X

Économie

La diaspora appelée au chevet de la croissance libanaise

Conférence

Les intervenants de cette seconde édition soulignent le rôle des transferts financiers des Libanais de l'étranger, en baisse l'an dernier, dans le soutien de l'économie.

18/07/2016

« Si l'on raisonne en tant qu'investisseur, on n'investirait pas au Liban, mais on le fait car on est attaché à ce pays. C'est cet attachement qui est le plus grand avantage du Liban », lance Rabih Nassar, qui a fondé Scriptr à New York et ElementN au Liban. Il s'exprimait lors d'une table ronde sur le rôle de la diaspora dans le développement des investissements du Liban jeudi au Mövenpick, à Beyrouth. Organisée par le groupe al-Iktissad wal aamal en coopération avec la Banque du Liban et l'Autorité de développement des investissements au Liban (Idal), « cette conférence vise à encourager les entrepreneurs de la diaspora à soutenir la croissance économique du pays dans un contexte économique difficile et en l'absence de certains investisseurs », explique à L'Orient-Le Jour le président d'Idal, Nabil Itani. En juin, la Banque mondiale (BM) a revu à la baisse – de 0,7 points – son estimation de la croissance du PIB libanais en 2016 à 1,8 %.

 

Remises et IDE en baisse
De fait, l'attachement des expatriés au Liban ne semble plus suffisant pour attirer leurs capitaux. « Il faut différencier les remises des expatriés, envoyées à leurs familles au Liban pour soutenir leur consommation, et les investissements directs étrangers (IDE) qui financent des projets », explique à L'Orient-Le Jour Nassib Ghobril, directeur du département de recherche du groupe Byblos Bank. Pour l'instant, les remises des expatriés – 15 % du PIB du pays – sont en baisse de 3 % en 2015 à 7,16 milliards de dollars, selon la BM.

« Les transferts de la diaspora sont toujours aussi importants pour combler le déficit commercial et soutenir la balance des paiements », résume Amine Awad, conseiller auprès du président du conseil d'administration de la Blom Bank. « Cet argent provient des pays du Golfe, mais pas seulement, il vient aussi des pays d'Afrique de l'Ouest et surtout d'autres pays, parfois pour des raisons fiscales », dévoile Roger Melki, consultant pour Med Generation, un programme visant à aider des entrepreneurs de la diaspora libanaise à trouver des financements au Liban. « Les dépôts des banques commerciales, dont 40 % proviennent des expatriés, permettent aux banques de prêter au secteur privé. En 2015, les banques ont financé la consommation des ménages à hauteur de 18 milliards de dollars, de 6 milliards pour l'industrie et de plus de 4 milliards pour le commerce de détail. Cela contribue directement au développement de l'économie libanaise », plaide Nassib Ghobril.

De leur côté, les IDE, provenant en grande majorité des Émirats arabes unis, de l'Arabie saoudite et du Koweït, ont baissé de 19 % en 2015 pour atteindre 2,34 milliards de dollars. « Les investissements sont en baisse du fait de l'instabilité politico-sécuritaire locale et régionale ainsi que de la baisse des prix du pétrole », explique Nabil Itani.

 

Climat des affaires
« La situation politico-sécuritaire n'est qu'une excuse. Nous ne pouvons pas demander à la diaspora d'investir au Liban si nous ne faisons rien pour améliorer le climat des affaires », rétorque Nassib Ghobril. Car selon les interlocuteurs interrogés, un environnement des affaires peu propice et un manque de compétitivité à l'international restent les principaux obstacles. Le Liban a ainsi été classé 123e sur 189 pays en matière de climat des affaires, selon l'édition 2016 du rapport Doing Business de la BM. « Nous ne vendons pas assez notre pays à l'étranger, et pour cela nous devons avoir les infrastructures et institutions propices », résume

Antoine Menassa, président de l'Association d'hommes d'affaires libanais et français (Halfa), avant de partager l'expérience d'un expatrié voulant ouvrir un food truck au Liban ayant dû abandonner son projet face à la complexité d'obtention de permis légaux. « Il est vrai qu'obtenir des permis pour les secteurs comme l'export ou la restauration est très difficile, mais c'est aussi le cas à New York par exemple. Ouvrir une SAL au Liban ne prend que trois jours ! Ce qui est réellement un frein, ce sont les infrastructures libanaises et la lenteur d'Internet », rétorque Rabih Nassar.

Les intervenants ont d'ailleurs rappelé que le Liban a été classé en 2015 140e (sur 144 pays) en termes de qualité de ses infrastructures, et 143e pour sa fourniture d'électricité par le dernier indice de compétitivité du forum économique mondial.
« Aujourd'hui chacun travaille de son côté : nous travaillons seuls, la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du Mont-Liban est en train de créer un club de la diaspora, le Rassemblement des dirigeants et chefs d'entreprise libanais aussi... Nous voulons être trop de généraux sans soldats, il faut que nous soyons unis ! » conclut Antoine Menassa. « Il existe de nombreuses initiatives qui cherchent à créer des liens avec la diaspora, que ce soit les ministères, l'Idal ou des initiatives privées. Il faut pousser le gouvernement à créer un organe étatique dédié à la question, afin que les investisseurs aient un seul interlocuteur », plaide Nabil Itani.

 

Pour mémoire

Pour ses 30 ans, le RDCL lance une plateforme mondiale pour la diaspora économique

L'Égypte mise sur la diaspora libanaise pour conquérir les marchés africains

La diaspora libanaise appelée au secours des entreprises

La Chambre de commerce franco-libanaise veut étendre son champ d’action aux Libanais d’Afrique et du M-O

 

 

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SANS LA STABILITE ET LA SECURITE SOUS LA BANNIERE DE L,ETAT ET DE L,ETAT DE DROIT... ET SANS MILICES ETRANGERES SUR LE SOL NATIONAL... PEINE VAINE !!!
LA DIASPORA COMPATIT AVEC SES ORIGINES MAIS L,IDIOTIE N,A PAS DE PLACE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué