X

Liban

Les milliards du roi Salmane : Libexit

Armement de la troupe
20/02/2016

Le feuilleton du contrat saoudo-franco-libanais des 3+1 milliards de dollars d'aide militaire au Liban, négocié en 2013 et plus connu ici sous le titre « Les milliards du roi », connaît un spectaculaire rebondissement qui, pour le Liban, s'il était définitif, signifie en fait un triste épilogue.

À Paris, les autorités concernées par ce mégacontrat d'armement ont pris connaissance de ce revirement saoudien à l'égard du Liban sans s'inquiéter outre mesure de l'aspect financier de ce deal.
En fait, alors que les ministères des Affaires étrangères et de la Défense se cantonnaient hier dans un mutisme total, refusant nettement de réagir à l'éviction du Liban de l'accord triangulaire qui allait permettre à l'armée libanaise de s'équiper pour continuer à se battre en première ligne contre Daech, des milieux diplomatiques bien informés et concernés laissaient entendre ce qui suit :
« L'annonce saoudienne de priver le Liban de cette aide militaire ne concerne pas la partie française, qui, après avoir obtenu le premier paiement sur ce contrat et les assurances sur la suite, continue à produire le matériel convenu par les huit entreprises d'armement pressenties par l'Office mixte du gouvernement français et de l'industrie d'armement (ODAS) qui affiche "business as usual". »
Autrement dit, cet armement n'ira pas au Liban, mais il est en cours de production sans que l'on sache quel pays en sera le bénéficiaire.

 

(Pour mémoire : Livraison d'armes françaises au Liban : la partie blindés signée)


De source militaire française, on apprend que ce revirement saoudien ne remet pas en question l'accord stratégique franco-libanais dont parle le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, depuis qu'il s'était rendu à Beyrouth le 19 avril 2015 pour livrer les 48 batteries de missiles Milan prélevées sur les stocks de l'armée française. Lors de ce voyage où il était accompagné par un groupe restreint de journalistes, le ministre avait affirmé que l'accord d'armement scelle en fait une « alliance stratégique franco-libanaise et que la France se tiendra de ce fait aux côtés des forces armées libanaises dans leur combat contre le terrorisme ».

À la question de savoir ce que ferait la France en cas de grande offensive de Daech, par exemple dans le nord de la Békaa, avant la livraison des armes françaises – dont les délais étaient estimés à l'époque à 4 ans et demi (période prolongée plus tard à cinq ans et demi) –, le ministre s'était contenté de répondre : « Nous avons maintenant un accord stratégique avec le Liban. » Il avait refusé d'en dire plus lorsqu'un de nos confrères lui avait demandé si les soldats libanais recevraient alors l'armement nécessaire, à valoir sur les stocks des armées françaises.

Motus également à Paris sur le 4e milliard promis par feu le roi Abdallah, mis à la disposition de Saad Hariri et destiné à l'achat d'armes et d'équipements pour les FSI ainsi que d'avions d'attaque au sol de type A29 Tucano.

 

Lire aussi
Retour de bâton, l’éditorial de Issa Goraieb

Lâché par Riyad, Beyrouth au pied du mur

Des dialogues, malgré tout..., le décryptage de Scarlett Haddad

Hariri affirme « comprendre », le Hezbollah s'estime « non responsable »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Henrik Yowakim

Les milliards du roi Salmane : Libexit

BIEN FAIT CAR TOT OU TARD ILS AURAIENT FINI DANS LES POCHES DU HEZBOLLAH.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Encore, "À la question de savoir ce que ferait la Frannnce en cas de grande offensiiive de Daech ou de (l'armée) de chabbîhâhs du régime aSSadique, par exemple dans le nord de la Békaa, avant la livraison des armes françaises...." !
Qui ? Quoi ? Dans le nord de la.... Saine Bekää(h), où poussent si bien sur fond de rafales de Kalach' ou de Klaschine, aussi bien le fanatisme que le pavot et le cannabis ?
Yîîîh !

Amère Ri(s)que

Quelle différence y aurait entre une girouette (la bensaoudie ) et un horloger ( la France) ?

La girouette montre les vents
l'horloger vend les montres .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUELLES QUE SOIENT LES RAISONS AVANCEES PAR RYAD L,ARABIE SAOUDITE VIENT DE COMMETTRE UNE GAFFE POLITIQUE DE PREMIER ORDRE... A MOINS QU,ILS... LES SAOUDIENS... ONT VENT DE CHOSES QUE NOUS IGNORONS ENCORE...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"À la question de savoir ce que ferait la France en cas de grande offensive de Daech, par exemple dans le nord de la Békaa, avant la livraison des armes françaises...." !
Oui, et que ferait la Frannnce en cas de grande offensiiive de "l'armée" de chabbîhâhs du régime aSSadique, par exemple dans le nord de la Bekaa etc. ?
Oui, elle ferait quoi e.g. ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants