Rechercher
Rechercher

Médiacratie

Il en a fallu des drames, de « Charlie Hebdo » à l'église Saint-Étienne-du-Rouvray, en passant par ceux de l'Hypercasher, du Bataclan et de Nice pour que certains médias français consentent à clairement identifier et pointer du doigt l'islamisme radical.

Après chaque attentat, l'ordinaire, c'était plutôt : « Un jeune, originaire de Montbéliard, a effectué une présumée prise d'otages », « Un présumé terroriste de Saint-Dié-les-bains, dans les Vosges, a attaqué à la machette présumée un passant »... Pas touche à la présomption d'innocence ! Sauf qu'on oublie que ces gens ont pris les armes contre la France, tué des Français... et que contrairement au barbu présumé, les victimes, elles, sont bien réelles.

Évidemment, on a droit à chaque fois au reportage sirupeux auprès de la famille de l'assassin, « en état de choc », qui ne comprend pas pourquoi leur fils a disjoncté. Certes, il a tutoyé la petite délinquance, vendu de la drogue, brûlé une ou deux autos, poussé une fois une vieille dame dans les escaliers... Rien que de très ordinaire en somme, faut bien que jeunesse se passe. Mais surtout, insiste le clip-scoop, « il était doux, gentil, disait bonjour et merci madame, se lavait les mains avant de passer à table et ne parlait jamais la bouche pleine ». Vite, une assistance psychologique pour ces parents victimes de l'exclusion.

Puis suivent les images interminables de la farandole des bougies et des fleurs, les larmes des ayatollahs du pas-d'amalgame, les éternels couplets sur la solidarité, la compassion, le bénévolat, l'État de droit... Mais quand l'État se gargarise d'émotion médiatisée, où est le droit ? Terrible vacuité de cet ogre alourdi de fonctionnaires, suffisamment fort pour empêcher les populations de se défendre, mais trop faible pour les protéger.

Tant et si bien que le vivre-ensemble bassiné à longueur d'antennes n'est plus qu'une caricature, notamment sur les réseaux sociaux, toujours prompts à s'enflammer autour de slogans idiots et accessoires : je suis Charlie, je suis Bataclan, je suis Hypercasher, je suis kippa, je suis Nice, je suis migrant...

Et je suis français, c'est pour quand ?

[email protected]


Il en a fallu des drames, de « Charlie Hebdo » à l'église Saint-Étienne-du-Rouvray, en passant par ceux de l'Hypercasher, du Bataclan et de Nice pour que certains médias français consentent à clairement identifier et pointer du doigt l'islamisme radical.
Après chaque attentat, l'ordinaire, c'était plutôt : « Un jeune, originaire de Montbéliard, a effectué une présumée prise...

commentaires (5)

Je suis français, et avant tout chrétien catholique c'est pour quand ?

Sabbagha Antoine

11 h 47, le 29 juillet 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Je suis français, et avant tout chrétien catholique c'est pour quand ?

    Sabbagha Antoine

    11 h 47, le 29 juillet 2016

  • J'ai pas reconnu Gaby à cause du style. Mais c'était bien du Gaby dans le texte. En Chine en bensaoudie en Iran au Liban on peut dire à haute voix je suis fier d'être chinois iranien bensaoud etc.... En France pour un français de souche essayez de l'entendre dire à haute voix je suis fier d'être français. La volée de bois vert qu'il va se recevoir lui fera regretter jusqu'à même avoir été mis au monde en France. C'est le seul pays au monde où il est interdit d'être fier de l'être. Et pourtant c'est le seul où on mériterait de l'être. L'amalgame de l'ayatollah c'est un amalgame en soi. Les islamistes violents de France viennent en majorité voir exclusivité d'Afrique du Nord,pas D'ORIENT . C'est donc un règlement de compte entre colonisateur et ex colonisés . Tout un amalgame en effet.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 25, le 29 juillet 2016

  • Merci, Monsieur Gaby Nasr, de dire tout haut ce que nous pensons et ressentons tout bas, et qui nous fait si mal ! Bon week-end, Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 01, le 29 juillet 2016

  • ben ....selon le syndicat de la magistrature en France , avec son célèbre "mur des cons" , l'enseignement de la présomption d'innocence c'est pour les voyous et autres délinquants ... par contre , la présomption de culpabilité.. s'est pour les politiques de droite...! d'où la mobilisation des services des écoutes et filatures ...pendant des mois contre un ancien Président ...Alors, que pendant ce temps là... les terroristes vaquaient à leurs occupations naturelles ....

    M.V.

    06 h 55, le 29 juillet 2016

  • Formidable gaby !!! Sauf que tu as oublie de mentionner que la plus part de ces " presumes " terroristes etaient , selon la police, "connus" de leurs services comme etant ,pour la plus part ,pas seulement delinquants , casseurs ou drogués etc... mais presque tous malencontreusement des desequilibres mentaux .. Fichés ou pas . Ils ont fait de petits sejours en prison et puis ,bizarrement relâchés dans la nature .. Au nom de " pas d amalgame " .les francais payent tres cher leur tolerance mal a propos et a contre temps .

    Hitti arlette

    06 h 14, le 29 juillet 2016