Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

Ayrault bientôt au Liban pour tenter de débloquer la présidentielle

Le Hezbollah "et ses alliés (...) travaillent dans l'intérêt de l'Iran, pas de celui du Liban", accuse le chef de la diplomatie saoudienne Adel Jubeir.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir reçu mardi par son homologue français Jean-Marc Ayrault, le 28 juin 2016, ) Paris. AFP / FRANCOIS GUILLOT

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault se rendra les 11 et 12 juillet au Liban, paralysé par une crise politique et qui subit de plein fouet les répercussions de la guerre en Syrie voisine.

"Je me rendrai au Liban le 11 et 12 juillet prochains, je ferai le tour de l'ensemble des partis avec l'espoir d'être utile pour qu'enfin une solution politique voit le jour et que le Liban se dote d'un président", a déclaré M. Ayrault lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec son homologue saoudien Adel Jubeir.

La présidence de la République au Liban est vacante depuis le 25 mai 2014, faute d'un accord entre les différents partis. le chef de la diplomatie saoudienne a de son côté accusé le Hezbollah d'être responsable du blocage. "C'est lui et ses alliés qui ont bloqué la situation, ils travaillent dans l'intérêt de l'Iran, pas de celui du Liban", a déclaré M. Jubeir, dont le pays a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran au début de l'année.

Les institutions politiques libanaises sont paralysées notamment en raison des antagonismes suscités par la guerre en Syrie voisine entre partisans du régime de Bachar el-Assad, dont le Hezbollah, et les détracteurs du pouvoir de Damas.

Huit attentats suicide ont tué au moins cinq personnes lundi dans le village chrétien de Qaa, dans la Békaa. Le Liban accueille plus d'un million de réfugiés syriens, soit près d'un quart de sa population de quatre millions avant la guerre.

 

Lire aussi
Zahra : La tutelle des armes du Hezb empêche l’élection présidentielle

Les efforts français sur la présidentielle se poursuivent... et les obstacles demeurent

Volonté commune franco-iranienne de trouver une solution à la crise libanaise

 

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault se rendra les 11 et 12 juillet au Liban, paralysé par une crise politique et qui subit de plein fouet les répercussions de la guerre en Syrie voisine.
"Je me rendrai au Liban le 11 et 12 juillet prochains, je ferai le tour de l'ensemble des partis avec l'espoir d'être utile pour qu'enfin une solution politique voit le jour et que le Liban...
commentaires (3)

Please Non ! pas eux ...nous avons assez de malheur comme cela ...! et confier notre avenir à Ayrault c'est comme déterminer l'avenir de Normal 1er en lisant les sondages ...!

M.V.

16 h 32, le 28 juin 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Please Non ! pas eux ...nous avons assez de malheur comme cela ...! et confier notre avenir à Ayrault c'est comme déterminer l'avenir de Normal 1er en lisant les sondages ...!

    M.V.

    16 h 32, le 28 juin 2016

  • Je ne vois pas comment ayrault pourrait débloquer la situation si en plus on le voit affublé de cet espèce de ministre saoudo, pour régler quoi que se soit . ayrault tu n'as juste qu'à nous annoncer que le Phare Aoun sera le futur président de la République libanaise . Et tout ira pour le mieux . Éloigne toi de cet oiseau de mauvaise augure , qui n'a d'intérêt que pour la France , not in our country .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 31, le 28 juin 2016

  • CHOU HELOU I KOUNE AUTREMENT...

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 27, le 28 juin 2016

Retour en haut