X

Moyen Orient et Monde

L’éducation est l’antidote à la radicalisation

commentaire
Gordon Brown | OLJ
29/12/2015

Aucun visiteur du Moyen-Orient ne peut demeurer insensible au fossé béant qui s'ouvre ici entre les aspirations d'une jeunesse voulant accéder à l'éducation et l'emploi, voulant entreprendre, et l'amère réalité, qui voit tant de jeunes privés de la moindre perspective d'avenir. Au Moyen-Orient, la moitié des 18-25 ans sont au chômage ou sont surqualifiés pour l'emploi qu'ils occupent.
La situation est encore aggravée par la crise mondiale des réfugiés, qui a déplacé trente millions d'enfants, six millions pour la seule Syrie, parmi lesquels très peu parviendront à retourner chez eux à l'âge où l'on poursuit généralement ses études. On ne saurait s'étonner que le groupe connu dans la région sous le nom de Daech (l'État islamique) croie pouvoir trouver dans cette vaste population de jeunes dépossédés et révoltés un terrain fertile de recrutement.

Les propagandistes de Daech détournent les médias sociaux – comme les extrémistes avant eux ou avec eux ont parfois détourné les mosquées – pour en faire leur tribune et le cadre de la radicalisation. Le groupe diffuse régulièrement des contenus qui rejettent la possibilité d'une coexistence entre l'islam et l'Occident, et appelle les jeunes au jihad.
L'absurde violence et l'horreur des vidéos de Daech fascinent. Mais ce qui attire véritablement les jeunes révoltés, c'est l'espoir de s'intégrer à quelque chose qui les dépasse, qui semble plus vaste qu'eux-mêmes et que la société dans laquelle ils vivent. Shiraz Maher, du Centre international d'étude de la radicalisation – International Center for the Study of Radicalization (ICSR) –, créé au King's College de Londres voici quelques années, identifie un dénominateur commun aux sentiments qui prévalent parmi les recrues : « Colère indignée, défiance, sentiment de persécution et refus des concessions. » Comme le conclut un récent rapport de la fondation Quilliam, Daech joue sur le désir que ressent la jeunesse de s'inscrire dans quelque chose qui en vaut la peine ; c'est le prestige utopique de l'organisation qui séduit essentiellement les nouvelles recrues.


(Lire aussi : Pour rester à la Une, l'EI pousse plus loin la barbarie)


Aussi nous sommes-nous engagés, bien peu en disconviendront, dans une bataille générationnelle pour la conquête des cœurs et des esprits, qui ne peut être gagnée par les seuls moyens militaires. La force coercitive peut éliminer le noyau dur des dirigeants de Daech. Mais il nous en faudra plus pour convaincre presque deux cents millions de jeunes musulmans que l'extrémisme est, à tous les sens du terme, une voie sans issue.
Les exemples ne manquent pas d'initiatives qui travaillent discrètement, sur le sous-continent indien et au Moyen-Orient, à tenir en échec l'extrémisme : magazines pour enfants au Pakistan, vidéos destinées au public adolescent en Afrique du Nord, stations de radio au Moyen-Orient, mais aussi livres et publications de toutes sortes s'opposant à el-Qaëda. Elles peuvent contribuer de bien des façons, y compris en attirant l'attention sur les désertions, à dire la vérité sur la vie ordinaire dans les rangs de Daech : brutale, corrompue, soumise aux purges internes. Comme l'établit un rapport publié par l'ICSR en 2014, l'existence même de déserteurs « ternit l'image d'unité et de détermination que (le groupe) cherche à entretenir ».

Mais si nous voulons gagner la guerre des idées, nous devons être plus ambitieux et maintenir vivant l'espace culturel que Daech nomme la « zone grise » et qu'il rêve de détruire. Cet espace au sein duquel musulmans et non-musulmans peuvent coexister, se découvrir des valeurs partagées et coopérer. Peter Neumann, le directeur de l'ICSR, a proposé de lancer une compétition sur YouTube ouverte à des vidéos qui expliqueraient les faiblesses de Daech : « On recevrait immédiatement – dit-il – cinq mille vidéos. Quatre mille seraient mauvaises, mais mille seraient efficaces : mille vidéos contre la propagande de Daech. »
Le meilleur outil, à long terme, pour lutter contre l'extrémisme demeure pourtant l'école. À Jaffa en Israël, l'Église d'Écosse – Church of Scotland – dirige un établissement où des enfants musulmans, juifs et chrétiens apprennent ensemble les vertus de la tolérance. La Charte nationale pour l'éducation au vivre-ensemble, qui défend la diversité religieuse, est enseignée dans tout le Liban, à partir de neuf ans, à des enfants sunnites, chiites et chrétiens. Le pays a également intégré à son système scolaire un double programme, qui permet d'accueillir quelque deux cent mille enfants syriens réfugiés.

