X

Liban

Frangié : Je suis plus que jamais candidat

Présidentielle

Le chef des Marada a assuré que la solution de compromis autour de la présidentielle n'a pas été suspendue.

OLJ
18/12/2015

C'est un Sleiman Frangié porteur d'un programme présidentiel détaillé mais surtout soucieux de rassurer aussi bien ses alliés que ses adversaires politiques qui est apparu hier sur le plateau de la LBCI, pour la première fois depuis que la solution de compromis envisagée pour débloquer la présidentielle et concoctée à Paris, avec notamment le chef du courant du Futur, Saad Hariri, a été rendue publique.

Le chef des Marada a multiplié les messages dans toutes les directions, après avoir relaté les circonstances dans lesquelles le compromis, dont un des volets consiste à le hisser à la tête de l'État, a été élaboré « lors de réunions tenues secrètes », à Paris.
« Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et le président de la Chambre, Nabih Berry, étaient cependant mis au parfum régulièrement », a-t-il précisé, mais pas le chef du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, le général Michel Aoun. « Le Hezbollah était informé de chaque étape des pourparlers », a expliqué M. Frangié, en affirmant que le parti de Hassan Nasrallah soutenait sa candidature ainsi que celle du général Aoun.
Sleiman Frangié a souligné l'entente et l'ambiance amicale qui prévalaient au cours de ses réunions avec Saad Hariri. « Nous devions chacun consulter ses alliés avant d'annoncer l'initiative. Aussi, avions-nous décidé de la maintenir secrète, mais elle a fini par être filtrée à la presse et c'est à partir de ce moment que tout a foiré », a-t-il expliqué.

Il n'a pas caché ses réserves par rapport à la politique que le général Aoun suit depuis deux ans, en indiquant que ses relations avec lui sont « depuis, anormales, pour ne pas dire froides ». Il lui a reproché de bloquer la présidentielle en se présentant comme étant l'unique candidat à la tête de l'État. « Avec lui, il n'y a pas de plan B », a déploré le chef des Marada qui a plus tard exposé la différence de style entre lui et son allié du 8 Mars et critiqué la réaction hostile du CPL à sa candidature.
« Je n'ai jamais été demandeur alors que lui n'a pas hésité à se rendre à Paris via l'Italie, à bord de l'avion privé de Saad Hariri, à Clemenceau (auprès de Walid Joumblatt) et au siège de l'ambassade d'Arabie saoudite » pour booster ses chances d'accéder à la magistrature suprême. « Pourquoi une rencontre Aoun-Hariri serait-elle placée (par le CPL) dans un cadre consensuel alors que mes entretiens avec ce dernier doivent être interprétés comme si c'était le sunnite qui choisissait le président chrétien » ? a-t-il fulminé.

En réponse à une question, M. Frangié n'a pas écarté la possibilité d'un éventuel rôle de l'ancien ambassadeur américain, David Hale, dans le rapprochement avec Saad Hariri. Il a confirmé ses entretiens dimanche dernier, avec le président syrien, Bachar el-Assad, ainsi qu'avec Hassan Nasrallah, avant d'assurer en réponse à une question que « le compromis pour débloquer la présidentielle est maintenu ». Prié de dire s'il est toujours candidat à la présidentielle, il a répondu en ponctuant ses mots : « Aujourd'hui plus que jamais », mais en précisant qu'il « n'entreprendra aucune démarche sans consultations préalables avec ses alliés ».

« Je ne poignarderai jamais Hariri dans le dos »
Le chef des Marada s'est employé ensuite à expliquer les grandes lignes de ce qui peut être considéré comme son programme électoral, en prenant soin dans le même temps de rassurer ses adversaires politiques. Pour lui, l'essentiel est d'assurer les services de base à la population. « Rétablir l'électricité 24 heures sur 24 est beaucoup plus important que le rétablissement du rôle du Liban à l'échelle internationale », a-t-il avancé, avant d'expliquer, en réponse à une question, qu'il s'est « retrouvé à mi-chemin avec Saad Hariri ». « Il y a une volonté chez nous deux de sortir le pays de sa situation actuelle », a révélé M Frangié.
Il a assuré que le chef du courant du Futur n'a pas demandé à être nommé Premier ministre mais qu'il s'est prononcé pour un gouvernement d'union nationale. Sleiman Frangié s'est dit favorable cependant à sa nomination à la tête du gouvernement, « qui doit faire partie du compromis, au même titre que le général Aoun ». Il a particulièrement insisté sur le fait qu'il ne « le poignardera jamais dans le dos » et que « le mot de la fin reviendra en cas de désaccord au gouvernement ».

