X

À La Une

Des centaines de civils fuient la ville assiégée de Manbij

Syrie

La population qui reste bloquée vit dans la peur des bombardements de la coalition internationale, affirme l'OSDH.

OLJ/AFP
12/06/2016

Quelque 600 civils sont parvenus à s'échapper dimanche de Manbij, fief du groupe jihadiste Etat islamique (EI), avec l'aide des forces soutenues par Washington qui assiègent cette ville du nord syrien, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées prises au piège cette semaine dans cette ville après que l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) eut coupé toutes les routes aux alentours de ce carrefour vital pour l'EI entre la Syrie et la Turquie.

"Près de 600 civils ont fui Manbij à pied et ont rejoint les positions des FDS à l'entrée sud de la ville", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Les FDS "les ont transportés vers des lieux sûrs", a-t-il ajouté.

Il a précisé que malgré le siège total de la ville, ces habitants ont pu s'échapper des quartiers sud car les combats se concentrent au nord et à l'est de la ville.

D'après l'OSDH qui cite des sources locales, la population qui reste bloquée vit dans la peur des bombardements de la coalition internationale dirigée par Washington.

 

(Pour mémoire : Le principal axe de ravitaillement de l'EI entre la Syrie et la Turquie coupé)

 

La bataille pour reprendre Manbej, durant laquelle les FDS ont pris près de 80 villages, a fait au moins 292 morts - 223 jihadistes, 28 combattants FDS et 41 civils, ces derniers tués en majorité par les frappes de la coalition -, d'après l'OSDH.

L'envoyé spécial de Barack Obama auprès de la coalition antijihadistes, Brett McGurk, avait qualifié Manbij de plaque tournante de l'EI vers l'Europe, où le groupe jihadiste a revendiqué plusieurs attentats meurtriers. Manbij "est l'endroit par lequel les assaillants de Paris et les assaillants de Bruxelles ont transité", avait-il dit.

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011 par la répression de manifestations réclamant des réformes, s'est complexifié au fil des ans avec une multitude d'acteurs syriens, régionaux et internationaux. Il a fait plus de 280.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

 

Lire aussi

Des forces spéciales françaises en Syrie pour conseiller des rebelles arabo-kurdes

A peine nés, ils échappent aux bombes et à la mort à Alep

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Assassins !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA CONNIVENCE EST EN MARCHE... LES MARCHANDAGES AYANT ABOUTIS... L,E.I. EN SYRIE VA ETRE ERADIQUEE BIENTOT...

Sabbagha Antoine

Est-ce la fin de l'EI ?Feuilleton à suivre .

ACE-AN-NAS

Comment pourrait ils faire autrement , par contre le récit de cette fuite différe selon qu'on fuit devant les forces pro yanky ou devant les forces de résistances.

Sabbagha Antoine

Est-ce la fin de l'EI ?Feuilleton à suivre .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué