Le billet de Gaby NASR

Abats à abattre

Billet
Gaby NASR | OLJ
17/06/2016

Doucement et par petites touches, la capilotade se confirme et le gouvernement de Tonton Tamtam part en pièces détachées. Il y a eu d'abord l'épisode Achraf Rififi, dont le héros jadis hariro-compatible s'est émancipé et a envoyé valdinguer dans les platanes la liste parrainée par son ex-patron aux municipales de Tripoli. Barbichu en est tombé de l'armoire.

Depuis, le ministre sortant a inventé le concept de la démission intermittente, ce qui lui permet de faire de brusques apparitions dans sa ville natale, telle la Vénus de Botticelli sortant nue des eaux avant de disparaître aussitôt, engloutissant son chèque de retraité qu'il continue d'encaisser plein pot.

Deuxième épisode : les deux ministres Kataëb mis au chômage forcé sur un coup de gueule de Gemayel Fiston. Adieu micros, caméras, parades et mondanités... La précarité de l'emploi ne touche pas que les Libanais d'en bas.

Résultat, le ministère du Boulot est avalé par le ministre du Dedans et celui de l'Économie est tombé dans l'escarcelle de son collègue de l'Industrie, un crypto-barbu incollable sur tout ce qui touche à l'Empire perse : pas un bouton d'uniforme, pas un caleçon usagé de l'armée iranienne dont il ne reconnaisse immédiatement le régiment. Mais comme de toute façon il n'y a plus de boulot et que l'économie est en déconfiture, on ne peut pas dire que ces deux-là vont se tuer à la tâche. Une consolation toutefois, ils pourront facturer les heures sup.

Voilà pour le tableau. Le jeu des chaises musicales est pour le moment terminé, et les acteurs sont en place. Monologuant sans cesse, ils prennent des poses. L'attitude est leur seconde nature. Une vraie pépinière de talents, interminable bobine d'un navet qui se dévide à reculons.

Moralité de l'affaire : entre l'angoisse des banquiers, l'Internet illégal, la crise des déchets et le barrage de Janné, il n'y aura pas d'abattement sur le nombre de dossiers à traiter. En revanche, au vu de la mélasse politique, les Libanais ont toutes les raisons d'être abattus.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

comme quoi. L'arène clause ...ne compte plus pour des prunes ...je ne voudrais pas jouer, les " abats joie" mais les mirabelles ont de l'espoir....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CORRECTION : PRIERE LIRE MADAME CLAUDE ET NON CLAUSE... MEME SI ELLE N,EST PLUS... CA VA DE SON -HONNEUR- (?)...

Sabbagha Antoine

Entre l'angoisse des banquiers, l'Internet illégal, la crise des déchets et le barrage de Janné,tout part en fumée sous les yeux du peuple libanais plus impuissant que jamais .

Hitti arlette

Je pouffe de rire en te lisant Gaby , meme si au fond ,le paysage est trstounet . Avaler , engloutir , encaisser , c est ce qui importe le plus .. Leurs poches pleines a craquer . Tout le reste leur semble derisoire ,..abats la plebe !

RE-MARK-ABLE

On ne se lassera pas de lire Gaby ni de dire qu'il est génial.

Mais pour L'Internet ce que PC veut dire c'est petit con, par ce qu'on ne sait pas ce qu'on y cherche par contre on y trouve tout ce qu'on ne cherche pas .

Pas mal la vénus de botticelli. ....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BORDEL S,ELARGIT ET SE MULTIPLIE... LES CLAUDETTES OUVRENT DES SUCCURSALES BORDELETTES ET VEULENT TOUS JOUER A MADAME CLAUSE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué