Dossier spécial orientation professionnelle

Sciences humaines et sociales

L’histoire : un lien inestimable entre le passé et le futur

Reconstruction du visage d'Henri IV à partir de la tête momifiée qui lui a été attribuée en 2010, présentée le 12 février 2013 à Paris. Photo AFP

23/03/2016

Pourquoi choisir l'histoire ?
L'histoire est une discipline extrêmement dense dont l'étude permet d'acquérir de solides connaissances en culture générale ainsi qu'une méthode riche et rigoureuse. Étudier l'histoire permet de connaître les différentes époques qui nous ont précédés, d'observer le développement des différentes sociétés, de réaliser un travail de mémoire et de transmission. L'histoire est en effet la reconstruction d'un lien inestimable entre le passé et le futur. L'historien travaille le passé, mais ses écrits influencent le présent et le futur. Cette matière est en rapport avec toutes les autres disciplines : les sciences, la littérature, la sociologie, les arts, etc. Son champ d'étude est tellement vaste que les historiens se spécialisent sur des périodes très courtes.

 

Quelles sont les aptitudes nécessaires ?
Ceux qui se destinent à des études d'histoire doivent apprécier particulièrement la lecture et l'écriture. Les études d'histoire demandent en effet de passer beaucoup de temps à la bibliothèque ou dans les archives, et les épreuves écrites sont essentiellement des dissertations ou commentaires. Étudiant en master d'histoire à Paris Sorbonne 1, Élie Ziadé confirme qu'il faut être un passionné de lecture et être capable de bien écrire.
II faut également être patient. Un historien travaille sur le temps long. Même s'il peut intervenir sur des questions d'actualité, son travail consiste à donner une « perspective historique ». « Étudier l'histoire me permet de comprendre l'actualité. Surtout au Liban, où l'histoire est très peu étudiée », raconte Élie Ziadé.
L'historien doit éviter les jugements rapides et les lieux communs, et être le plus précis possible. Dans ses écrits, l'historien doit citer chacune de ses références, ce qui demande d'être particulièrement rigoureux.

 

Quelles sont les matières enseignées ?
En règle générale, les étudiants doivent recevoir un apprentissage concernant les trois périodes de l'histoire : antique, moderne et contemporaine. Comme dans les autres disciplines, la licence est assez générale et permet d'acquérir les acquis fondamentaux. Les étudiants se spécialisent au niveau du master 1. « On peut s'orienter vers un master recherche ou préférer un master professionnel. Dans le premier cas, cela débouche généralement sur un doctorat pour travailler dans la recherche et l'enseignement, dans le second cas, on peut travailler dans la communication, avec les instances internationales et gouvernementales ou encore dans les musées », explique Élie Ziadé.

 

Quels sont les débouchés ?
L'histoire peut constituer une porte d'entrée vers de multiples activités. Des études d'histoire permettent traditionnellement d'accéder à des postes dans l'enseignement et dans la recherche, que ce soit dans le primaire, le secondaire ou le supérieur. Mais, aujourd'hui, un master en histoire peut déboucher sur des métiers très différents qui ont rapport avec l'édition, la politique, la communication, les ONG, le monde des arts ou celui des archives.

 

Quelles sont les difficultés ?
En règle générale, le métier d'historien n'est pas très lucratif, même si tout dépend de l'ancienneté et des titres acquis durant sa carrière, comme l'agrégation. Il peut également être difficile de trouver du travail, compte tenu de la concurrence et de la faible demande.

 

Quelles universités faut-il privilégier ?
Élie Ziadé ne recommande pas de faire des études d'histoire au Liban, vu le manque de moyens. Il estime toutefois que l'Université Saint-Joseph et l'American University of Beirut sont les plus sérieuses dans ce domaine. Les universités françaises ont le mérite de proposer un enseignement de grande qualité à des prix très abordables. En France, l'histoire est une discipline prestigieuse mais où il y a énormément de concurrence.
Les universités britanniques ou américaines ont souvent davantage de moyens, mais leur coût est assez élevé. Selon les étudiants et leur projet de carrière, il faudra chercher le meilleur rapport coût/moyens/débouchés.

 

Zoom sur un métier : professeur d'histoire-géographie dans un lycée
Alexandre Samrani est professeur dans un lycée en France. Il a auparavant enseigné au Liban pendant de longues années. Selon lui, le contact avec les élèves, les échanges intellectuels, les débats et l'accompagnement pour le passage du baccalauréat sont les principaux atouts de ce métier. Une certaine lassitude ainsi que le désintérêt croissant des jeunes pour la matière en constituent, à ses yeux, les défauts.

Conseil : il vaut mieux être passionné pour s'orienter vers des études d'histoire. Celles-ci peuvent vous amener à réaliser des carrières prestigieuses et révéler de nouveaux passages encore trop peu connus de ce qu'on appelle... l'histoire.

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué