Rechercher
Rechercher

À La Une - Disparition

Grégoire Haddad, "l'évêque rouge", n'est plus

Décédé des suites d'une longue maladie, "l'évêque des pauvres" était âgé de 91 ans.

Couverture de l'ouvrage de Michel Touma, "Grégoire Haddad, évêque laïc, évêque rebelle", aux éditions L'Orient-Le Jour.

L'archevêque grec catholique Grégoire Haddad est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à l'âge de 91 ans, des suites d'une longue maladie.

Né en 1924 à Souk el-Gharb, Grégoire Haddad a été archevêque grec-catholique de Beyrouth et de Jbeil de 1968 à 1975, l'une des fonctions les plus importantes au sein de la communauté melkite, après celle du patriarche, en raison du poids politique, social, économique et religieux que représente ce diocèse. De son vrai prénom Nakhlé, il se fait appeler Grégoire après avoir été ordonné prêtre en 1949. Il fait ses études théologiques à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.

Surnommé "l'évêque des pauvres" ou "l'évêque rouge", qualifié par Le Monde, dans un article paru le 2 juin 1974, d'"évêque pour après-demain", Mgr Grégoire Haddad était l'une des personnalités religieuses les plus controversées de l'histoire contemporaine du Liban...

Réputé pour son style de vie simple et modeste, il a consacré toute sa vie au travail social qu'il perçoit sous l'angle du développement. En 1974, il publie une série d'articles révolutionnaires dans lesquels il soulève des interrogations sur la conformité des structures de l'Église et des pratiques chrétiennes traditionnelles et routinières avec le véritable enseignement du Christ. Ses écrits mobilisent les jeunes et la société civile, mais débouchent sur sa destitution du diocèse de Beyrouth en août 1975, tout en restant évêque. 

A la veille de la guerre libanaise, Grégoire Haddad s’était notamment solidarisé avec les organisations palestiniennes, après le bombardement par l’aviation libanaise des camps de Beyrouth, en 1973, dans un effort désespéré et perdu du président Sleiman Frangié pour mettre au pas les Palestiniens. Il s’était aussi, à l’occasion, aliéné une partie du clergé de son diocèse en créant une "caisse commune" aux paroisses de l'évêché de Beyrouth dont les recettes étaient redistribuées aux curés, instaurant ainsi une égalité entre paroisses riches et paroisses pauvres.

Mgr Haddad a contribué en 1974 au lancement d'une revue culturelle, Afaq ("Horizons"). Il y a publié une série d'articles dans lesquels il prône une réflexion profonde et radicale portant sur la pratique de la foi chrétienne, la place de l'institution de l’Église, et le rôle du clergé, en s'interrogeant sur leur réelle conformité à l'enseignement du Christ, qu'il place comme "valeur absolue". Le patriarche melkite et le clergé ont alors mené campagne contre lui, l'accusant de remettre en cause sa foi chrétienne. Ils ont saisi le Vatican de l'affaire et l'ont placé en congé forcé dans l'attente du verdict pontifical. Malgré le verdict du Vatican, qui a affirmé que les articles incriminés ne portaient nullement atteinte à la foi catholique, Mgr Haddad a été évincé du diocèse de Beyrouth par le Synode melkite.

Paru en 2012 aux éditions L’Orient-Le Jour, le livre de Michel Touma, Grégoire Haddad, évêque laïc, évêque rebelle (*), rétablit les faits et permet aux lecteurs d’aujourd’hui de juger sur pièce.

 

Lire aussi

Grégoire Haddad, par Michel Touma

L'ère Grégoire Haddad, « un évêque pour après-demain », est enfin là

Grégoire Haddad. Évêque laïc, évêque rebelle

Débat autour de la biographie de Grégoire Haddad : être militant face aux réalités

Grégoire Haddad, un humanisme incompris


L'archevêque grec catholique Grégoire Haddad est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à l'âge de 91 ans, des suites d'une longue maladie.
Né en 1924 à Souk el-Gharb, Grégoire Haddad a été archevêque grec-catholique de Beyrouth et de Jbeil de 1968 à 1975, l'une des fonctions les plus importantes au sein de la communauté melkite, après celle du patriarche, en raison du poids...
commentaires (4)

Paix à sa bonne ame! Il se trouve sans doute aucun à l'endroit que Dieu réserve aux justes et à ses meilleurs serviteurs.

Ali Farhat

01 h 44, le 25 décembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Paix à sa bonne ame! Il se trouve sans doute aucun à l'endroit que Dieu réserve aux justes et à ses meilleurs serviteurs.

    Ali Farhat

    01 h 44, le 25 décembre 2015

  • en quelque sorte je suis complètement d'accord avec sa philosophie: pour un liban sain et sauve, il faut que chacun de nous vit une laïcité globale dans notre société oui communauté. Alors je vous invite à garder votre religieux chez vous à la maison, on n"a pas besoin de savoir vos croyances.

    Art_4ever

    22 h 22, le 24 décembre 2015

  • Un vrai Serviteur de Dieu et du prochain est mort! Un bon Pasteur, qui porte sur ses épaules l'agneau égaré, l'orphelin, le pauvre et le malheureux! C'est un exemple pour les prêtres de toutes les communautés religieuses! D'ailleurs le Pape François vit cette même vocation! Que l'âme de Mgr. Grégoire repose dans la Gloire du Seigneur!

    Zaarour Beatriz

    15 h 50, le 24 décembre 2015

  • Surnommé "l'évêque des pauvres" ou "l'évêque rouge", qualifié par Le Monde, dans un article paru le 2 juin 1974, d'"évêque pour après-demain", Mgr Grégoire Haddad était l'une des personnalités religieuses les plus controversées de l'histoire contemporaine du Liban LA VRAIE EGLISE DU CHRIST, CELLE DES PAUVRES DONT A REVEE L'EVEQUE ROUGE HADDAD ET DONT REVE LE PAPE FRANCOIS, A ET DOIT AVOIR NATURELLEMENET HORREUR DU POUVOIR ,DE LA POLITIQUE ET DES PRINCES DE MACHIAVEL QUI ONT POUR MAITRE SUPREME LE DIABLE,PRINCE SYPREME DE CE MONDE,SELON SAINT JEAN. PERSECUTEE PAR LES GRANDS DE CE MONDE, L'EGLISE DU CHRIST DES PAUVRES, DOIT PAR CONTRE AVOIR POUR MISSION D'ETRE ABSOLUMENT SOCIALE ET PAR CONSEQUENT "ROUGE". IL ETAIT DONC NORMAL QUE L'EVEQUE ROUGE/HADDAD SOIT COMBATTU PAR LES PRINCES DE CE MONDE , LES MARACHANDS ET LES PHARISIENS DU TTEMPLE QUI CONFONDENT LES RITES NEVROTIQUES ET LES MINABLES CEREMONIES DES EGLISES AVEC LA VRAIE FOI, LE VRAI ENGAGEMENET SOCIAL ET LA SAINE RELIGION/DOCTRIONE DU CHRIST PAR ESSENCE « ROUGE/CARMIN ». COMME L’ANNONCAIT MATHEOS L’EVANGELISTE ; IL VIENDRA UN TEMPS OU LES HOMMES NE SUPPORTEREONT PAS LA SAINE DOCTRINE.ET JE SAIS QU’APRES MON DEPART IL S’INTRODUIRA PARMI VOUS DES LOUPS CRUELS DEGUISES EN AGNEAUX/BERGERS. AUFAIT CEUX QUUI ONT COMBATTU OU PERSECUTEE ET ABATTU L’ « EVEQUE ROUGE » ONT ILS JAMAIS LU OU COMPRIS L'ADMIRABLE ENCYCLIQUE RERUM NOVARUM DU GRAND PAPE LEON XIII?

    Henrik Yowakim

    15 h 45, le 24 décembre 2015

Retour en haut