Sleiman Frangié a multiplié surtout les assurances à l'adresse de la communauté sunnite, en affirmant qu'il n'est pas question pour lui de réclamer une abolition du Tribunal spécial pour le Liban, « même si certaines composantes du 8 Mars le souhaitent » ou d'élaborer une loi électorale qui serait préjudiciable pour Hariri, ou encore d'œuvrer à un amendement des prérogatives du président au détriment des sunnites. « Je ne ferais rien qui provoque les sunnites. Je ferai tout en coordination avec eux », a promis le chef des Marada, qui a ensuite fait part de son hostilité au régime policier. « Je prendrai des services de sécurité ce qu'ils offrent de positif mais je ne tolérerai pas leur aspect négatif », a-t-il insisté, en affirmant dans le même ordre d'idées qu'il n'est pas question pour lui de « tolérer des interventions qui seraient négatives pour le pays ».

M. Frangié répondait dans ce cadre à une question au sujet de ses rapports avec Bachar el-Assad. Il a mis l'accent sur le volet « amical et privé » de ses relations avec les Assad, après avoir mis en relief l'attachement « historique de sa famille à l'arabité ». Le chef des Marada a ainsi expliqué que des relations privilégiées sont maintenues avec la famille royale saoudienne. « La photo du roi Fayçal trône toujours dans mon bureau. Je ne l'enlèverai jamais. »

Sleiman Frangié a en outre souligné son attachement à l'accord de Taëf et affirmé qu'il envisage, si jamais il est élu, de s'entourer des dirigeants chrétiens.

 

Lire aussi
À farce forcée, le billet de Gaby Nasr

Entre Aoun et Nasrallah, une alliance basée sur la loyauté, la vision commune et les intérêts, le décryptage de Scarlett Haddad

Présidentielle : le pari du déblocage pèse sur Bkerké

Siniora : Le compromis attend encore de mûrir

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

C'est l'axe syro-iranien qui décide par Hezbollah interposé. Tout le reste n'est que tintamarre de bidons vides.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Les oraisons funèbres consacrées à l’aïeul Frânegéh, ne versent pas toutes dans l'ampoulé-angélique qui gâtent souvent la loi du genre.
L'hommage superbe est celui du grand enfant gâté éperdu du (c)hébél-lionceau d’à côté ! En l'occurrence ce "petit-fils" prouve qu'il avait, comme ce "cher aïeul", le chagrin sec. Il n'était pas au centre de sa vie, et lui n'était pas au centre de la sienne. Mais ils se sont construits sur l'unique inébranlable certitude que le respect du Clan devait rester absolu, ce qui ressemblait évidemment à de l'aveuglement !
Entre eux, il y avait autre chose que les mots : cela s'appelle le Mardaïsme.
Pour cet aïeul, il était convaincu qu’il fallait "éviter les garçons comme descendance et leur préférer les filles." ! Et pour ce gâté, qu’il fallait "dépasser son aïeul quand il est encore jeune." ! Car ce qui est certain, c’est qu’ils ne s'aimaient pas trop ; on ne sait pourquoi ; car, au fond, ils ne se connaissent pas ou ils se connaissaient trop !
En effet, à la fin, cet aïeul Franegéh entrevoyant la silhouette du gâté "petit-fils" ; ce "grand ami de l’aSSadique" ; apostropha ses "toubibs" nouSSaïrîs : Allons, dépêchez-vous, le grand enfant attend !". Et celui-ci qui lui dédia cette sémillante épitaphe : "Ci-gît mon aïeul Frânegéh, regretté des Zghortiotes Mardaïstes Maronites et de moi-même, évidemment, l’enfant gâté devenu mahééék ; par la volonté, yîîîh, d’un siiimple Sunniiite ; le premier, yâââï, des présidentialisés maroniiites." !

ACQUIS À QUI

Une question svp pourquoi on ne se demande pas qu'elle est la position de l'ami de Sleiman ?

Et comment l'axe de la résistance hezb/PhareAoun peut s'opposer au héros syrien ?

Merci de publier cette fois ci svp.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS ATTENDONS POUR ÉCLAIRAGE LES EXPLICATIONS DU HEZB ET DE SON PARAVENTISSIME SUR COMMENT LA LOYAUTÉ, LA VISION ET LES INTÉRÊTS SONT COMPRIS PAR EUX ET ENTRE EUX...

FAKHOURI

Que vaut la parole de cet homme allié de longue date aux syriens qui vont rapidement rappliquer au Liban aidé par leur soutien russe ?
Que vaut une garantie d'un homme dont le clan n'a jamais défendu les intérêts du Liban?
Harakiri sera bien berné !!! Je pense que son père n'aurait jamais accepté ce genre de compromis.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET MAINTENANT ON ATTEND LES CONFESSIONS DU LÂCHAGE HEZBIOTE ET LES LAMENTATIONS PARAVENTISSIMIOTES... QUI SCELLENT NÉGATIVEMENT LA LOYAUTÉ ET LES VISIONS AVEC LES INTÉRÊTS... QUI VA NOUS PONDRE UN NOUVEAU ARTICLE SUR CES TROIS QUALITÉS ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CLAIR ET PRÉCIS... N'EN PLAISE AUX FANATIQUES ET AUX BOYCOTTEURS...

Halim Abou Chacra

La plus grande, importante et nécessaire garantie que le candidat Frangié devrait donner -à tous les Libanais- est qu'il empêcherait son "ami et frère", le petit Hitler de Damas, de tramer des complots visant faire exploser le Liban, comme son complot criminel Assad-Mamlouk-Samaha. A-t-il les moyens de donner cette grantie ?

Henrik Yowakim

Frangieh « Je ne poignarderai jamais Hariri dans le dos »

LES MINISTRES DE SOLIMAN FRANJU ONT ILS DEMISSIONNEE APRES DOHA POUR FAIRE CHUTER LE GOUVERNEMENT PRESIDEE PAR HARAKIRI ? ET CE EN DEPIT DU FERME ENGAGEMENET DES FARCES DU 8 MARS A NE PAS USER DE LEUR TIERS DE BLOCAGE?

OU PEUT ETRE ETAIT CE TOUT SIMPEMENT UN FRANC COUP DE POIGNARD DANS LE COEUR? CHASSEZ LE POIGNARD IL REVIENDRA AU GALOP.

Henrik Yowakim

Sleiman Frangié s'est dit favorable cependant à sa nomination à la tête du gouvernement, « qui doit faire partie du compromis, au même titre que le général Aoun ».

EN BON 8 MARTIEN SOLIMAN LE MINIFIQUE N'OUBLIE JAMAIS SES ALLIIEES .AU CONTRAIRE DE HARAKTIRI POUR QUI LES FL ET LES KATAEB SEMBLENT ETRE DES MINABLES FIGURANTS .DANS TOUS LES CAS COMME COMPROMIS ENTRE LE 8 ET LE 14 MARS CA COMMENCE BIEN ET MEME TRES BIEN?

Henrik Yowakim

« Nous devions chacun consulter ses alliés avant d'annoncer l'initiative.

VOUS AURIEZ DU CONSULTER VOS ALLIEES AVANT DE LANCER L'INITIATIVE.

UNE FOIS L'INITIATIVE LANCEE AVANT OU EN DEHORS DE TOUITE CONSULTATION ALLIEE

IL DEVIENT ABSURDE D'UTILISER LE TERME "CONSULTATION" ,CAR ON CONSULTE AVANT UNE ACTION ET NON APRES L'AVOIR INITIEE

PAR CONSEQUENT EN ANNONCANT LA MAUVAISE NOUVELLE, EN METTANT VOS ALLIIES DEVANT LE FAIT ACCOMPLI VOUS NE LES AVEZ PAS CONSULTES MAIS OFFUSQUES OU INSULTES.

PAR CONTRE VOUS AVEZ REELLEMENT "CONSULTEE" LES VRAIS MAITRES/DECIDEURS DE CETTE REPUBLIQUE BANANIERE SOUS OCCUPATION MILICIENNE: EN L'OCCURRENCE LE TANDEM HIZBOLLAH/AMEL.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué