Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Saad Hariri à Beyrouth pour la 11e commémoration de l'assassinat de son père

Il s'agit de la troisième visite au Liban de l'ancien Premier ministre depuis sa démission sous pression en 2011.

Le chef du Courant du Futur, Saad Hariri (d), s'entretenant avec le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, à la Maison du centre, le 14 février 2016. Photo Ani

L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé dimanche à l'aube à Beyrouth pour la 11e commémoration de l'assassinat de son père Rafic, qui a également été chef du gouvernement.

C'est seulement la troisième fois que Saad Hariri se rend au Liban depuis sa démission, en 2011, sous la pression de l'Alliance du 8 Mars, pilotée par le Hezbollah. La dernière visite de Saad Hariri, qui réside en France, effectuée pour la même occasion, remontait à un an.

La cérémonie commémorative se tiendra au centre d'exposition Biel, dans la capitale, à 16h30, heure locale. Le chef du Courant du Futur doit prononcer un discours très attendu, au moment où la coalition du 14 Mars, à laquelle sa formation appartient, connaît des dissensions internes. 

Quelques heures après son arrivée à Beyrouth, M. Hariri a reçu à la Maison du centre le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, son fils Taymour, le chef du bloc du Futur, Fouad Siniora, ainsi que le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk.

"Les assassins auront toujours tort, car Rafic Hariri, depuis sa tombe, représentera toujours la ligne de séparation entre le bien et le mal. Ils n'ont pas réussi à changer cela et ils ne réussiront jamais, a affirmé M. Machnouk. "Le Courant du Futur bénéficie toujours d'une grande popularité et d'un public qui est prêt à résister et à se sacrifier pour la cause juste", a ajouté le ministre de l'Intérieur. Et de conclure : "Personne ne réussira à imposer sa tutelle au Liban. Le régime syrien a pu le faire pour une durée limitée, mais le Liban en a été libéré. Mais dorénavant, il n'y aura plus de nouvelle tutelle sur le pays".

Le Premier ministre Tammam Salam a lui estimé que "la vision de Rafic Hariri sur le Liban doit servir d'exemple à tous ceux qui ambitionnent d'édifier une société basée sur la coexistence, la modération et la paix civile".

Le chef des Marada, Sleiman Frangié, a pour sa part présenté ses condoléances à M. Hariri lors d'un entretien téléphonique et lui a souhaité la bienvenue à l'occasion de son séjour au Liban.

A Aïn el-Mraïssé, où Rafic Hariri a été assassiné, une torche commémorative a été allumée pour l'occasion, comme chaque année. 

Photo AFP/ANWAR AMRO

 

Une délégation du Courant du Futur, présidée par le secrétaire général de la formation, Ahmad Hariri, s'est  en outre rendue dans le centre-ville de Beyrouth vers 13h afin de se recueillir devant la tombe de Rafic Hariri et de ses compagnons qui reposent près de la mosquée Al-Amine.

 

 

Photo Ani

 

Par ailleurs, l'épouse de Rafic Hariri, Nazek, s'est adressée au défunt en regrettant qu'il ne soit pas en vie aujourd'hui, au moment où le Liban traverse une grave crise politique.

"Si seulement tu étais avec nous aujourd'hui en ces moments difficiles que traverse le pays, tu aurais œuvré à trouver des solutions afin de mettre un terme à la situation sécuritaire instable et à la confusion", a dit Mme Hariri dans des propos rapportés par la LBCI. "Qu'en est-il aujourd'hui, 11 ans après ton assassinat, des institutions de l'État ?", s'est interrogée la veuve de l'ancien Premier ministre.

Rafic Hariri avait été tué le 14 février 2005 dans un attentat à la bombe lorsque 1 800 kilos de TNT avaient explosé au passage de son convoi, tuant 22 autres personnes. Cet attentat avait entraîné le Liban au bord de la guerre civile et avait poussé Damas, pointé du doigt pour ce meurtre, à retirer ses troupes qui étaient postées au Liban depuis 30 ans. Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) à La Haye a inculpé cinq responsables et cadres du Hezbollah pour leur implication dans cet assassinat. Un procès par contumace s'est ouvert en janvier 2014 et le parti chiite a toujours démenti les accusations portées contre lui.

 

Lire aussi

Commémoration de l'assassinat de Rafic Hariri : hommages en cascade sur Twitter

Le 14 Février ou la perte de sens

 

Pour mémoire
Rafic Hariri ou l'autre islaml'article d’Élie Fayad

D'horreur et d'espérance, l'article de Michel Hajji Georgiou


L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri est arrivé dimanche à l'aube à Beyrouth pour la 11e commémoration de l'assassinat de son père Rafic, qui a également été chef du gouvernement.
C'est seulement la troisième fois que Saad Hariri se rend au Liban depuis sa démission, en 2011, sous la pression de l'Alliance du 8 Mars, pilotée par le Hezbollah. La dernière visite de Saad...

commentaires (3)

Dans le pays où Saad Hariri réside ...est ce que , ce pays exporte ses ordures à l'étranger...?

M.V.

16 h 05, le 14 février 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Dans le pays où Saad Hariri réside ...est ce que , ce pays exporte ses ordures à l'étranger...?

    M.V.

    16 h 05, le 14 février 2016

  • À SON ARRIVÉE À BEYROUTH, HARIRI A REÇU WALID JOUMBLATT ACCOMPAGNÉ PAR SON FISTON TAYMOUR. ÇA CES DES BONNES NOUVELLES. MAIS QUELLE BELLE RENCONTRE ! UN HOMME COMME TAYMOUR C'EST UNE FIERTÉ POUR LES DRUZES. COMME SAMI CHEZ LES MARONITES. CE SONT DES CRACKS EN POLITIQUE. SACRÉ TAYMOUR, IL VA RÉGLER NOS PROBLÈME.

    Gebran Eid

    14 h 26, le 14 février 2016

  • SAAD HARIRI DEVRAIT REVENIR ET RESTER AU LIBAN SINON LA DESINTEGRATION DU 14 MARS DEJA COMMENCE S,ACHEVERAIT INDUBITABLEMENT...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    14 h 05, le 14 février 2016

Retour en haut