Rechercher
Rechercher

À La Une - liban

Nouvelle polémique autour de l'appel d'offres pour la décharge sanitaire de Costa Brava

"Ils (le CDR) essaient de faire croire qu'ils sont à la base de la remise en cause du contrat, mais c'est faux", confie à l'OLJ le commissaire du gouvernement auprès du CDR.

Les premiers ballots déposés sur un terrain à l’embouchure du fleuve Ghadir. Un stockage « temporaire » selon les responsables de la gestion du site, mais avec des protections « sommaires », selon des militants. Photo Ramzi Moucharrafieh

L'affaire des appels d'offres pour la construction de décharges sanitaires à Costa Brava (littoral de Choueifate, au sud de la capitale) et Bourj Hammoud a connu un nouveau rebondissement vendredi.

Alors que  le 27 mai, on apprenait que l'appel d'offres pour la construction de la décharge sanitaire de Costa Brava censée accueillir une partie des déchets ménagers de Beyrouth et du Mont-Liban, avait été remporté par une compagnie appartenant à l'homme d'affaires Jihad el-Arab, le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) a annoncé, vendredi dans un communiqué, qu'il ne s'agissait que d'un "accord de principe" avec cette société, en attendant que soit fixé le prix pour l'appel d'offres relatif à la décharge prévue à Bourj Hammoud". Le CDR  affirme en outre avoir décidé le 23 juin, à l'unanimité de son conseil d'annuler l'accord de principe avec la société de Jihad el-Arab, Al-Jihad for Commerce and Contracting s.a.l., en raison de la différence de prix entre l'offre pour Costa Brava, et celle pour Bourj Hammoud, nettement moins chère.

Les résultats pour l'appel d'offres concernant la décharge de Bourj Hammoud, qui doit accueillir l'autre partie des déchets de la région, avaient été annoncés le 21 juin. Le nom de la société Jihad el-Arab n'avait pas été officiellement annoncé , mais plusieurs sources avaient confirmé ce nom à L'Orient-Le Jour.

Interrogé par L'Orient-Le Jour, le commissaire du gouvernement auprès du CDR, Walid Safi remet toutefois en cause les déclarations du CDR, les qualifiant d'"inexactes". Il affirme avoir reçu dès le 22 juin le contrat relatif à Costa Brava, afin de le signer et de le transférer au Conseil des ministres. Il précise cependant avoir lui-même refusé de signer ce contrat en raison de la différence des prix.

"Ils (le CDR) essaient de faire croire qu'ils sont à la base de la remise en cause du contrat, mais c'est faux", confie Walid Safi à l'OLJ, faisant état de "très importants écarts de prix entre les deux appels d'offres, non seulement par rapport au coût de traitement et d'enfouissement de la tonne de déchets, mais aussi pour ce qui est de la construction de brise-lames dans les deux sites."

Walid Safi demande ainsi au CDR de retirer son communiqué publié vendredi, menaçant de dévoiler "beaucoup de vérités" sur les appels d'offres organisés par le Conseil.

 

Pour mémoire
Clôture de l'appel d'offres de Bourj Hammoud, Beyrouth fait cavalier seul

Crise des déchets : Samy Gemayel hausse le ton, le CDR répond

Les ministres Kataëb contestent fermement le plan de gestion des déchets et son impact sur le Metn

L'affaire des appels d'offres pour la construction de décharges sanitaires à Costa Brava (littoral de Choueifate, au sud de la capitale) et Bourj Hammoud a connu un nouveau rebondissement vendredi.
Alors que  le 27 mai, on apprenait que l'appel d'offres pour la construction de la décharge sanitaire de Costa Brava censée accueillir une partie des déchets ménagers de Beyrouth et du...
commentaires (1)

MINE BIDDOU YEKHOD IL LATTA ? MINE BIDDOU YEKOL IL BATTA ?

LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

14 h 54, le 24 juin 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • MINE BIDDOU YEKHOD IL LATTA ? MINE BIDDOU YEKOL IL BATTA ?

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    14 h 54, le 24 juin 2016

Retour en haut