L’édito de Michel TOUMA

Sabordage des repères

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
22/08/2016

Ce n'est évidemment pas le premier ni malheureusement le dernier ... Les enfants syriens qui sont blessés ou tués sous les bombes du régime Assad ou de l'aviation russe ne se comptent plus et leur nombre atteint des proportions choquantes et abjectes. Si les photos et les vidéos du petit Omran ont fait ces derniers jours le tour du monde, saturant les réseaux sociaux et faisant la « une » de la presse et des médias audiovisuels aux quatre coins de la planète, c'est vraisemblablement parce que le garçonnet de cinq ans laissait transparaître une sérénité et un calme poignants et bouleversants, alors qu'au même moment, autour de lui, tout n'était que mort, ruines, panique et désolation.

Avant Omran, il y eut au début de la guerre syrienne le cas du jeune adolescent Hamza el-Khatib (13 ans à l'époque) qui fut arrêté le 29 avril 2011 et sauvagement torturé dans les geôles du régime. Son corps sans vie et affreusement mutilé fut remis à ses parents dans le but évident de terroriser et de tenter de museler l'opposition pacifique qui allait crescendo. Tout le monde se souvient aussi du cas bouleversant d'Aylan, 3 ans, mort noyé au large de Bodrum, en Turquie, dans le naufrage d'une embarcation de migrants fuyant l'enfer des combats en Syrie.

Il ne s'agit là que des cas les plus médiatisés. Mais la liste est longue, très longue. Il y a quelques jours, l'organisation Amnesty International publiait un rapport sur « les pratiques les plus viles » auxquelles se livrent les tortionnaires de Bachar el-Assad, relevant que plus de 17 700 prisonniers politiques étaient morts sous la torture depuis le déclenchement du conflit en mars 2011, soit 300 par mois (ou 10 par jour) en moyenne.

Parallèlement, les indications fiables se multiplient ces derniers temps au sujet de l'utilisation, à nouveau, d'armes chimiques par les forces loyalistes ou de bombes incendiaires et à fragmentation lors des raids aériens massifs ordonnés par le président Vladimir Poutine et qui visent systématiquement, entre autres, les hôpitaux et les centres de santé.

Face à l'horreur au quotidien, c'est à un mutisme des plus surréalistes et des plus révoltants auquel nous assistons au niveau de l'opinion publique et des instances internationales, à l'exception de la France où le gouvernement vient de souligner que le rapport d'Amnesty International « rappelle une nouvelle fois, après le dossier César, la barbarie du régime de Bachar el-Assad ».

« La guerre c'est la guerre », rétorqueront certains. Certes... Mais lorsque des dirigeants et de hauts responsables politiques occidentaux bien pensants feignent d'ignorer cette sauvagerie à l'état pur pratiquée à grande échelle contre la population civile et qu'ils établissent des rapports normaux avec un tyran tel que Bachar el-Assad, tous les beaux discours deviennent alors caducs. Force est de reconnaître que dans des situations de conflit ouvert, il ne saurait être question, à n'en point douter, de morale et de sentiments. Mais dans le même temps, si l'on accepte de banaliser sans réagir le comportement d'un despote sanguinaire qui massacre sans le moindre scrupule son propre peuple, qui torture des enfants jusqu'à ce que mort s'ensuive, qui liquide par dizaines de milliers des prisonniers politiques ou bombarde aveuglément des quartiers populaires, comment, auquel cas, pourrait-on croire encore dans la sincérité et la droiture de ceux qui, en Occident, ne cessent de nous rabâcher les slogans de défense des droits de l'homme et de préservation des valeurs humanistes ?

Il ne s'agit, certes, pas de prôner un interventionnisme militaire ou l'implication directe dans des conflits armés. Mais accepter, par un mutisme complice, d'absoudre des crimes en série contre l'humanité – comme c'est le cas en Syrie – revient, qu'on le veuille ou pas, à provoquer une grave crise existentielle à l'échelle internationale... Une crise existentielle fondée sur l'annihilation de tout repère, de toute valeur de référence, dans le comportement humain. C'est l'édifice de la civilisation occidentale qui se trouve dans un tel contexte gravement menacé. Peut-on alors s'étonner que ce sabordage des repères crée un terrain fertile facilitant la tâche à ceux qui cherchent à susciter l'égarement des jeunes et l'éclosion d'une violence dépassant tout entendement au sein même des sociétés en Europe, aux États-Unis et dans moult pays dans d'autres parties du monde ?

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Même si ; délaissée et toute seule ; la Saine Syrie s’est levée pour arrêter l’ordure, le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde !".

Bery tus

verite sur verite !! je l'ai dit il y a longtemps on ne peut pas importer leur democratie et leur facon de voire les choses dans les pays orientaux ... maintenant les gouvernements des pays les plus puissants du monde entier sont responsable devant les hommes et devant Dieu de ce qui arrive ..pour reprendre le terme de mes collègues j'avais prevenue aussi une apocalypse (Nostradamus) et c'est ce qui se passera si les grandes puissances ne réagissent pas ...

.... mais n'est il pas cela ce qu'il veulent?! l'avenir nous le dira

RE-MARK-ABLE

Les chemins de l'enfer sont toujours pavés de bonnes intentions. .

Et vous Mr Touma vous allez bien ?

A la grâce de Dieu. ...

Chammas frederico

Les repères morceaux , devenus "une fiction pratique"... Pour les "puissants". Qui ne rendent compte à personne
Les mêmes qui glosent sur ces "repères" ne se privent pas de les outrepasser en "alimentant en armes et argent"... Les conflits et drames subséquents...
"Selon que vous soyez puissant ou...
C'était donc déjà dit

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR ETRE FRANC VOILA LA CONSTATATION DU NOUVEAU MOYEN ORIENT QUI GARANTIT LA PAIX ET LA SECURITE DE L,ENFANT PRODIGE... LA REGION ETAIT, SERAIT ET SE PORTERAIT MIEUX AVEC ASSAD, SADDAM, SALEH, MOUBARAK, GHADDAFI ET SANS LES ORGANISATIONS EXTREMISTES NEES DANS LA FOULEE CHAOTIQUE DE LA PRETENDUE DEMOCRATIE OCCIDENTALE QUE PRETENDUMENT ON VEUT IMPLANTER DANS DES CORPS QUI EN SONT ALLERGIQUES, QUI LA REJETTENT TOUT SIMPLEMENT OU L,EMPLOIENT POUR EPANOUIR EN SON NOM TOUTES SORTES DE CORRUPTIONS ET D,INIQUITES, LE CHAOS POLITIQUE N,ETANT PAS LA MOINDRE... LA REGION VA D,ECHECS EN ECHECS... DE CONFLITS EN CONFLITS... DE GUERRES EN GUERRES... D,APPAUVRISSEMENTS EN APPAUVRISSEMENTS ET DE CONFRONTATIONS DE CIVILISATIONS SURTOUT RELIGIEUSES ET AUTRES... IL FAUDRAIT DES PAGES ENTIERES POUR ENUMERER TOUTES LES MALEDICTIONS QU,ON FIT DESCENDRE SUR LA REGION MAIS AUSSI SUR LE MONDE EN ENTIER... CHOSE CATASTROPHIQUE POUR L,HUMANITE DANS SON ENSEMBLE !!! ET CA TRAINERA NON POUR DES DECENNIES MAIS POUR DES SIECLES... ON A REVEILLE LE MONSTRE DE L,APOCALYPSE !!!!!!!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de « L’Orient-Le Jour »

Alerte au plastique

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : le déblocage serait imminent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué