à l'âge de deux ans. Il y aussi la frustration de n'avoir jamais pu profiter de la plage, dans un pays où les activités aquatiques sont omniprésentes, ou mener des activités sportives pendant sa jeunesse en raison des restrictions imposées par sa religion, confie-t-elle.

 


Aheda Zanetti entourée de deux modèles en burkini. AFP / SAEED KHAN

 

C'est ce qui pousse cette mère de quatre enfants mariée à un Grec à abandonner le secteur de la coiffure pour créer, en novembre 2004, la société Ahiida. Durant plus d'un an, elle coud les burkinis "toute seule" pour un petit cercle d'acheteuses australiennes. Puis les burkinis d'Aheda Zanetti commencent à se faire connaître à l'international et elle se retrouve "à travailler jusqu'à 5 heures du matin". C'est en 2006 qu'elle commence à embaucher des employés pour l'aider. Sa société compte aujourd'hui un plus plus d'une dizaine de salariés qui confectionnent et vendent le burkini.

Des menaces
Sous l'ombrelle d'Ahiida, la créatrice a décliné le burkini en "Slim-fit", "Modest-fit", "Plus-size", "Sportz-fit", "Sun-safe fit" et modèle enfant. Pour un prix allant de 38 dollars américains à 120 dollars. Sur le site de l'entreprise, qui annonce pouvoir livrer partout à travers le monde, trois mots résument la manière dont est perçu le burkini par ses créateurs : "liberté, flexibilité, confiance". 

De 2008 jusqu'à ce jour, 700.000 burkinis ont été vendus à travers le monde, notamment aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne. Des burkinis sont aussi livrés en France, en Allemagne, aux Pays-Bas ou encore en Suisse. "Ces trois derniers mois, précise Mme Zanetti, les ventes en France ont augmenté de 40%". Si tous les vêtements sont produits en Australie, la créatrice a dû, en raison du succès, ouvrir trois entrepôts de stockage en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et au Canada.

 


Aheda Zanetti et son burkini. AFP / SAEED KHAN

 

Les clientes d'Ahiida sont de toutes les nationalités, assure Mme Zanetti, mais aussi de toutes les religions. Selon l'entrepreneuse, 40% des acheteuses ne sont pas musulmanes mais préfèrent, elles aussi, un maillot qui ne dévoile pas trop de chair. Dans sa propre famille, poursuit-elle, toutes les femmes portent le burkini.

Le processus de lancement du burkini a, lui aussi, suscité quelques éruptions de rejet. "Nous avons reçu quelques emails de la part de gens affirmant vouloir tuer tous les musulmans et disant détester tout ce en quoi nous croyons". Mais la créatrice aborde cette question avec philosophie : "Je ne prends pas ces menaces comme des menaces personnelles. Je préfère que ces gens-là m’envoient ces emails à moi plutôt que de causer des troubles ailleurs".

 

Lire aussi

Pourquoi le burkini divise-t-il la société française ?

#MusulmanDiscret : quand Twitter tourne en dérision les propos d'un ancien ministre français

Une sortie piscine en burkini finalement interdite en France

Les marques occidentales développant des vêtements islamiques fustigées en France

Voile à la fac : tensions dans le débat public, moins sur le terrain


Faut-il, ou non, interdire le burkini sur les plages françaises. Le débat au sujet de cette tenue de plage couvrant le corps et la chevelure des femmes fait rage à travers l'Hexagone, alors que les maires de quatre communes côtières de France ont pris ces derniers jours des arrêtés pour la prohiber. Plusieurs motifs ont été invoqués par les édiles, dans une France cible de plusieurs...

commentaires (5)

Ça faisait très longtemps que les arabes n'avaient rien inventé mais pour une fois elle aurait dû s'abstenir quelle belle invention pour évolution de la cause féminine, juste un retour à la préhistoire

yves kerlidou

10 h 20, le 20 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ça faisait très longtemps que les arabes n'avaient rien inventé mais pour une fois elle aurait dû s'abstenir quelle belle invention pour évolution de la cause féminine, juste un retour à la préhistoire

    yves kerlidou

    10 h 20, le 20 août 2016

  • Je ne suis ni inetegriste, ni fanatique ni de religion musulmane. Ouverte d esprit et tres tolerante je trouve que le burkini est bien plus elegant que le string , le monokini et les maillots echancres qui devoilent trop de chair . Bravo a Madame Zannetti pour son initiative.

    Nicolas Bassili

    05 h 56, le 20 août 2016

  • Quelle rigolade Ce que l'on ne veut pas comprendre, c'est que dans toutes les religions monothéistes au départ, il y avait ce côté machiste dans lequel tous les maux de ce monde ont débuté avec la femme qui fut créée au départ pour la procréation et le plaisir de l'homme ( voir le 1er chapitre de la Genèse): et depuis des millénaires il y avait eu cette discrimination horrible de la femme dans les 3 religions et qui, heureusement, suite à la révolution française et les déclarations des droits de l'homme ont remis les pendules a l'heure, a été corrigée dans les démocraties occidentales sécularisées. Il y a toujours des fondamentalistes extrémistes juifs et chrétiens, mais qui demeurent la minorité... Mais le problème actuel est le retour vers un fondamentalisme strict dans la religion musulmane et le fait de l''arrogance de ces minorités qui vivent en Occident et qui font tout pour choquer les "infidèles" et leur signifier leur non-intégration à leur société et à leurs valeurs alors que très peu soi-disant modérés parmi eux dénoncent ces excès, sans compter le phénomène du ISIS et de sa violence aveugle qui gagne des esprits dérangés un peu partout! Et vous vous étonnez de ces réactions contre le burkini?

    Saliba Nouhad

    19 h 15, le 19 août 2016

  • ben voyons ... ! à part un bon coup de pub ...que lui à offert sur un plateau...les socialistes au pouvoir en France ...je ne vois pas bien.... une canadienne se baigner en canadienne ni en été ..ni en hiver...!

    M.V.

    15 h 17, le 19 août 2016

  • WOW ! QUEL JOLI MAYO... LES NEANDERTHALIENS MEMES AURAIENT REFUSE DE LE PORTER...

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    13 h 48, le 19 août 2016

Retour en haut