Le billet de Gaby NASR

Le sacre d’Erdo

Billet
Gaby NASR | OLJ
22/07/2016

Le Liban dégage un tel ennui en cet été torride, que son histoire récente a pris la forme d'un grand bâillement. La présidence de la République n'est plus qu'un vague souvenir, le Parlement s'est tellement prolongé et étendu qu'il a fini par défier toutes les lois sur l'élasticité des matériaux et le gouvernement navigue à la godille alourdi par un quarteron de ministres imbuvables atteints de la folie des glandeurs.
Alors que font les Libanais quand ils s'ennuient? Une, deux, trois... Gagné ! Ils cogitent de politique internationale. L'appel du large, encore et toujours ! Et cette fois c'est la Turquie de Recep Tayyip (...hip-hip hourrah) qui est à la mode.
Sacré Erdo ! Il est loin le temps où les bonnes âmes européennes se pâmaient devant cet Oriental ombrageux tiré à quatre épingles, toujours en veston-cravate, rasé de près, sans chemise de nuit ni babouches. À l'époque, il représentait une aberration sémantique tirée du printemps arabe : l'islamiste modéré. Comprendre, le fanatique gentil qui ne mettait le poignard entre les dents qu'après les avoir brossées.
Il aura suffi d'un coup d'État mal ficelé destiné à lui retirer le fauteuil de dessous la rondelle pour que le BCBG turc vire soudain Étrangleur ottoman. Joignant le geste à l'éructation, il frappe un grand coup : la moitié des officiers au trou, l'autre moitié en garde à vue puis au garde-à-vous ; quant aux fonctionnaires, un bon paquet s'en ira déguster les délices du chômage. Une poigne qui doit lui rappeler ses rêveries de jeunesse, quand il s'excitait dans les meetings en comparant les mosquées aux casernes et les minarets aux baïonnettes. Il n'avait sans doute pas fumé que du tabac turc, ce jour-là...
Pour l'heure, Recep Tayyip boit du petit lait à sa mémère. Il s'était déjà goinfré de 3 milliards d'euros, pour retenir provisoirement le surplus de réfugiés syriens qui voulaient déferler sur l'Europe, et maintenant le voilà remis en selle pour de nouvelles risettes au Calife mugissant Abou Bakr côté irakien, et aux guignols d'al-Nosra, sous-fifres d'el-Qaëda côté syrien. Avec au bout, une seule sucrerie : garder en laisse le Tyranneau de Damas.
Le Moyen-Orient compte une démocratie humaniste de plus, nous sommes toujours dans l'air du temps.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BON ARTICLE... MAIS LES DES SONT JETES ET LE JEU N,EST PAS FINI... TOUS CES MILLIERS DE NON MILITAIRES PURGES ET DE MILITAIRES AUSSI N,ONT RIEN A FOUTRE AVEC LE COUP D,ETAT ORGANISE...
A NOTER QUE SEUL L,OBSCURANTISME WAHABITE L,A CONGRATULE !

M.V.

Maintenant , Erdo dodo ...mais, il va pas dormir tranquille pour longtemps ...car la Turquie est pernicieusement déstabilisée , et " OTAN emporte le vent " ne la sauvera pas ...!

RAISINS SECS

Du bon Gaby , comme du bon tabac turc au raha loukoum.

Mon week-end se présente sous de bons auspices de l'appel du large vers tayyip hip hip hourra....

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Goaaaaaaaaal !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux

Les matchs d’aujourd’hui

  • Suède
    Corée du Sud

    18/06

    15h00 (GMT+3)

  • Belgique
    Panama

    18/06

    18h00 (GMT+3)

  • Tunisie
    Angleterre

    18/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué