X

À La Une

Précédent judiciaire libanais en faveur du changement de sexe

droits de l'homme

La Cour d'appel civile de Beyrouth donne gain de cause à un transsexuel, débouté en première instance.

15/01/2016

La Cour d'appel civile de Beyrouth a reconnu, en date du 3 septembre 2015, le droit à un transsexuel libanais, né femme, de changer de sexe et d'inscrire le changement sur le registre d'état civil. Une première selon l'ONG Agenda légal, qui se félicite vendredi de cette décision, deux jours après la publication du jugement.

Le plaignant, un transsexuel, né femme, avait d'abord présenté un recours en première instance, réclamant un changement de sexe afin de passer du statut de "femme" à celui d'"homme", sur le registre d'état civil. Sa demande ayant été rejetée par le tribunal civil de première instance de Beyrouth, le 3 décembre 2014, l'individu avait interjeté appel.

Le juge avait estimé que "les traitements hormonaux, chirurgicaux et psychiques suivis intentionnellement par la personne concernée, n'avaient pas pour but de soigner un défaut ou une dualité sexuelle, mais avaient plutôt eu pour conséquence d'altérer son identité sexuelle et de provoquer cette dualité".

 

"Droit au respect de la vie personnelle"

Toutefois, la Cour d'appel de Beyrouth, présidée par la juge Jeannette Hanna, a rendu un jugement contraire au tribunal de première d'instance. La juge a estimé que "la dualité entre la réalité issue d'une condition médicale et celle du registre civil est une erreur qui peut être corrigée" et que "la personne a droit au respect de sa vie personnelle". Elle a également décidé que "le droit de la personne à recevoir les traitements nécessaires afin de pallier la souffrance résultant d'une maladie physique ou psychique est un droit fondamental et naturel que nul ne peut ôter".

Contacté par L'Orient-Le Jour, Georges Azzi, directeur de l'Arab Foundation for Freedoms and Equality et co-fondateur de l'ONG Helem, se félicite du jugement. "C'est la première fois qu'une décision judiciaire ne se borne pas à l'aspect médical, mais met en relief la vie privée et les droits fondamentaux pour justifier sa décision", estime-t-il. Il exprime toutefois ses réserves quant à l'appréciation du juge concernant l'aspect psychique du plaignant.

Même son de cloche de la part de l'Agenda légal, qui note que "cette décision est d'une extrême importance, car à notre connaissance, c'est la première fois qu'une cour d'appel statue sur un tel sujet". Cette décision se distingue par son argumentaire en vue de traiter la question du changement de sexe de sorte que celui-ci corresponde à l'état psychique, émotionnel et comportemental de l'individu".

Est-il possible de former un pourvoi en cassation afin de contrer la décision de la juge ? "Oui, répond Georges Azzi. Cela est toujours possible. Mais jusque-là, il n'y a eu aucun signe qui le laisse présager, ce qui justifie notre optimisme". Pour lui, ce jugement "pourrait très probablement faire jurisprudence et influencer les juges qui seront amenés à statuer dans des affaires similaires".

L'Agenda légal fait remarquer à cet effet que "le législateur libanais n'ayant pas prévu de cadre législatif pour les questions des personnes transgenres, les membres de cette collectivité contribuent à l'enrichissement de la jurisprudence de la justice libanaise en la matière".

La communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bi et trans) libanaise s'était déjà réjouie il y a deux ans, suite à une décision de justice sur ce même sujet. Le 28 janvier 2014, le juge unique pénal à Jdeidet el-Metn, le magistrat Naji el-Dahdah avait acquitté une transsexuelle, accusée sur la base de l'article 534 du code pénal (qui punit les relations sexuelles « contre nature » et est utilisé pour réprimer l'homosexualité) d'"avoir des relations sexuelles contre nature" avec des hommes.

Le transsexuel qui a obtenu gain de cause grâce au verdict de la juge Hanna devra bientôt entamer les démarches administratives nécessaire en vue de modifier son genre sur le registre d'état civil.

 

Dossier

Mariage homosexuel : plusieurs Libanais ont déjà franchi le pas...

Lire aussi

Au Liban, les homosexuels sont encore loin d'être tolérés

La vie tourmentée de l'homosexuel libanais

 

Pour mémoire

Article 534 du code pénal : à quand l'abrogation de la loi contre les homosexuels ?

Liban : L'ordre des médecins interdit la pratique du « test de la honte »

La Société libanaise de psychiatrie, l'homosexualité et les « thérapies réparatrices »...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL RESTE TOUJOURS UNE NUANCE A PRENDRE EN CONSIDERATION... CELLE DE CEUX QUI PHYSIQUEMENT SONT NES AVEC DES TARES DE CE GENRE ET QUI ONT DROIT AU RESPECT DE LEUS CAS... ET CEUX QUI INTENTIONNELLEMENT VEULENT CHANGER POUR DES RAISONS AUTRES...

Sabbagha Antoine

Chapeau pour dame juge dans un pays ou les hommes deviennent faibles .

LS

Merci a cette juge qui tire au moins un peu ce pays du moyen-age.

George Khoury

mohamad raad il en dit quoi?

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué