Rechercher
Rechercher

Liban - Liban

Crise des déchets : Samy Gemayel hausse le ton, le CDR répond

La polémique enfle après l'adoption par le gouvernement de deux décisions concernant le plan de gestion des ordures ménagères et les appels d'offres.

Le député Kataëb Samy Gemayel et le métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi. Photo Ani

Le chef du parti Kataëb, Samy Gemayel, a déclaré hier, sur fond de crise des déchets, que la contestation menée par sa formation au sein du gouvernement se poursuivra. « Le parti a entamé hier sa longue marche contestataire et cette contestation est appelée à se poursuivre afin de faire face à ceux qui tentent de conclure des marchés douteux et de nuire au pays », a affirmé le leader maronite, à l'issue d'un entretien avec le métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi.

Jeudi, lors du Conseil des ministres, les ministres Kataëb ont fermement contesté le plan de gestion des déchets et son impact sur le Metn. Alain Hakim, ministre de l'Économie, et son collègue au ministère du Travail, Sejaan Azzi, ont claqué la porte du Grand Sérail, sans toutefois aller jusqu'à la démission.
« Le pays est entre les mains d'une mafia qui veut s'enrichir aux dépens de la santé des citoyens, au détriment aussi de l'avenir du Liban et de son environnement », a encore estimé Samy Gemayel. « Des pratiques que nous ne permettrons en aucun cas », a-t-il martelé.
Jeudi, il avait exprimé son opposition au plan de gestion des déchets préconisé par le gouvernement, estimant qu'on veut remblayer la côte d'ordures non triées. « Nous avons un plan de travail », a-t-il assuré à ce propos, précisant que le parti Kataëb approfondit ses dossiers de manière scientifique avec l'aide d'experts. « C'est ce qui nous a poussés à nous opposer au projet présenté en Conseil des ministres », a-t-il conclu.

 

(Lire aussi : Les ministres Kataëb contestent fermement le plan de gestion des déchets et son impact sur le Metn)


Le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), qui gère le dossier du traitement des déchets, a affirmé pour sa part qu'il est « erroné de dire que les déchets seront enfouis sans traitement préalable ». « L'appel d'offres portant sur le traitement des ordures prévoit l'amélioration des capacités de tri afin d'enfouir moins d'ordures, tout en respectant les normes sanitaires requises », a précisé le CDR dans un communiqué. Il a ajouté que les études d'évaluation de l'impact sur l'environnement d'une décharge sanitaire à Bourj Hammoud sont en cours. Il a toutefois affirmé que le projet qui concerne le littoral de Bourj Hammoud-Jdeidé n'est pas en contradiction avec le projet Linor (plan de réaménagement du littoral jusqu'à Dbayé), mais fait partie intégrante de ce projet.

La polémique est toutefois loin d'être close. C'est sur Twitter que le chef du Parti démocratique libanais, Talal Arslane, a mis en doute les explications du CDR. Le CDR affirme ne pas enfouir les déchets sans les avoir traités au préalable, « qu'il nous dise comment et où se déroule le traitement. Peut-on à ce point se moquer des gens? » a-t-il demandé, accusant le CDR de « mensonges » et « d'arrogance ».

 

(Lire aussi : S. Gemayel : On veut remblayer la côte de déchets non triés)

 

Quid de la municipalité de Beyrouth ?
En ce qui concerne Beyrouth, Hagop Terzian, membre du conseil municipal, interrogé par L'Orient-Le Jour, a réfuté les informations circulant ces derniers jours et faisant part d'un possible retrait du conseil municipal du contrat centralisé de gestion des déchets. « Nous sommes engagés dans ce plan provisoire de gestion des déchets à hauteur de 30 millions de dollars », a-t-il assuré (afin que les déchets de la capitale soient distribués entre les décharges de Costa Brava et Bourj Hammoud, et le centre de tri de Saïda). Et d'affirmer, concernant la décharge de Bourj Hammoud, qu'elle ne recevra « que les déchets inertes, non recyclables ».

Pour rappel, le conseil municipal de Beyrouth a adopté, le 28 avril 2016, la décision 333 concernant le traitement des déchets de la capitale libanaise. « Une décision à long terme, avalisée et signée par le mohafez de Beyrouth », a assuré M. Terzian. Le conseil a ainsi « accepté un don inconditionnel du Pnud (Programme des Nations unies pour le développement) pour une étude de faisabilité économique et financière liée à l'attribution du dossier du traitement des déchets ». Le processus de collaboration avec le Pnud comprend aussi « la préparation d'un cahier des charges exclusif à la municipalité de Beyrouth pour l'attribution du dossier ».
Affaire à suivre.

 

Lire aussi
Escalade en vue pour contrer le plan de traitement des déchets

Le chef du parti Kataëb, Samy Gemayel, a déclaré hier, sur fond de crise des déchets, que la contestation menée par sa formation au sein du gouvernement se poursuivra. « Le parti a entamé hier sa longue marche contestataire et cette contestation est appelée à se poursuivre afin de faire face à ceux qui tentent de conclure des marchés douteux et de nuire au pays », a affirmé le...
commentaires (7)

Crise des déchets ; ou : Sur le Marbre, des Pets !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

12 h 09, le 12 juin 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Crise des déchets ; ou : Sur le Marbre, des Pets !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 09, le 12 juin 2016

  • LES MINISTRES KATAEB CONTESTENT MAIS NE DÉMISSIONNENT PAS ! EST CE C'EST DU SÉRIEUX ? NON. QUAND TU NE PEUX RIEN FAIRE, POURQUOI ET POUR QUEL RAISON TU RESTES AU GOUVERNEMENT ? SURTOUT QUAND TU DÉCLARES QUE C'EST LA MAFIA QUI GOUVERNE ! OPPORTUNISTE VAS.

    Gebran Eid

    14 h 08, le 11 juin 2016

  • Excusez-moi, mais en lisant l'article ci-dessus je me suis soudain rappele le proverbe familier dans notre pays: "wa fassara el maa bil mai" Il a explique l'eau par l'eau. Tout le message transmis par cet article peut-etre resume en quelques mots: "LE GOUVERNEMENT, AINSI QUE LA MUNICIPALITE ???? AGISSENT COMME BON LEUR SEMBLE. PEU LEUR IMPORTE SI LES KATAEB OU AUTRES NE SONT PAS D'ACCORD. Et voila ou nous en sommes arrives. Pauvre Liban.

    George Sabat

    13 h 13, le 11 juin 2016

  • Nos IRRESPONSABLES-NUISIBLES méritent vraiment la palme de l'incompétence et de l'indécence ! Dire qu'ils sont censés diriger ce malheureux pays...et sont payés par nous pour cela ! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 05, le 11 juin 2016

  • La gestion des déchets aura son impact néfaste sur le Metn et Beyrouth . Il faudra de nouveau chercher d'autres solutions .

    Sabbagha Antoine

    09 h 14, le 11 juin 2016

  • MAINTENANT TOUS SONT OMNIBULER PAR LES MUNICIPALITES ... CAR C'EST LA QUE SE RETROUVERA LA GROSSE PARTIE DE L'ARGENT !! C'EST A SE DEMANDER QUI CORROMPT L'AUTRE LE POUVOIR OU L'HOMME !?!?!?!?!

    Bery tus

    02 h 03, le 11 juin 2016

  • YIA SHEIKH SAMY... 3AFAREM... JE NE SAIS DE QUEL SUPER MARKET IL A ACHETE CE TITRE COMME TOUS LES AUTRES D,AILLEURS... BASS YIA VACHE ! YIA VACHE ! YIA MNI3TI ASAMI... PAS DE GENERALITES... DES NOMS... YIA MNISKOT !!!

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    01 h 19, le 11 juin 2016

Retour en haut