Rechercher
Rechercher

À La Une - Sécurité

Les monarchies du Golfe déclarent le Hezbollah groupe "terroriste"

"Des mesures appropriées seront prises pour mettre en œuvre cette décision", prévient le secrétaire général du groupement régional.

Les six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont déclaré organisation "terroriste" le mouvement chiite libanais Hezbollah, a annoncé mercredi le secrétaire général du CCG. Photo AFP / MAHMOUD ZAYYAT

La crise s'est aggravée mercredi entre le Hezbollah et l'ensemble des monarchies arabes du Golfe qui ont classé comme "terroriste" le mouvement chiite proiranien, acteur-clé au Liban et soutien du régime de Bachar l-Assad en Syrie.

Cette mesure est intervenue au lendemain d'un virulent discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah qui a accusé l'Arabie saoudite, chef de file du Conseil de coopération du Golfe (CCG), d’œuvrer pour une "sédition entre musulmans sunnites et chiites".

"Les Etats du CCG ont décidé de classer organisation terroriste la milice du Hezbollah, y compris tous ses dirigeants, factions et associations", a annoncé Abdellatif Zayani, secrétaire général du groupement régional formé de l'Arabie saoudite, du Qatar, de Bahreïn, du Koweït, des Emirats arabes unis et d'Oman.

M. Zayani a justifié dans un communiqué cette mesure par "la poursuite des actions hostiles de cette milice qui recrute les jeunes (du Golfe) pour perpétrer des actes terroristes". Il a accusé le Hezbollah de "trafic d'armes et d'explosifs, de sédition et d'incitation au chaos et à la violence, ce qui constitue une flagrante violation de la souveraineté et de la sécurité" des monarchies arabes.

Cette mesure, la première du genre prise collectivement par les pays du CCG, intervient dans un contexte de forte tension entre ces monarchies sunnites et le Hezbollah, accusé de servir de tête de pont à l'Iran chiite et de s'ingérer dans les affaires des pays arabes.
La tension s'est cristallisée autour du conflit en Syrie où l'Iran et le Hezbollah soutiennent M. Assad, combattu par une rébellion appuyée par les monarchies du Golfe.

 

(Lire aussi : Guerre à l'extérieur, paix à l'intérieur : le credo répété de Nasrallah)

 

Mesures de rétorsion
L'Arabie saoudite a été pendant longtemps un grand allié et bailleur de fonds du Liban avant que le Hezbollah ne s'y impose sur la scène politique à partir de 2005. Ce dernier est désormais accusé par ses détracteurs de mainmise sur le pays et d'utiliser son arsenal comme moyen de pression pour contrôler toutes les décisions du gouvernement. Sa participation à la guerre en Syrie est fustigée par plusieurs forces politiques libanaises.

"Les exactions du Hezbollah dans les pays du CCG et ses actes terroristes et d'incitation en Syrie, au Yémen et en Irak (...) sont une menace pour la sécurité nationale arabe", a dit M. Zayani, en annonçant de prochaines mesures "appropriées" contre le mouvement sans préciser lesquelles.

Les monarchies arabes ont jusqu'ici réagi individuellement au Hezbollah, soupçonné d'ingérence à Bahreïn, théâtre de troubles sporadiques depuis le soulèvement chiite de 2011, mais aussi de complicité avec les minorités chiites en Arabie saoudite, au Koweït et au Yémen.

Hassan Nasrallah accuse lui l'Arabie saoudite de commettre des "crimes" au Yémen où elle dirige depuis près d'un an une coalition arabo-sunnite contre des rebelles proiraniens. Le saccage le 2 janvier de l'ambassade saoudienne à Téhéran par une foule en colère après l'exécution du dignitaire chiite saoudien Nimr al-Nimr a accéléré les mesures de rétorsion.

Réagissant à la décision du CCG, le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, a estimé mercredi que "le Hezbollah exerce des activités dans la région qu'il ne devrait pas exercer. Tout cela a abouti à la classification du parti en tant que « terroriste » par les pays du CCG". Et d'ajouter: "Personnellement je n'ai pas à approuver une décision du CCG. Il faut se rappeler que depuis longtemps, le Hezbollah est classifié « terroriste » par les Etats-Unis et l'Union européenne (sa branche militaire dans ce cas). Mais cela n'a pas d'impact sur la scène locale". Ahmad Fatfat, député haririen, a lui estimé que "celui qui commet des actes terroristes sera classifié comme tel".

 

(Lire aussi : La colère saoudienne et ses conséquences sur le courant du Futur, le décryptage de Scarlett Haddad)

 

Relations avec l'Iran
Avant de le classer groupe "terroriste", le royaume saoudien avait demandé en février à ses ressortissants de quitter le Liban, déconseillé tout voyage dans ce pays, suspendu des programmes d'armements de 4 milliards de dollars au profit de Beyrouth et sanctionné des sociétés liées au Hezbollah.

Par solidarité, les autres monarchies du CCG, à l'exception d'Oman, ont également demandé à leurs citoyens de quitter le Liban. Les Emirats ont réduit leur personnel diplomatique à Beyrouth. Ces riches monarchies pétrolières, qui comptent d'importantes communautés libanaises de différentes confessions, y compris chiite, avaient dès juin 2013 pris des sanctions contre des membres du Hezbollah en représailles à l'intervention armée du mouvement en Syrie.

Au-delà des tensions avec le Hezbollah, c'est le grand rival iranien qui est dans la ligne de mire de l'Arabie saoudite qui a rompu ses relations avec Téhéran après le saccage de sa chancellerie.

Le Hezbollah, ou parti de Dieu, a été créé par les Gardiens de la révolution iraniens dans les années 1980. Financé par Téhéran, il est le seul parti libanais à ne pas à avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990). Les Etats-Unis, le Canada et l'Australie considèrent ce mouvement comme une organisation "terroriste". Sa branche armée a été classée comme telle par l'Union européenne.

 

Lire aussi

« Le gel de la fourniture d'armes affaiblira l'État et c'est le Hezbollah qui en profitera », avertit Joumblatt

La crise s'est aggravée mercredi entre le Hezbollah et l'ensemble des monarchies arabes du Golfe qui ont classé comme "terroriste" le mouvement chiite proiranien, acteur-clé au Liban et soutien du régime de Bachar l-Assad en Syrie.
Cette mesure est intervenue au lendemain d'un virulent discours du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah qui a accusé l'Arabie saoudite, chef de file du Conseil de...
commentaires (17)

Quand les borgnes de l œil gauche se mettent à accuser les borgnes de l œil droit d'être des aveugles ... Bref cela concerne les libanais malheureusement ...

CBG

13 h 48, le 04 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Quand les borgnes de l œil gauche se mettent à accuser les borgnes de l œil droit d'être des aveugles ... Bref cela concerne les libanais malheureusement ...

    CBG

    13 h 48, le 04 mars 2016

  • Non mais quel carnaval leurs parades, fichtre! Ca rigole pas, l'oeil farouche, prêts à donner leur sang pour la patrie.... du voisin.

    Christine KHALIL

    21 h 52, le 02 mars 2016

  • FOUTAISES.

    FRIK-A-FRAK

    21 h 45, le 02 mars 2016

  • Lol!

    Christine KHALIL

    21 h 26, le 02 mars 2016

  • loll....waooooh! the joke of the day ! Alleluiah....ils viennent de s'en apercevoir. Ca a pris du temps et halla la wayn !!!! Vont ils encourager les cousins du Sud a provoquer une nouvelle guerre israelienne au Liban pour en finir avec le hezb "resistant" et unifier les libanais derriere le barbu de la da7ye eternel cachottier dans ses souterrains ? Ou alors la guerre interne etant une ligne rouge Dieu merci vont ils lui derouler le tapis rouge pour ramener ses combattants et sortir honorablement de Syrie contre la promesse ou un addendum de ce type stipulant la creation d'une legion de la resistance adossee a l'armee libanaise ? C'est fou...lire les nouvelles du Liban ne sont guere motivantes ni pour y passer Paques et encore moins les vacances d'Ete.... Entre Parfum de poubelles,lancement olfactif montant en puissance et l'absence de president mais nous n'en sommes qu'a la 35eme seance avec defaut de quorum...et tfiiiih comme aurait ma grand mere...chou hal balad zifit bi zifit

    Pierre Moise

    21 h 19, le 02 mars 2016

  • quoi de neuf? on est comme une balle dans leur camp, ils font ce qu'ils veulent avec.

    Art_4ever

    20 h 45, le 02 mars 2016

  • SACRÉ LAFONTAINE ! ON DIRAIT UN NOSTRADAMUS DES PAYS DU MOYEN ORIENT ET SURTOUT DU NÔTRE. INSPIRÉ DE SES FABLES : LE CORBEAU PARÉ DES PLUMES D'UN AIGLON DES RESTES D'UN AIGLON UN CORBEAU S'EST PARÉ ; IL PARADAIT TOUT FIER DE SON NOUVEAU PLUMAGE ; AUX AIGLES, LE HARGNEUX, VOULANT SE COMPARER, IL CROYAIT DEVENIR UN FAMEUX PERSONNAGE. UN GEAI LE RECONNUT ; SIFFLÉ PUIS BAFOUÉ, MÊME DES PIQUE-BOEUFS GRAVEMENT OUTRAGÉ, ET, PAR D'AUTRES OISEAUX PLUMÉ D'ÉTRANGE SORTE, IL FUT, PAR CEUX AUXQUELS IL VOULAIT S'IMPOSER, SANS PRÉAMBULE NI PROCÈS, MIS À LA PORTE. IL EST DES RÊVEURS QUI, SE CROYANT DES HÉROS, NE SONT EN FAIT QUE DES DÉCHARNÉS ESCARGOTS. DE PAR LE MONDE ENTIER ON LES NOMME PLAGIAIRES. J'ARRÊTE ET JE NE VEUX LEUR CAUSER PLUS D'ENNUI : CE NE SONT PAS LÀ MES DEVOIRS NI MES AFFAIRES.

    OLJ, RALLIEZ VOTRE ANCIENNE STATURE

    17 h 55, le 02 mars 2016

  • C'est seulement maintenant qu'ils s'en aperçoivent?

    Yves Prevost

    15 h 46, le 02 mars 2016

  • Les monarchies du Golfe déclarent le Hezbollah groupe "terroriste" ET DIRE QU'ELLES ONT VENDU A DOHA LES FORCES DU 14 MARS ET LE LIBAN A CE MEME PARTI "TERRORISTE" QUI FAISAIT PARTIE A L'EPOQUE DE LA SAINTE TRINITE DE L'ARMEE,DU PEUPLE ET DE LA RESISTANCE

    Henrik Yowakim

    15 h 11, le 02 mars 2016

  • Nous le savions bien avant eux!

    Pierre Hadjigeorgiou

    15 h 07, le 02 mars 2016

  • LE LIBAN EST PLONGÉ À FOND DANS LE TRIANGLE DES BERMUDES, L'IRAN, L'ARABIE SAOUDITE ET ISRAEL. TOIS PAYS SANGUINAIRES OÙ LA POLITIQUE EST BASÉ SUR DES RELIGIONS FANATIQUES.

    Gebran Eid

    14 h 51, le 02 mars 2016

  • Pourquoi avoir tant attendu ? Non seulement le Hezbollah est une organisation terroriste mais elle le reconnaît, implicitement parfois, mais souvent explicitement. Lorsque le TSL propose au Hezbollah de faire une enquête sous la forme d'une conférence télévisée et sans la présence physique de ses cinq membres soupçonnés d'avoir participé à l'assassinat de Hariri , le fait que Nasrallah refuse signifie indéniablement une reconnaissance de leur culpabilité. Il en est de même du refus de présenter à la justice le membre du Hezbollah qui se trouvait dans l'ascenseur de Boutros Harb. C'est une reconnaissance explicite du fait que ce monsieur préparait le meurtre de Harb. Pareil pour l'assassin de Samer Hanna. Les 100 libanais assassinés le 7 mai 2008, ce n'est pas du terrorisme ? Le soutien de Nasrallah aux bombardements par barils sur les civils syriens et le siège de villes syriennes où des centaines de familles meurent d'inanition, c'est bien du terrorisme reconnu par Nasrallah , non ? Nasrallah est donc le chef de la plus grande organisation terroriste du MO et le petit Michel Sameha semble un enfant de chœur par rapport à son maître.

    Saleh Issal

    14 h 42, le 02 mars 2016

  • Ällâh y'ghâmmîîîï !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    14 h 15, le 02 mars 2016

  • C,EST LE RESULTAT DES AGISSEMENTS IRRESPONSABLES... MAIS MALHEUREUSEMENT TOUS LES LIBANAIS PAYENT LE PRIX !

    OLJ, RALLIEZ VOTRE ANCIENNE STATURE

    13 h 23, le 02 mars 2016

  • Khâââï !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 52, le 02 mars 2016

  • Au secours, M Le ministre des Affaires de dynamitage des relations du Liban avec les pays arabes !

    Halim Abou Chacra

    12 h 44, le 02 mars 2016

  • C'est le même effet que des bulles de gaz qui remontent du fond de sa baignoire après avoir manger un bon mjadarra. .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 09, le 02 mars 2016

Retour en haut