Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le 14 Mars accuse le Hezbollah et ses alliés de "saper la stabilité" du Liban

"Si le gouvernement refuse de prendre position demain, nous prendrons de nouvelles mesures", assure Hariri.

Le chef du Courant du Futur Saad Hariri, au centre, entouré du chef des Kataëb Samy Gemayel et de l'ancien Premier ministre Fouad Siniora. Photo Nasser Trabulsi

La coalition du 14 Mars a tenu dimanche en fin d'après-midi une réunion élargie à la Maison du centre. L'ancien Premier ministre Saad Hariri, le chef des Kataëb Samy Gemayel, le chef du Parti national libéral, le député Dory Chamoun, ainsi que plusieurs ministres et députés étaient présents, alors que le chef des Forces libanaises Samir Geagea était représenté par le député Georges Adwan.

La coalition a discuté de la décision de l'Arabie saoudite qui a annoncé vendredi avoir interrompu son aide de trois milliards de dollars à l'armée libanaise et suspendu le reste d'un financement d'un milliard destiné aux forces de sécurité libanaises, pour protester contre les prises de position hostiles à son égard "inspirées par le Hezbollah". Cette réunion intervient également quelques heures après la démission du ministre de la Justice Achraf Rifi qui a dénoncé la "mainmise" du Hezbollah sur le gouvernement libanais.

Dans un communiqué diffusé en soirée, le 14 Mars a accusé le Hezbollah "et ses alliés" de "saper la stabilité financière, sécuritaire et sociale" du Liban. "Les pays du Golfe ont toujours soutenu le Liban et l'ont aidé à se redresser après la guerre", affirme le 14 Mars dans son communiqué qui a été lu par l'ancien Premier ministre Fouad Siniora. "Nous faisons assumer la responsabilité de la détérioration des relations avec les pays du Golfe au Hezbollah et à ses alliés", affirme encore le mouvement, appelant le parti chiite à retirer ses combattants de Syrie. Le 14 Mars appelle par ailleurs le gouvernement de Tammam Salam à "respecter la Constitution libanaise et dénoncer les attaques hostiles contre tout pays arabe".

(Lire aussi : Retour de bâton, l’éditorial de Issa Goraïeb)

Alors que les pays de la Ligue arabe, réunis au Caire en janvier, avaient exprimé dans un communiqué adopté à l'unanimité, à l'exception du Liban, leur "solidarité totale" avec l'Arabie saoudite face aux "actes hostiles et provocations de l'Iran", à la suite de l'exécution à Riyad du dignitaire religieux chiite Nimr el-Nimr, le ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil avait affirmé que le Liban "prenait ses distances avec cette crise afin de préserver sa stabilité nationale".

"Nous refusons que le Liban devienne une victime politique, économique et culturelle d'un autre pays qui cherche à répandre son influence à travers le monde arabe", a encore affirmé la coalition du 14 Mars en référence à l'Iran.

Le Conseil des ministres doit se réunir lundi à 10h afin d'examiner les dossiers urgents, dont l'interruption de l'aide saoudienne aux forces armées libanaises.

Au cours d'une discussion avec les journalistes à la suite de la réunion du 14 Mars, l'ancien Premier ministre Saad Hariri a affirmé dimanche que la position du Liban à la réunion de la Ligue arabe au Caire ne respecte pas la déclaration ministérielle du gouvernement Salam. "Si le gouvernement refuse de prendre position demain (au sujet de cette question), nous prendrons de nouvelles mesures", a-t-il affirmé.

Plus tôt dans la journée, le président du conseil exécutif du Hezbollah, cheikh Nabil Kaouk, avait accusé l'Arabie Saoudite de fournir des armes aux "groupes terroristes takfiritses" syriens, en référence aux rebelles de l'opposition anti-Assad, affirmant que "les armes saoudiennes représentent désormais une menace pour la stabilité du Liban".



Lire aussi

Au Liban, la polémique sur la suspension de l'aide saoudienne se poursuit

Lâché par Riyad, Beyrouth au pied du mur

Les milliards du roi Salmane : Libexit

Des dialogues, malgré tout..., le décryptage de Scarlett Haddad

La coalition du 14 Mars a tenu dimanche en fin d'après-midi une réunion élargie à la Maison du centre. L'ancien Premier ministre Saad Hariri, le chef des Kataëb Samy Gemayel, le chef du Parti national libéral, le député Dory Chamoun, ainsi que plusieurs ministres et députés étaient présents, alors que le chef des Forces libanaises Samir Geagea était représenté par le député...
commentaires (4)

MAIS -SAPER- EST UN JEU QUI DEMANDE... QUAND MEME -DEUX- PARTENAIRES !!! REMUEZ BIEN LES PLIS DE VOTRE CONSCIENCE MADAME LA -MARQUISE- ET VOUS VERREZ QUE LA -MAINMISE- N,EST PAS NEE DES SOUFFLES DE LA BRISE...

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

10 h 48, le 22 février 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • MAIS -SAPER- EST UN JEU QUI DEMANDE... QUAND MEME -DEUX- PARTENAIRES !!! REMUEZ BIEN LES PLIS DE VOTRE CONSCIENCE MADAME LA -MARQUISE- ET VOUS VERREZ QUE LA -MAINMISE- N,EST PAS NEE DES SOUFFLES DE LA BRISE...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    10 h 48, le 22 février 2016

  • Normal la main qui prend est tjrs en dessous de celle qui donne !! ce n'est pas a soumission, ni les conditions mais bien le savoir vivre ... comme on dit shehhad w mcharrat !!

    Bery tus

    01 h 33, le 22 février 2016

  • c'est validé ,les saoudiens comme les français de normal 1er ..ne respecte pas leurs parole à l'export ...donc, seul une réponse nationale peut être une solution viable...

    M.V.

    21 h 40, le 21 février 2016

  • DAME LA -MARQUISE- SE REVEILLE... REALISE... SE SOLIDARISE... ET STIGMATISE LA ROUBLARDISE DE LA -MAINMISE-...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    21 h 30, le 21 février 2016

Retour en haut