Rechercher
Rechercher

Liban - Crise des déchets

Clôture de l’appel d’offres de Bourj Hammoud, Beyrouth fait cavalier seul

Le CDR affirme avoir besoin de quelques jours pour étudier les dossiers, mais un observateur annonce déjà que l'entreprise de Dany Khoury a remporté la mise.

Une aire de stockage à Costa Brava, au tout début de l’activité sur ce site. Photo d’archive

Et de deux. Après l'appel d'offres pour la construction de la décharge sanitaire de Costa Brava (littoral de Choueifate), remporté il y a quelques semaines par la compagnie de Jihad el-Arab, voici que la porte est close pour l'appel d'offres concernant la décharge de Bourj Hammoud. Alors que le président du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), Nabil Jisr, a indiqué à la LBC que plusieurs jours sont nécessaires à l'étude des dossiers (nous avons en vain tenté de le joindre hier pour confirmation), un observateur, Bassam Kantar, directeur de rédaction du site GreenArea.me, affirme connaître d'ores et déjà l'identité de la compagnie qui a remporté l'appel d'offres, et qui est, selon lui, l'entrepreneur Dany Khoury.
L'offre présentée par Dany Khoury, toujours selon Bassam Kantar, comprenait le prix le plus bas parmi ceux des six compagnies qui étaient en lice (tous les dossiers avaient été jugés recevables), à savoir 110 millions de dollars. Sachant que l'offre la plus chère est de 180 millions de dollars, ajoute-t-il. Une nette différence, donc.

 

(Lire aussi : Choucair : Nous lancerons bientôt une initiative en faveur du tri à la source)


Ces deux appels d'offres entrent dans le cadre du dernier plan gouvernemental de gestion des déchets, adopté par le gouvernement en mars dernier, qui repose principalement sur la création de deux décharges « sanitaires » côtières, l'une à Costa Brava, l'autre à Bourj Hammoud. Les appels d'offres qui viennent d'avoir lieu portent exclusivement sur la construction des décharges, sachant que celui qui concerne la collecte, le transport et le balayage, ainsi que ceux du traitement avant transport à la décharge ou encore de la supervision des travaux, n'ont toujours pas été entrepris par le CDR.
En réaction à cet appel d'offres, Bassam Kantar se dit « surpris » du prix de l'offre qui a remporté l'adjudication, étant donné l'ampleur des travaux à entreprendre. « Il faut rappeler que sur le site de Bourj Hammoud, il s'agit de traiter l'ancien dépotoir, ériger le brise-lames, construire la décharge en elle-même et gérer le site, dit-il. Cela soulève de nombreux points d'interrogation à propos des exigences incluses dans le cahier des charges. Que va-t-on faire des émanations de gaz méthane de la future décharge ? Va-t-on traiter le lixiviat (liquide) dégagé par les déchets ? Par quels moyens va-t-on traiter l'ancien dépotoir ? »
Pour Raja Noujaim, militant, le plus inquiétant est la décision du CDR, approuvée par le Conseil des ministres, de regrouper les appels d'offres pour la réhabilitation du dépotoir, pour la construction de la décharge et pour celle du brise-lames en mer. « Ces activités participent de spécialisations différentes, dit-il. Quand ils vont entamer la réhabilitation de l'ancien dépotoir, on ne sait ce qu'ils vont y trouver, personne ne sait plus de quoi ce vaste site est composé. Et ils vont le faire dans une région densément peuplée ! »
« De plus, poursuit-il, quel point commun entre la construction d'un brise-lames et d'une décharge en mer ? Là aussi, la fusion des adjudications n'avait aucun sens. On confie à un même entrepreneur trois tâches complètement différentes, sachant qu'il faut une expertise en déchets ménagers. »

 

(Lire aussi : Sukleen et Sukomi ouvrent enfin leurs portes aux journalistes)

 

Le CDR présent au Conseil des ministres vendredi
Par ailleurs, le dossier des déchets ménagers ne sera apparemment pas au menu de la réunion du Conseil des ministres aujourd'hui, mais potentiellement de celle de vendredi. En effet, de source ministérielle, on apprend que la réunion de vendredi sera tenue en présence d'un représentant du CDR, qui exposera les projets dont l'institution a la charge, ceux qui ont abouti et ceux qui sont tombés à l'eau, et les raisons dans les deux cas. Il est fort probable que les appels d'offres sur les déchets soient discutés lors de cette réunion.
Interrogé sur le dossier des déchets, le ministre du Tourisme, Michel Pharaon, rappelle « avoir déjà demandé que le Conseil des ministres n'ait pas pour seule prérogative de prendre des décisions, mais qu'il fasse aussi un suivi de dossiers comme celui-là ».
Par ailleurs, il est désormais sûr que le conseil municipal de Beyrouth compte lancer son propre appel d'offres pour la collecte, le transport et le balayage. Toutefois, selon une source bien informée, l'enfouissement aura lieu à Costa Brava, l'endroit désigné par le gouvernement. Interrogée sur les raisons de cette décision, cette source estime que « c'est ce que toutes les municipalités qui en sont capables doivent faire, comme c'est le cas pour le conseil municipal de Beyrouth ».


 

Pour mémoire

Crise des déchets : Samy Gemayel hausse le ton, le CDR répond

Les ministres Kataëb contestent fermement le plan de gestion des déchets et son impact sur le Metn

 

Et de deux. Après l'appel d'offres pour la construction de la décharge sanitaire de Costa Brava (littoral de Choueifate), remporté il y a quelques semaines par la compagnie de Jihad el-Arab, voici que la porte est close pour l'appel d'offres concernant la décharge de Bourj Hammoud. Alors que le président du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), Nabil Jisr, a indiqué à la...
commentaires (1)

"...sachant que celui qui concerne la collecte, le transport et le balayage ainsi que ceux du traitement avant transport à la décharge n'ont toujours pas été entrepris par le CDR." Formidable ! 110 millions de dollars pour l'entreprise de Dany Khoury, dont certainement une partie dans les poches des membres du CDR. On construit donc une décharge, sans avoir mis au point les étapes préliminaires conduisant justement les déchets à cette décharge. Connaissant le savoir-faire de ce CDR...la décharge sera construite rapidement pour vite encaisser les dollars des deux côtés, n'est ce pas...et les déchets attendront leur destination finale quelque part...emballés joliment de blanc, comme sur la photo de l'article ! Hourah...tout va pour le mieux dans notre SUPER-REPUBLIQUE LIBANAISE et B R A V O le CDR !!! Irène Saïd

Irene Said

11 h 46, le 22 juin 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "...sachant que celui qui concerne la collecte, le transport et le balayage ainsi que ceux du traitement avant transport à la décharge n'ont toujours pas été entrepris par le CDR." Formidable ! 110 millions de dollars pour l'entreprise de Dany Khoury, dont certainement une partie dans les poches des membres du CDR. On construit donc une décharge, sans avoir mis au point les étapes préliminaires conduisant justement les déchets à cette décharge. Connaissant le savoir-faire de ce CDR...la décharge sera construite rapidement pour vite encaisser les dollars des deux côtés, n'est ce pas...et les déchets attendront leur destination finale quelque part...emballés joliment de blanc, comme sur la photo de l'article ! Hourah...tout va pour le mieux dans notre SUPER-REPUBLIQUE LIBANAISE et B R A V O le CDR !!! Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 46, le 22 juin 2016

Retour en haut