X

À La Une

Le système politique libanais désigné par Transparency comme l'un des symboles de la corruption dans le monde

Campagne

L'ONG pointe la crise des déchets comme un "parfait exemple".

OLJ
09/02/2016

Le système politique au Liban, notamment mis en cause pour sa gestion de la crise des déchets, a été désigné comme l'un des symboles les plus représentatifs de la "grande corruption" dans le monde, à la suite d'une grande consultation internationale et citoyenne, organisée par l'ONG Transprency International dans le cadre d'une campagne de sensibilisation baptisée "Démasquez les corrompus", lancée il y a plus de quatre mois.

Dans la région Mena, l'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, et l'ancien chef de l’État tunisien, Zine el-Abidine Ben Ali ont également été sélectionnés parmi ces symboles de corruption.

Sur le site Internet dédié à cette campagne, les internautes sont appelés à voter jusqu'au 10 février pour 15 personnalités ou instances à travers le monde qui symbolisent le mieux la "grande corruption".
Nominé par l'Association libanaise pour la Transparence (Lebanese Transparency Association – No Corruption), le système politique libanais a été sélectionné parmi 383 symboles de corruption nominés par les internautes à travers la planète. Ce vote a été ouvert le 9 décembre dernier, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption.

 

 

 

 

Ce vote constitue la deuxième étape de la campagne de sensibilisation. Une troisième et dernière étape  s'ouvrira dès le 10 février avec l'élaboration de campagnes plus ciblées sur les territoires concernés, en partenariat avec d’autres ONG et collectifs.

Le système politique libanais a été "plébiscité" en raison de sa gestion de la crise des déchets.
"La crise des ordures ménagères au Liban est le parfait exemple de la façon dont les relations 'privilégiées'
contribuent à l'échec des prestations de services et de ses effets dévastateurs sur les citoyens", peut-on lire sur le site qui décrypte la crise des déchets, de la fermeture de la décharge de Naamé jusqu'à la création du collectif de la société civile "Vous puez !".

L'ONG dénonce également les "réseaux clientélistes qui soumettent les citoyens à l'emprise de l'élite dirigeante" ainsi que "la corruption chronique" du secteur public, pointant du doigt "le système politique confessionnel libanais d'accords sur le partage des pouvoirs entre les élites représentant les différentes communautés".

Il ne s’agit pas tant de décerner un prix au gagnant qui aura obtenu le plus grand nombre de votes que de porter l’attention des publics concernés sur ces symboles de grande corruption afin d’obtenir justice ou réparation et de mettre un terme à l’impunité. 

Dans le rapport annuel de Transparency International publié le 27 janvier sur la corruption, le pays du Cèdre s'est placé à la 123e position sur 168 pays. L'année précédente, le Liban était classé à la 136e position sur 178 pays.

 

 

Lire aussi
Pollution et crise des déchets ? La faute à la corruption...

Corruption : le Liban toujours en queue du peloton...

« Zaffatleh el-Tarik », pour dénoncer la corruption et le suivisme aveugle au Liban

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Beauchard Jacques

La faute à la "corruption"? la faute conséquence du "système"? c'est à dire QUI? Le Liban est aussi devenu le pays des masques....

Dounia Mansour Abdelnour

Les corrupteurs, corrompus etvoleurs politiques de budgets considérables n'ont aucune honte! Je les entends dire: 'si nous, on ne vole pas, d'autres le feront'. Une logique maléfique derrière laquelle ils se cachent et ne ressentent aucune culpabilité !

Irene Said

De quoi être fières, nos MARIONNETTES-CORROMPUES...
à se demander si elles lisent la presse internationale...si elles savent lire ?

Mais elles sont tellement prises dans les filets de cette corruption généralisée qu'il leur est manifestement impossible de s'arrêter et de renoncer à tous les avantages qu'elle leur procure.

A moins d'un vrai sursaut de la part des Libanais honnêtes et capables pour stopper cette gangrène destructrice !
Irène Saïd

Bery tus

ce n'est pas la religion qui fait défaut mais les hommes qui l'interprète comme ils veulent !!

je ne suis pas du tout mais alors la pas du tout d'accords avec ces aveugles pensant que tout le monde doit absolument calquer le modele occidental de gouvernance hahaha

laissez moi rire venez voir en occident la corruption a plus grande echelle meme haha bande d'hypocrite !!

pour finir je ne disculpe pas certains de nos politiciens tout aussi coupable, mais ce n'est pas le systeme qui est en cause bande de naze ce sont les hommes qui l'ont pervertie !!

Henrik Yowakim

Le système politique libanais désigné par Transparency comme l'un des symboles de la corruption dans le monde

HALAL AL CHATER, EDROBE EHROBE : CES QUELQUES PROVERBES ENTRE MILLE AUTRES SUR LA LEGENDAIRE HABILITEE, AGILITEE, DEBROUILLARDISE, ROUBLARDISE DES LIBANAIS , RESSASSEES DE GENERATIIONS EN GENERATIONS ,NE POUVAIENT ET NE PEUVENT QUE GENERER DES DEGENEREES CORROMPUS QUI CONFONDENT ARNAQUE ET BUSINESS ET SURTOUT POLITIQUE ET PIRATAGE/PILLAGE DU TRESOR PUBLIC.

OSCAR DE LA MEILLEURE CORRUPTION INTERNATIONALE LE LIBAN NOYEE SOUS SES ORDURES MILLICIENNES ET POLITIQUES, MERITE BIEN CETTE BASSE DISTINCTION HONORIFIQUE .QU’IL DOIT ESSENTIELLEMENT AUJOURD'HUI AUX AU FUSIL DIVIN QUI NOUS A PRIS EN OTAGE ET A SES CRAPULES COMPLICES QUI NOUS GOUVERNENT.

Henrik Yowakim

IL EST TEMPS DE REVOIR L'ECHELLE DES VALEURS DE LA SOCIETE LIBANAISE.IL EST SURTOUT GRAND TEMPS DE REVOIR LE SYSTEME DE L'ETAT CHEHABISTE CENTRALISEE ET FORTEMENT CORRUPTEUR ET QUI A PERMIS TOUTES CES DERIVES A L'OMBRE DE SES "BUREAUX" ECHAPPANT A TOUT CONTROLE OU A TOUTE COMPTABILITE POLITIQUES.

POUR LE REMPLACER PAR LE SYSTEME FEDERAL DECENTRALISEE ET DECENTRALISATEUR DANS LEQUEL LE POUVOIR CONFISQUEE NE POURRA PLUS ECHAPPER AU CONTROLE CITOYEN ET A LA COMPTABILITE DE LA SOCIETE CIVILE ET DE SES CONSEILS DE MUNICIPALITEES,DE CAZAS ET DE MOUHAFAZATS ELUS DIRECTEMENT AU SUFFRAGE UNIVERSEL ET AU VOTE PROPORTIONEL

CE SYSTEME FEDERAL ETANT A MEME DE SAUVER LE LIBAN DE LA DOUBLE CORRUPTION/OCCUPATION DU FUSIL DE DIEU ET DE CELLE DES PARASITES QUI PROLIFERENT A L'OMBRE DE SA TERREUR, DE SES CHANTAGES, DE SSES PARRAIANGES ET DE SES MENACES.

PARASITES ORDURIERS ET POURRIES ,TOUTES CATEGORIES OU PRESQUE, TOUTES COMMUNAUTES/CONFESSIONS OU PREASQUE ET TOUS MARS OU PRESQUE CONFONDUS.

Jean Michael

Rien de quoi etre fier!!! Shame on us people libanais qui critiquons a tout va et qui ensuite allons voter pour les memes voleurs-corrupeteurs.
J'emprunte a un grand savant pour dire que les rois des imbeciles sont ceux qui continuent a faire et refaire la meme chose en esperant avoir un resultat different!!

Nadine Naccache

Élémentaire, mon cher Watson....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA CAVERNE DE ALI BABA ET SES DIVERS VOLEURS CHAMBRISTES ET NON CHAMBRISTES...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Plus que celui des mollâhs Per(s)cés iraniens et celui des gangs bääSSyriens ?

Viken Hannessian

Si c'est possible, jeudi matin, placez cette article en première page avec une grosse manchette.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants