X

La Dernière

Les plaisirs solitaires de Churchill chez Apple

This is America

Le « Solitaire », un jeu tranquille et pépère ? Pas quand les nonagénaires trônent à l'Apple Store sous les noms de Winston Churchill et Donald Rumsfeld.

04/02/2016

Donald Rumsfeld, ancien secrétaire américain à la Défense et stratège de la guerre d'Irak et d'Afghanistan (2003), aime toujours se creuser les méninges et trouver de nouveaux projets. Il vient de mettre au point une version électronique du jeu de cartes Solitaire tel que développé par Winston Churchill, qui en avait fait son passe-temps favori. Le célèbre Premier ministre britannique s'y adonnait à partir d'une disposition des cartes de son cru, plus complexe que celle du jeu original, pour mieux confronter son esprit à divers obstacles. Il le pratiquait durant ses nombreuses nuits d'insomnie, se plaisant à en contourner les difficultés, lui qui était toujours à la recherche de la « victoire à tout prix ».
Quant à Donald Rumsfeld, il avait été initié à cet exercice qui l'a fasciné par un diplomate belge, ambassadeur auprès de l'Otan. Ce dernier le tenait de Churchill himself, avec lequel il s'était lié d'amitié. Dernièrement donc, l'ancien secrétaire américain à la Défense a planché sur une application électronique du casse-tête conçu par Churchill et qu'il se plaît à qualifier de diabolique. Il l'a mise sur le marché, sous le label de Apple, le 24 janvier, jour anniversaire de la mort du célèbre « vieux lion anglais », il y a 51 ans.

Les six cartes du diable
Pour la réalisation de cette appli, M. Rumsfeld a fait appel aux spécialistes de deux compagnies œuvrant dans la technologie, afin qu'ils construisent son magnum opus. Il a voulu que le jeu se déroule sur fond de musique militaire, avec quelques interventions de Winston Churchill que l'on entend notamment dire : « Nous ne devons jamais nous rendre. » Il faut, semble-t-il, pareil encouragement, car ce Solitaire des grands est difficile à battre. D'abord, il utilise deux jeux de cartes, au lieu d'un, disposés sur deux niveaux, donc plus difficiles à coupler, avec en plus un rang supplémentaire baptisé « les six du diable ». Cette série ajoute un hic au jeu traditionnel. Pour l'ancien secrétaire américain à la Défense, il exige du joueur qu'il soit « stratégique », qu'il « observe tous les détails », qu'il soit « prévoyant » et qu'il « n'abandonne jamais », comme le disait souvent le Premier ministre de sa gracieuse Majesté. La persistance finira par l'emporter sur des multitudes de combinaisons apparemment improbables et des manœuvres difficiles.

« Zuckerberg n'a rien à craindre »
L'un des conseillers en technologie de Donald Rumsfeld précise : « Il ne s'agit pas d'un simple divertissement. Ce jeu exige une grande concentration. Il aiguise et affine la pensée. Ce sont sans doute pour ces raisons que Winston Churchill l'appréciait. » Les ayants droit de sir Winston avaient donné leur accord pour mettre en ligne leur illustre ancêtre et donneront leur part du profit à une œuvre caritative. Donald Rumsfeld, lui, versera la sienne à une organisation caritative militaire américaine. Le jeu peut être téléchargé gratuitement lorsqu'il fait partie d'un lot d'achats. À noter que ce Solitaire est actuellement en tête des ventes d'Apple au même titre qu'une application... sur les Kardashian et la populaire émission Game of Thrones.
Ancien ministre américain de la Guerre, Donald Rumsfeld est complètement entré dans ce jeu qui diversifie ses activités post-retraite, parmi lesquelles la rédaction de livres. Il estime que ce face à face avec un alignement si particulier des cartes sur écran permet de saisir les aspects stratégiques d'une situation et de comprendre les subtilités de la défense et de la réflexion. Et de conclure, avec humour, en déclarant au quotidien USA Today : « Je ne dirais pas que c'est ma dernière aventure App. Après tout, je n'ai que 83 ans. Mais je tiens à assurer à Mark Zuckerberg (fondateur de Facebook) qu'il n'a rien à craindre. »

 

Dans la même rubrique
Déchets politiques au Liban, déchets haute couture ailleurs...

Noël à la Maison-Blanche, à la manière de Jackie Kennedy et Michelle Obama

Tiffany chez les Dupont de Nemours

Joel Poinsett et sa fleur rouge du Mexique

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants