Santé

Conseils diététiques pour un jeûne « sûr »

Comment surveiller son diabète durant le mois sacré de ramadan sans se priver ?
Randa Fahd, nutritionniste, diplômée de l'Université américaine de Beyrouth et conférencière, insiste sur la nécessité pour le patient diabétique d'opter pour une alimentation saine. Dans une interview accordée à L'Orient-Le Jour, Randa Fahd souligne la nécessité de prévenir au cours de ce mois sacré la prise de poids, mais aussi d'éviter les épisodes d'hypoglycémie ou d'hyperglycémie. Elle rappelle que les personnes qui peuvent observer le jeûne sont celles qui appartiennent à la catégorie des personnes présentant un risque faible à modéré de développer les complications liées au
diabète (voir ci-dessus).
La personne diabétique doit, selon la spécialiste, surveiller la quantité des féculents qu'elle consomme, comme la qualité des sucreries et des boissons. Randa Fahd conseille ainsi :

Pour rompre le jeûne
De remplacer les boissons servies avant l'iftar, notamment le jellab ou le jus à base d'abricots confits, qui regorgent de sucre, par 1 datte et 500 ml d'eau plate (l'équivalent de deux verres) auxquels on ajoute le quart d'une cuillère à thé de sel. Il est possible d'ajouter à l'eau le jus d'une demi-orange, un demi-verre de jus de fraise ou de pastèque frais. Cela permet de rétablir le sodium qu'on a perdu au cours de la journée, mais aussi le potassium et le glucose.

Pour l'iftar
La personne diabétique doit prendre ce repas le plus tôt possible et penser à manger sain. La façon idéale de le faire consiste à diviser son assiette en quatre parties :
– La moitié de l'assiette doit être composée de légumes.
– Le quart de l'assiette doit contenir trois portions de féculents (une portion de féculent est l'équivalent de la moitié d'un verre). Durant le mois sacré, il est impératif de consommer le riz ou les pâtes complètes, parce qu'ils ont un index glycémique bas, c'est-à-dire qu'ils font hausser progressivement et lentement le taux de glucose dans le sang. Ils sont également riches en fibres. Il est également possible de privilégier le boulgour (blé concassé), la friké (blé vert fumé), le quinoa...
– Le dernier quart de l'assiette est composé de protéines qui peuvent être d'origine animale (poisson, viande, poulet) ou végétale, c'est-à-dire les légumineuses (lentilles, pois chiches, fèves...). Ces aliments contiennent de l'amidon résistant (une forme d'amidon qui n'est pas digéré dans l'intestin grêle et qui arrive intact dans le gros intestin) et regorgent de fibres alimentaires. Ils contiennent aussi des prébiotiques qui stimulent la croissance des bactéries bénéfiques du colon.

Pour le snack
– Il doit être pris trois heures après l'iftar.
– La personne diabétique ne peut pas consommer des sucreries. Il est conseillé donc de remplacer le sucre dans la préparation des pâtisseries par des édulcorants. Une portion de 4x4 cm ou de 30 g est recommandée. Il faut éviter les pâtisseries frites.
– Il est possible de consommer de la gelée aux fruits, de la crème de lait...
– On peut également consommer une portion de fruit. C'est l'équivalent d'une pomme de taille moyenne : 4 abricots de taille moyenne, une petite banane, 10 cerises, 2 figues, 10 grains de raisin, 1 orange, 1 poire, 1 pêche, une grosse tranche d'ananas, la moitié d'un kaki, d'une grenade, d'une mangue de petite taille, 2 figues de Barbarie, un verre de mûres, de fraises, de melon ou de nèfles, deux verres de pastèque....

Pour le souhour
(repas du matin)
La personne diabétique doit prendre ce repas le plus tard possible. Il doit être composé :
– d'aliments riches en calcium : laban, fromage, lait...
− d'une portion de féculents : la moitié d'un verre d'avoine qui est un aliment à index glycémique bas et riche en fibres, deux toasts, ou un petit pain de 30 g...
– d'une cuillère à soupe de noix, de noisettes, d'amandes...

Astuces
– Si la personne diabétique insiste à manger du riz blanc, elle peut le faire à condition de respecter les quantités recommandées et d'avoir une autre source de fibres alimentaires.
– Il est conseillé de bien laver le riz blanc, de manière à éliminer autant que possible l'amidon qu'il contient.
– Privilégier le riz basmati qui a une faible teneur en amidon.
– Cuisiner le riz blanc, le laisser refroidir, puis le réchauffer avant de le consommer. C'est une manière de faire baisser son index glycémique. Idem pour les pâtes blanches.

Autres recommandations
– Il est possible de remplacer une portion de féculents prévue à l'iftar par deux rouleaux au fromage, deux rouleaux à la viande hachée, une petite pomme de terre...
– Au cas où la personne diabétique entame l'iftar par un bol de soupe, elle doit veiller à limiter sa consommation de féculents au cours de ce repas à deux portions au lieu de trois.
– Il est possible durant ce mois sacré de ne pas trop surveiller la quantité de protéines consommées.
– Privilégier les bonnes sources de gras, comme le fait d'ajouter le quart d'un avocat à une salade, une cuillère d'huile d'olive à une salade ou au plat cuisiné, une poignée de noix ou de noisettes...
– Si on veut manger des pâtisseries préparées avec du sucre blanc, il est impératif de s'en servir juste après avoir terminé son iftar. Cela permet de limiter ses effets sur l'élévation du taux de glucose dans le sang.


Comment surveiller son diabète durant le mois sacré de ramadan sans se priver ?
Randa Fahd, nutritionniste, diplômée de l'Université américaine de Beyrouth et conférencière, insiste sur la nécessité pour le patient diabétique d'opter pour une alimentation saine. Dans une interview accordée à L'Orient-Le Jour, Randa Fahd souligne la nécessité de prévenir au cours de ce...

commentaires (0)

Commentaires (0)