Si le Liban, agité, rongé par la violence sectaire et les divisions religieuses parvient à défendre la coexistence et offrir aux réfugiés syriens la possibilité d'étudier, il n'existe aucune raison pour que d'autres pays de la région ne suivent pas son exemple.
Le choix ne pourrait être plus clair. Nous pouvons demeurer les bras croisés, laisser une nouvelle génération de jeunes musulmans se noyer, en surfant sur le Web, dans de fausses paroles qui affirment que l'islam ne peut coexister avec les valeurs occidentales. Mais nous pouvons aussi reconnaître à la jeunesse du Moyen-Orient et du reste du monde musulman les aspirations qu'elle partage avec la jeunesse du monde entier.
Tout indique que la jeunesse de la région veut l'éducation et l'emploi, qu'elle veut pouvoir tirer le meilleur de son talent. Si nous devons prendre une résolution pour l'année 2016, c'est de tout faire pour qu'il en soit ainsi.

© Project Syndicate/Mohammad Bin Rashid Global Initiatives, 2015.
Traduction François Boisivon

Gordon Brown, ancien Premier ministre et ancien chancelier de l'Échiquier du Royaume-Uni, est envoyé spécial des Nations unies pour l'éducation.

 

 

Lire aussi
Profession : jihadiste. Qu’est-ce qui motive ceux qui adhèrent à la violence aveugle ?

État islamique : « Les recruteurs ciblent les faibles »

Contre le terrorisme jihadiste, les hommes avant les machines

Obama exhorte la high-tech à l'aider à combattre en ligne les jihadistes

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

mais chers amis, tout commence, il faut bien un commencement je n'ai jamais dit que cela allait se faire d'un jour a l'autre .. c'est bien dommage de le dire mais ce processus prendra au moins 10-20 ans avant de porter ces fruits car ceux qui commencent maintenant a apprendre Des COURS SUR LES INSTRUCTIONS CIVIQUES ET MORALES, RETOURNANT A LA MAISON MEME S'IL ECOUTE LE FANATISME DE CERTAINS PARENTS IL METTRA EN DOUTE AU MOINS CEUX CI ET QUAND IL AURA DES ENFANTS CEUX LA SERONT EN MESURE DE DEPASSER CES CLIVAGES SOCIAUX-RELIGIEUX EET NON RELIGIEUX SEULEMENT

IL NE FAUT SURTOUT PAS ALLER CHERCHER DES MODELES DE GOUVERNENCE AILLEURS CAR LE LIBAN EST UNIQUE (ENFIN DU POINT DE VUE SPIRITUEL) IL NE PEUT PAS CALQUER N'IMPORTE QUOI IL A SON PROPRE SYSTEME CONFESSIONNEL ET IL EST BON MEME TRES BON SEULEMENT SI ON LE SUIT A LA LETTRE ET NON COMME BON NOMBRES DE POLITICIENS QUI L'ON DETOURNER

C'EST UN PACTE, UNE CONSTITUTION A SUIVRE AVEC RIGUEUR ET HONNETETE !!

Henrik Yowakim

L’éducation est l’antidote à la radicalisation

ET LES LAPALISSADES LE DON DES BIENS PENSANTS?
TOUT LE PROBLEME RESIDE DANS LE QUESTIONNEMENT SUIVANT:
COMMEDNT EDUQUER A L'OMBRE DE REGIMES GANGRENEES PAR LA RELIGION?

COMMENT EVEILLER LES ESPRITS A L'OMBRE DE LA BARBARIE RELIGIEUSE QUI AVEUGLE CES ESPRITS?

TOUT COMMENCE AVEC LA SEPAARATION DE LA RELIGION ET DE L'ETAT.
ET SURTOUT DE LA DISJONCTION DES ARMEES AVEC LA POLITIQUE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L'ÉDUCATION QUI COMMENCE À L'ÉCOLE NE PEUT PAS DÉRACINER L'ÉDUCATION FAMILIALE FANATIQUE INPLANTÉE DANS L'ÂGE LE PLUS TENDRE... AVANT L'ÉCOLE...

Bery tus

ben c'est ce que je disais l'education est la pierre angulaire car elle est la porte des connaissances !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants