Rechercher
Rechercher

Liban - Municipales 2016

« Beyrouth, madinati », une initiative pour reprendre le pouvoir décisionnel en main

Le programme de la campagne repose sur dix points qui visent à améliorer le quotidien des habitants de la ville.

De gauche à droite : Jean Kassir, May Daouk, Jad Chaaban, Mona Fawaz et Nayla Geagea.

« Beyrouth, madinati » ou « Beyrouth, ma ville » est la première campagne électorale du prochain scrutin municipal, annoncée officiellement hier au cours d'une conférence de presse tenue dans un restaurant de Manara.


Cette campagne est une initiative qui vise à redonner aux gens le pouvoir de décision locale en reprenant les rennes du conseil municipal par le biais des prochaines élections.
Derrière « Beyrouth, madinati », plus de 200 volontaires, apolitiques, venus d'horizons différents. Certains d'entre eux votent dans la capitale. D'autres y vivent sans y être inscrits. Ce qui les réunit, c'est la volonté d'opérer un changement, « d'autant que la classe politique traditionnelle a montré qu'elle était incapable de gérer les affaires d'une ville ». Ce groupe aspire surtout à se faire l'écho de la capitale et à « consacrer ses valeurs fondamentales, à savoir la primauté du bien commun, la justice sociale, la transparence et la gestion de notre ville dans l'intérêt des futures générations ».

 

(Lire aussi : Kaag : Il faut parvenir à 50 % de participation féminine aux conseils municipaux)


Pourquoi « Beyrouth, madinati » ? Pour que les habitants de Beyrouth ne soient plus humiliés au quotidien en continuant à payer deux factures d'électricité et d'eau, ainsi qu'une importante facture sanitaire causée par la pollution. Pour que Beyrouth ne soit plus un dépotoir à ciel ouvert. Pour que les femmes qui forment 52 % des électeurs ne restent plus exclues de la vie politique. Pour préserver ce qui reste du patrimoine beyrouthin. Pour permettre aux jeunes de vivre décemment dans la capitale... Mais surtout parce que l'ère des prétextes est révolue et qu'il est grand temps de travailler sérieusement. Cela d'autant plus que « Beyrouth a de nombreux points forts » et que le conseil municipal de la ville « est riche, qu'il jouit de prérogatives et d'importantes ressources financières qui lui permettent de régler de nombreux problèmes et défis ». Selon les organisateurs de la campagne, le conseil municipal possède au moins un milliard de dollars qu'il peut investir pour améliorer le quotidien des habitants de la ville.

 

(Lire aussi : Les Libanaises invitées à aller à l'assaut des municipales )


Le programme de cette campagne, tel qu'il a été conçu par des chercheurs, des experts et des militants, repose sur dix points qui visent à améliorer le quotidien des habitants de la ville. La campagne s'engage ainsi à œuvrer à mettre en place un plan de transports publics susceptible d'améliorer la circulation dans la ville ; à développer une stratégie pour la gestion des déchets solides ; à augmenter les espaces verts et les espaces publics dans la ville ; à améliorer les services communautaires ; à préserver le patrimoine naturel et culturel de la ville, notamment le front maritime ; à œuvrer à assurer des habitats, notamment pour les personnes à revenu faible ; de fournir des incitatifs en vue d'un environnement durable ; à œuvrer pour le développement économique et social ; à accorder une priorité à la santé et à la sécurité des habitants ; à œuvrer pour une bonne gouvernance.


La campagne annoncera sa liste de candidats lorsque le ministère de l'Intérieur et des Municipalités annoncera officiellement l'ouverture du délai pour le dépôt des candidatures. Dans l'espoir que ce désir de changement, auquel aspirent des milliers de citoyens exaspérés par la prestation de la classe politique actuelle, se traduira massivement dans les urnes.

Qui sont-ils ?

La campagne « Beyrouth, madinati » a été présentée hier par cinq de ses nombreux membres et volontaires :
– Jad Chaaban, professeur associé en économie à l'Université américaine de Beyrouth et directeur de la campagne « Beyrouth, madinati ».
– Mona Fawaz, professeure associée en études urbaines et urbanisme à l'Université américaine de Beyrouth et coordinatrice de l'élaboration du programme de la campagne aux côtés de militants et d'experts.
– Nayla Geagea, avocate et chercheuse, coordinatrice des affaires légales de la campagne. Elle a également participé à l'élaboration du programme de la campagne.
– May Daouk, architecte d'intérieur et activiste au sein de la campagne.
– Jean Kassir, chercheur et activiste au sein du département des volontaires de la campagne.

 

Pour mémoire

Municipales 2016 : forcing pour la tenue de l'échéance dans les délais

Pour Nouhad Machnouk, les élections municipales seront au rendez-vous de mai

« Beyrouth, madinati » ou « Beyrouth, ma ville » est la première campagne électorale du prochain scrutin municipal, annoncée officiellement hier au cours d'une conférence de presse tenue dans un restaurant de Manara.
Cette campagne est une initiative qui vise à redonner aux gens le pouvoir de décision locale en reprenant les rennes du conseil municipal par le biais des prochaines...
commentaires (11)

Bravo et bon courage!!

Rachid HATEM

07 h 11, le 21 avril 2016

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Bravo et bon courage!!

    Rachid HATEM

    07 h 11, le 21 avril 2016

  • Haut la main BeeirutMadinati avec ta baguette magique!,!!! Haut les mains les Autres!!!

    Maryam Ghandour

    12 h 42, le 20 avril 2016

  • Bravo mille fois ! Qu Enfin le Peuple Libanais soit Maitre de ses choix,Destins et Consciences... Je vous souhaite du Courage, de la Patience .. Senegalaise d origine libannaise, je ferai TOUT pour etre au Rv ! Lina Geagea Derwiche Sader

    lina Derwiche

    12 h 28, le 17 avril 2016

  • C'est une initiative à encourager de toutes nos forces. Les "vieux" ne se laisseront pas mettre à la retraite si facilement Et le handicap le plus important : changement de la mentalité établie par les "vieux" C'est une belle initiative Bonne route Mais il y aura beaucoup d'handicaps à surmonter et ne pas être tenté de goutter à la corruption mentale et financière

    FAKHOURI

    11 h 14, le 24 mars 2016

  • Bravo !

    Danielle Sara

    04 h 48, le 24 mars 2016

  • quelle beau projet, mais est ce qu'il y aura une ingérence dans cette liste de candidature tant attendue?

    Antoine Zaarour

    17 h 26, le 23 mars 2016

  • Allez, place aux jeunes ! Surtout ne vous laissez pas intimider par ceux qui automatiquement voudront vous mettre des bâtons dans les roues, ceux-là mêmes qui bénéficient du système pourri actuel, en place depuis des années. Du sang neuf, efficace, honnête et surtout patriote pour notre beau Liban! BRAVO ET MERCI, Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 16, le 23 mars 2016

  • Tres bonne initiative...Allez courage...Bravo...

    Soeur Yvette

    10 h 51, le 23 mars 2016

  • ET POURQUOI NE PAS PREPARER DES AUJOURD,HUI UNE LISTE DE NOMS... CHOISIS DANS LES PLUS DIGNES ET CAPABLES... POUR BRIGUER LES ELECTIONS... SI ET QUAND IL Y EN AURAIT ? PREPARANT AINSI LA MOUVANCE POPULAIRE LOIN DES PANURGES HERITIERS DES MAINTENANT ???

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 41, le 23 mars 2016

  • Superbe début! Une initiative fort interéssante.

    Aref El Yafi

    07 h 53, le 23 mars 2016

  • Bravo! A soutenir ! enfin une liste digne de Beyrouth !

    Otayek Nada

    07 h 09, le 23 mars 2016

Retour en haut