Rechercher
Rechercher

À La Une - Patrimoine

La plaque de la maison de De Gaulle retrouvée et mise à l'abri

Le propriétaire de l'immeuble beyrouthin où a résidé le général de Gaulle craint que des militants réclamant la libération de Georges Abdallah s'en prennent à la demeure.

La plaque commémorative apposée sur le fronton de l'immeuble dont un des appartements avait été occupé par le général Charles de Gaulle à Beyrouth. Photo Raymond Aftimos

Disparue depuis jeudi dernier, la plaque en marbre apposée sur le fronton de l'immeuble dont l'un des appartements avait été occupé par le général Charles de Gaulle à Beyrouth a été retirée par le propriétaire actuel de la bâtisse, selon des informations obtenues samedi par L'Orient-Le Jour.

Selon une source à la municipalité de Beyrouth, le propriétaire de l'immeuble, situé rue Mar Elias, dans le quartier de Mousseitbé, appartenant à un membre de la famille Hoss, a décidé de retirer la plaque commémorative de peur que des militants réclamant la libération de Georges Abdallah ne s'en prennent à la demeure.
M. Abdallah avait été condamné en 1987 pour complicité d'assassinat de deux diplomates et détenu en France depuis 1984.

La plaque est désormais aux mains des Forces de sécurité intérieure (FSI) qui avaient ouvert une enquête après avoir été alertées de sa disparition, révèle cette source. Elle retrouvera sa place sur le fronton de l'immeuble, classé monument historique, dès la clôture de l'enquête, précise-t-elle également.

La disparition de la plaque, signalée par Khalil Hamadé sur la page Facebook de l'ONG "Save Beirut Heritage", avait enflammé les réseaux sociaux et suscité de nombreuses interrogations, faisant craindre une démolition de l'immeuble.

Charles de Gaulle, alors commandant affecté à l'état-major des Troupes du Levant à Beyrouth, a habité l'immeuble entre 1929 et 1932, avec son épouse et ses trois enfants.

 

 

Lire aussi
Lorsque de Gaulle vivait au Liban...

De Londres à Beyrouth : l’écho de l’appel du 18-Juin résonne encore


Disparue depuis jeudi dernier, la plaque en marbre apposée sur le fronton de l'immeuble dont l'un des appartements avait été occupé par le général Charles de Gaulle à Beyrouth a été retirée par le propriétaire actuel de la bâtisse, selon des informations obtenues samedi par L'Orient-Le Jour.
Selon une source à la municipalité de Beyrouth, le propriétaire de l'immeuble, situé rue...

commentaires (3)

Gens du 4e monde, unissez-vous à Bayrouth (si on écrit Beyrouth, la ville risque d'être enlevée).

Halim Abou Chacra

17 h 31, le 13 février 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Gens du 4e monde, unissez-vous à Bayrouth (si on écrit Beyrouth, la ville risque d'être enlevée).

    Halim Abou Chacra

    17 h 31, le 13 février 2016

  • A l'abri ? Woûlakéläâmâh, alors qu'il n'existe même pas des abris pour les humains dans ce patelin !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 54, le 13 février 2016

  • En ma qualité de gaulliste historique, je me réjouis que la plaque ait été retrouvée et préservée. Toute ma reconnaissance à la personne qui l'avait retirée provisoirement. Le général de Gaulle n'avait jamais eu affaire avec des assassins et des voyous de tous bords. La France est un pays de droit où le justice est souveraine et indépendante de tous les pouvoirs politiques ou partisans.

    Honneur et Patrie

    16 h 34, le 13 février 2016

Retour en haut