Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

"Pendue" sous un pont pour accueillir Rohani à Paris

Les activistes du groupe féministe entendent dénoncer les pratiques du régime iranien, notamment le recours fréquent à la peine capitale.

Une militante Femen simulant une pendaison au-dessus de la Seine, torse nu peint aux couleurs du drapeau iranien. Capture d'écran Twitter/@femeninna

Au lendemain de son arrivée à Paris, le président iranien Hassan Rohani s'est vu réserver un accueil singulier de la part des militantes Femen. L'une d'elles a simulé jeudi une pendaison, torse nu peint aux couleurs du drapeau iranien, au-dessus de la Seine. La mise en scène a été relayée sur les pages Twitter du mouvement qui se décrit comme "féministe international".

Si le président iranien a souhaité jeudi le début d'une "relation nouvelle" entre l'Iran et la France, lors d'une visite officielle empreinte de solennité, les Femen ne l'entendaient pas de cette oreille. Elles ont affiché sur la passerelle Debilly à Paris, à côté de la militante "pendue", une banderole sur laquelle on pouvait lire : "Bienvenue Rohani, bourreau de la liberté". "Nous voulons que Rohani se sente chez lui", a commenté sur Twitter Inna Shevchenko, la dirigeante des Femen qui multiplient les mises en scènes publiques, seins nus, pour exprimer leur désaccord sur de nombreux sujets politiques, religieux et sociétaux.

 

La mise a scène n'a pas duré longtemps. "Les forces de l'ordre sont intervenues au bout d'un quart d'heure pour mettre fin à la manifestation", précise le Huffington Post. Le message, lui, est bien passé.

Selon Amnesty International, la république islamique est le pays qui exécute le plus de mineurs au monde tandis que l'organisation Reporters Sans Frontières a dénoncé un pays devenu "l'une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes". La question des droits de l'Homme en Iran ne sera pas escamotée, a-t-on assuré de source française, mais elle ne fera l'objet d'aucun commentaire public.

Lundi soir, des statues dénudées exposée dans un musée de Rome ont été cachées derrière des paravents, lors de la visite de Hassan Rohani, suscitant la polémique. "Le convoi officiel semble être passé juste en face (de la simulation de pendaison, ndlr), Rohani aura au moins vu une paire de seins (de loin)", ironise la journaliste Cerise Sudry-Le Dû, sur son compte Twitter.

 

Lire aussi
Rohani en France pour "une relation nouvelle"

L'Iran bannit des livres le mot "vin" et autres termes "étrangers"

Un repas entre Rohani et Hollande suspendu à un verre de vin

Interdiction de jouer pour un grand orchestre de Téhéran parce qu'il inclut des femmes

Au lendemain de son arrivée à Paris, le président iranien Hassan Rohani s'est vu réserver un accueil singulier de la part des militantes Femen. L'une d'elles a simulé jeudi une pendaison, torse nu peint aux couleurs du drapeau iranien, au-dessus de la Seine. La mise en scène a été relayée sur les pages Twitter du mouvement qui se décrit comme "féministe international".
Si le...
commentaires (2)

TORSE NU ET EN MONOKINI... ET SI ELLE EST BELLE AUSSI, DE QUOI TENTER MEME UN BABA...

LA LIBRE EXPRESSION

18 h 35, le 28 janvier 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • TORSE NU ET EN MONOKINI... ET SI ELLE EST BELLE AUSSI, DE QUOI TENTER MEME UN BABA...

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 35, le 28 janvier 2016

  • Rohani accueilli par une Femen qui simule une pendaison au-dessus de la Seine LE TYPE EN A VU TELLEMENT DE PENDAISONS QU'IL EST IMMUNISEE A CE GENRE DE SPECTACLE QOUTIDIEN AU KAKIHISTAN. PAR CONTRE CE SONT CES SEINS NUS QUE SES YEUX NE SAURAIENT VOIR QUI ONT SUREMENT RETENU SON ATTENTION DE BIGOT.ET QUE VALLS AURAIT DU IMPERATIVEMENT VOILER.

    Henrik Yowakim

    17 h 39, le 28 janvier 2016

Retour en haut