Crise des déchets

Vers une solution pour nettoyer les rues ?

A Jdeideh, au Metn, le 24 février 2016. AFP / Patrick BAZ

La commission chargée de la gestion des déchets solides, réunie hier sous la présidence du Premier ministre, avance en voie d'une solution aux monticules de déchets qui s'amoncellent depuis huit mois dans les rues. C'est ce qu'a affirmé hier à L'Orient-Le Jour le ministre d'État pour la Réforme administrative, Nabil de Freige, soulignant que la commission étudie également la période transitoire de dix-huit mois. Selon toutes les informations, c'est à l'ouverture de décharges que cette période aboutira, comme à l'installation de systèmes Waste to Energy. « Il ne s'agit pas d'incinérateurs, précise M. de Freige. C'est un système qui ne dégage aucune pollution et qui est adopté dans plusieurs pays. » Le ministre a en outre assuré qu'il y a désormais une « volonté politique chez la partie qui bloquait » toute solution à la crise d'aboutir à une solution.
Rappelons que le premier plan Chehayeb prévoyait une ouverture momentanée de la décharge de Naamé et d'autres grandes décharges.


(Lire aussi : Samy Gemayel appelle le pouvoir judiciaire à sanctionner Sukleen)

 

À Saïda
Par ailleurs, la Jamaa islamiya a réitéré hier son refus de « tout accueil chaotique des déchets » dans la ville de Saïda, ou de « toute tentative de transformer la ville en dépotoir ». M. Bassam Hammoud, responsable politique de la Jamaa islamiya au Liban-Sud, a rappelé que les habitants de la ville ont « longuement enduré de la crise des déchets et de la montagne d'ordures ». « Nous ne permettrons pas que ce cauchemar se répète », a-t-il affirmé, dans une déclaration à l'issue d'une rencontre avec le président du conseil municipal de Saïda, Mohammad el-Saoudi.

Sur un autre plan, le Mouvement libanais pour l'environnement a été reçu hier par le ministre d'État pour la Réforme administrative, Nabil de Freige, le président du parti Kataëb, Samy Gemayel, et le bâtonnier de l'ordre des avocats de Beyrouth, Antonio el-Hachem. Dans un communiqué, le mouvement a expliqué que ces visites s'inscrivent dans le cadre d'une série de rencontres visant à créer une cellule de crise pour parvenir à une solution durable de la crise des déchets, comme à inviter les responsables dans les secteurs public et privé, et la société civile à participer à un congrès qui se tiendra à cet effet le 5 mars, au palais de l'Unesco.

 

Lire aussi
Les ordures de Beyrouth continueront d'être collectées, assure Chbib

Qui a dit que les solutions environnementales n'existent pas ?

 

Pour mémoire
Augmentation du taux de carcinogènes dans l'air d'au moins 2 300 %

Pollution et crise des déchets ? La faute à la corruption...


La commission chargée de la gestion des déchets solides, réunie hier sous la présidence du Premier ministre, avance en voie d'une solution aux monticules de déchets qui s'amoncellent depuis huit mois dans les rues. C'est ce qu'a affirmé hier à L'Orient-Le Jour le ministre d'État pour la Réforme administrative, Nabil de Freige, soulignant que la commission étudie également la...

commentaires (0)

Commentaires (0)